Analyse

Pneumatique: La filière écoule plus de 3,5 millions d’unités par an

Par Nadia DREF | Edition N°:5123 Le 10/10/2017 | Partager
3 millions de pneus pour le segment tourisme et jusqu’à 500.000 pour le poids lourd
Un marché très sensible au prix, ce qui en réduit les marges
L’import s’élève à plus de 2,7 milliards de DH
pneumatique_filiere_023.jpg

L’import est l’unique source d’approvisionnement du marché. En l’absence d’un producteur local, l’industrie du rechapé n’arrive pas à décoller. Les flux de contrebande ont également été réduits de manière significative

La filière de la pneumatique est un petit marché désorganisé certes mais qui regorge de potentialités et attire les grands opérateurs. Goodyear, Michelin, Continental, Bridgestone Yokohama, Toyo Tires, Dunlop… Pratiquement toutes les marques sont représentées. Ces mastodontes distribuent localement leurs produits directement où à travers des importateurs/distributeurs locaux.

«Les perspectives de développement sont énormes, compte tenu de l’émergence de la classe moyenne, la levée progressive des barrières douanières avec l’Union européenne, la nécessité de remplacer le parc vieillissant ainsi que la facilité d’accès au crédit», analyse le cabinet GfK.
Malgré la crise, la demande est toujours au rendez-vous. Chaque année, la filière écoule plus de 3,5 millions d’unités. C’est un marché fragmenté vu que plus de 73 marques sont distribuées au Maroc dont 10 réalisent 75% des volumes. Par ailleurs, plus de 130 références existantes sur le marché sont ventilées entre premium, moyen et entrée de gamme. Le chiffre d’affaires réalisé est divisé à parts égales entre les produits premium et les pneus chinois (medium et low-cost). 

Etant un marché de premier équipement, la vente de pneus est en croissance. Reste que c’est le facteur prix qui prime. Le consommateur étant toujours à la recherche de la «bonne affaire», la négociation du prix demeure une pratique très courante. Résultat: grâce à une offre très large, les marges sont de plus en plus réduites. Ce qui ne permet pas aux chaînes d’être compétitives et de se développer davantage. Sur un total de 2.087 points de vente, 89% des magasins sont indépendants. C’est un marché dominé par les petits magasins avec un faible chiffre d’affaires (40%) qui vendent en moyenne 3 à 4 pneus neufs par mois. C’est ce qui ressort des données fournies par le cabinet GfK qui a recensé, durant le deuxième semestre de 2015, l’ensemble des magasins distributeurs et vendeurs des pneus neufs.

Bien évidemment en l’absence d’un producteur local, le marché reste dominé par l’import. Les importations ont totalisé 3,18 millions d’unités, toutes catégories confondues, pour une valeur de plus de 2,7 milliards de DH. Ces volumes sont réalisés par des représentants de grandes marques en cohabitation avec des importateurs occasionnels. Les premiers se distinguent par une bonne présence et un service après-vente allant de l’entretien rapide à la gestion de flotte. Ce qui est un argument de taille par rapport à la concurrence.

Côté prix, l’année 2017 a connu des hausses variant entre 5 à 10%, au même rythme que le marché mondial, suite à la hausse des prix des matières premières. Globalement, les tarifs affichés restent corrects, estiment les professionnels. Pour un pneu de 13 ou 14 pouces d’une voiture de tourisme, le prix moyen tourne autour de 350 DH l’unité.
Le marché de pneus est composé de quatre segments: «voiture & SUV», poids lourd, génie civil et agricole. Décryptage…

■ Tourisme & SUV
Les pneus de tourisme accaparent le plus gros du business. Chaque année, 3 millions d’unités sont vendues au Maroc dont la majorité est importée de France, de Chine et de Turquie profitant de l’accord Quadra. L’axe Casablanca-Rabat absorbe le plus de ventes (62%). Les importations de pneus de tourisme en 2015 sont estimées à 2,62 millions d’unités contre 2,54 millions un an auparavant pour une valeur de 1,18 milliard de DH. 30% des clients optent pour des marques premium (Michelin, Bridgestone, Continental), 30% pour les offres medium (Yokohama, Dunlop, Toyo, Pirelli, Goodyear...). En revanche, conjoncture et pouvoir d’achat obligent… 40% des automobilistes se rabattent sur l’entrée de gamme (Fulda, Sava, Appolo…). La moitié des ventes est réalisée par des grossistes. Le reste revient aux canaux de distribution dont 80% sont de petits revendeurs.
■ Poids lourd
Le poids lourd est le deuxième marché en termes de volume mais le premier en termes de chiffre d’affaires à l’import. Chaque année, jusqu’à 500.000 pneus sont absorbés par ce segment. Par région, Casablanca absorbe 40% des ventes suivie de l’axe Fès-Meknès-Oriental (18%). Les deux périmètres Marrakech-Ouarzazate-Safi et Rabat-Kénitra-Gharb en plus d’Agadir représentent chacun 12% du marché. Quant aux importations, elles totalisent 1,32 milliard de DH pour un volume de 490.000 unités destinées au remplacement. 40 à 50% des produits vendus passent par les grossistes. Le reste étant écoulé par des petits revendeurs (90% du tissu existant).
■ Génie civil
Le marché du génie civil tire essentiellement profit du développement des projets d’infrastructures (autoroutes, ports, routes…) et de la filière minière. Pour satisfaire la demande locale, 11.681 unités sont importées pour une valeur de 114 millions de DH. Les pneus issus de la Turquie restent les plus prisés (36%) suivis de loin par les produits tchèques (15%), chinois (12%) ou encore français (10%).

■ Pneus agricoles
Le développement du secteur agricole, grâce au Plan Maroc Vert, permet au segment des pneus agricoles de croître davantage. Les importations ont concerné près de 60.000 unités totalisant 98,2 millions de DH. Là aussi, la Turquie cartonne avec 78% des achats dépassant de loin la République tchèque (12%), Taiwan (3%), l’Inde (3%) et la Pologne (2%).

Développement timide du e-commerce

La vente en ligne de pneus commence à se développer au Maroc. Trois opérateurs sont répertoriés à ce jour (Master Pneu, Tireplus et Pneu.ma). Ils représentent entre 3 et 5 % du marché. Ces revendeurs veulent être moins dépendants du circuit des importateurs/distributeurs qui sont aussi leurs concurrents dans les villes. Selon les estimations, les moyens logistiques disponibles aujourd’hui pour la livraison proposent une solution à j+1 dans tout le Maroc. Le prix de la livraison proposé varie entre 22 et 33 DH par  pneu.

                                                                          

Les professionnels manquent de visibilité

Manque de visibilité, hausse des impayés, rallongements des délais de paiements, désorganisation… Les professionnels du secteur arrivent encore à tenir malgré tous ces désagréments. Le segment du tourisme arrive à maintenir le cap vu qu’il représente près de 90% du marché. C’est au niveau du segment poids lourds que les dégâts sont visibles. Pour Sireyjol Bertrand, directeur général de Pneurama (GBH): «Le secteur a un potentiel de développement. J’espère qu’il va bientôt se structurer. C’est dommage qu’il n’existe pas encore de fédération regroupant les professionnels de la pneumatique pour mieux défendre leurs intérêts».

Aujourd’hui, les opérateurs affichent clairement leur manque de visibilité. «Le marché est en stagnation. Nous ne nous attendons pas à une reprise en 2017 et nous n’avons aucune visibilité pour 2018», tient à préciser le directeur commercial de IPI, importateur exclusif de la marque Yokohama.

Pour se rattraper, certains importateurs optent plus pour des pneus chinois à prix réduits mais de qualité. Sur ces produits-là, les opérateurs vendent sans accorder  de délais de paiement. Le paiement se fait à la livraison. «Nous sommes obligés de procéder de la sorte. Les impayés représentent entre 30 à 40% du chiffre d’affaires», précise le directeur commercial d’une société de pneumatique. Autre facteur aggravant : le rallongement des délais de paiement jusqu’à 9 mois, voire un an pour les poids lourds. «C’est lamentable. Certains fournisseurs pour rattraper leurs parts recourent à ces pratiques, ce qui nous impacte directement», se désole Aziz Berrada, DGA d’Inter Pneu. A noter que le parc de poids lourds est estimé à 140.000 unités dont 40.000 sont âgés de plus de 37 ans. D’où le potentiel de renouvellement.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc