Analyse

Automobile: Des champions nationaux commencent à émerger

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5124 Le 11/10/2017 | Partager
Induver et Maghreb Steel montrent le chemin
Ils rejoignent des stars comme Delphi ou Yazaki et très prochainement Magnetti Marelli

L’effet locomotive est là. Le secteur automobile a réussi à tirer vers le haut une partie du tissu industriel local. De grands noms comme Delphi, Yazaki, Sumitomo ou Faurecia y sont déjà installés et y emploient des dizaines de milliers de talents locaux. S’y ajouteront, sous peu, des noms illustres comme Magnetti Marelli qui lancera la construction de son unité d’amortisseurs à Tanger ou le spécialiste mondial de la peinture, le japonais Kansai.

Le secteur a réussi aussi à réunir les conditions pour l’émergence d’une nouvelle lignée de champions nationaux dans le domaine de l’équipement. L’un des plus en vue est Maghreb Steel. Le sidérurgiste national a réussi à sortir de la zone de turbulences après des années de difficultés financières. Il a commencé ses premières livraisons de tôle en acier à Renault en janvier dernier.

Lors de cette première année, il en fournira près de 25.000 tonnes à Renault qui switchera au fur et à mesure vers son fournisseur local pour atteindre les 75.000 tonnes dès 2019. Jusque-là, les tôles étaient importées d’Espagne en bobines de plusieurs tonnes, des opérations lentes et coûteuses.

Un autre exemple est celui d’Induver. L’entreprise vient de lancer en mars dernier les travaux de construction d’une méga-usine de production de verre pour automobile. Il s’agit d’une joint-venture avec AGC Automotive avec une capacité dépassant le 1 million d’unités par an.

D’autres industriels devraient eux aussi suivre le pas, encouragés par les excellentes perspectives du secteur automobile. Cela concerne des domaines différents tels ceux des batteries et du moulage. Des perspectives qui n’ont pas échappé aux banques qui, elles aussi, se sont engouffrées dans la brèche pour accompagner le secteur. La dernière en date est la BCP qui vient de présenter, à Tanger la semaine dernière, ses packs d’accompagnement dédiés aux PME voulant élargir leurs activités ou se reconvertir dans l’un des métiers de l’industrie automobile.

C’est que l’industrie automobile offre des garanties intéressantes de retour sur investissement avec des opérations à long terme, calquées sur la vie de l’élément ou de la pièce à fabriquer et du véhicule sur lequel elle sera montée, une dizaine d’années en général. En plus, elle dispose d’un important appui de la part de l’Etat avec des subventions pour la construction et d’autres aides pour les entreprises exportatrices.

Les écosystèmes, une recette gagnante

Sept écosystèmes ont été lancés dans le secteur automobile à ce jour, dans le cadre du déploiement du Plan d’accélération industrielle. Ils concernent les filières de câblage automobile, intérieur véhicule & sièges, métal/emboutissage, batteries, moteurs et transmission et deux écosystèmes constructeur, à savoir Renault et PSA Peugeot. L’un des plus importants est le câblage qui prévoit d’atteindre les 26,7 milliards de DH de chiffre d’affaires en 2020 et 70.000 emplois. D’autres devraient être lancés incessamment afin d’accompagner le développement du secteur et permettre à l’industrie d’atteindre ses objectifs en matière de taux d’intégration.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc