De bonnes sources

De Bonnes Sources

Par L'Economiste | Edition N°:5120 Le 05/10/2017 | Partager

• Bourse: Le marché améliore sa masse bénéficiaire
Le retour aux performances des entreprises cotées à la Bourse de Casablanca se confirme. Celles-ci ont fait mieux que résister à l’attentisme induit par le retard dans l’adoption de la loi de finances au cours du premier semestre. Pour preuve, le chiffre d’affaires global de la cote a progressé de 3,6% à périmètre constant par rapport à la même période de 2016 pour s’élever à 118,2 milliards de DH. Partant, les émetteurs dans leur globalité ont amélioré leurs marges d’exploitation et, par là même, leur rentabilité. Le résultat net semestriel agrégé progresse de 8%, atteignant près de 17 milliards de DH. M.A.B.

• OCDE: Zoom sur le tourisme
L'OCDE est en train de réaliser des études portant sur le secteur touristique au Maroc. Ces évaluations concernent les petites entreprises du secteur et les moyens d'intégrer les statistiques et les chiffres du marché touristique dans cette organisation internationale. Selon le ministre Mohamed Sajid, le Maroc veut tirer profit de l’expertise de l’OCDE pour mettre en œuvre les différentes politiques sectorielles, en particulier celle liée au tourisme et l’économie solidaire. C’était en marge de sa participation à une réunion de haut niveau tenue le 2 octobre à Paris sur «Les politiques du tourisme pour une croissance durable et inclusive». N.D.

• Canon veut devenir le n°1 de l’imagerie au Maroc
Canon a lancé une nouvelle stratégie pour booster ses ventes au Royaume. Mise en place d’un bureau permanent, élargissement du réseau de distributeurs, activation de Canon Academy pour former les usagers… Le groupe veut devenir le n°1 sur tous les segments de l’imagerie (caméras, imprimantes et appareils photos). Pour ce faire, le groupe continuera de s’appuyer sur son distributeur historique Diffazur et aussi sur deux nouveaux partenaires, à savoir Disty et Disway. Ces derniers renforceront davantage le réseau de distribution de Canon dans les régions intérieures où les deux distributeurs ont une forte présence de chaînes et de revendeurs. N.D.

• Fitness: Gare aux fausses soldes!
Profitant de l'engouement des Marocains pour la santé et le bien-être, le marché du fitness se livre à une concurrence féroce sur les prix. Attention cependant aux produits trop aguicheurs. Certaines offres, soldées toute l'année pour une partie d'entre elles,  tournent à une gigantesque arnaque avec des salles surbookées (conséquence de la course aux inscriptions), du matériel en panne, des coachs désagréables ou peu motivés. Des vices cachés et de conformité que le client ne découvre qu'une fois en short ou en legging sport! Un conseil donc: redoubler de vigilance,  bien étudier les conditions de l'offre, se renseigner sur la réputation de l'enseigne pour éviter les mauvaise surprises. J.R.

• Agréments et résistance ne font plus recettes!
Le ministère de l’Intérieur est un bon client. Les plaintes et doléances adressées au Médiateur font état de dossiers liés à l’accès au logement ou à des contentieux opposant des ayants droit de terres collectives. Les demandes d’agréments de transport enregistrent un «recul notable», selon le Médiateur du Royaume. Il y a également moins de personnes qui réclament de bénéficier du statut de résistant ou de régler leur situation à l’Entraide nationale. F.F.

• Farine nationale: La profession veut la suppression de la subvention
La Fédération nationale de la minoterie a lancé mercredi 4 octobre un appel pour la suppression de la subvention accordée à la farine nationale de blé tendre. Chakib Alj, président de la fédération, estime «qu'il est temps de parachever la libéralisation de la filière céréalière». A ses yeux, la suppression de la subvention n'aurait aucune incidence sur le prix du pain subventionné.  Pour preuve, la libéralisation de la semoule, intervenue il y a deux décennies, s'est soldée par une stabilisation, voire une baisse des prix avec à la clé une amélioration sensible de la qualité de la semoule. Sur ces vingt dernières années, la production de semoule est passée de 200.000 à 800.000 tonnes. A.G.

• Crime financier: Plus de 679.000 cas en dix ans
La criminalité financière enregistre en moyenne 75.710 crimes et délits par an. Les juridictions pénales ont traité un peu plus de 679.000 affaires entre 2006 et 2015 (voir aussi page 28). La justice a enregistré en 2014 un pic dépassant les 96.000 dossiers. Ce sont surtout les infractions contre les personnes ou régies par des lois spéciales (fraudes alimentaires, presse, environnement...) qui réalisent les scores les plus élevés. F.F.

• Nouvelle directrice de groupe à Shem’s Publicité
Nisrine Marsou devient directrice de groupe à  Shem’s Publicité. La nouvelle directrice occupait précédemment la fonction de directrice de clientèle de l’agence, qu’elle a exercée pendant 7 années auprès de nombreux annonceurs. M.A.B.

• Dounia Productions primée à Cannes
La société Dounia Productions a de nouveau été primée pour ses travaux. La société fondée par Dounia Benjelloun-Mezian s’est vu remettre un Dauphin d’argent lors de l’évènement Cannes Corporate Media & TV Awards dans la catégorie «Mode de vie, arts, musique et culture». Ce festival professionnel, qui prime chaque année les meilleurs films institutionnels, documentaires et films destinés à un usage en ligne, a récompensé Dounia Productions pour son film documentaire «La restauration des tombeaux saâdiens». A.B.

• Le débat sur l’abolition de la peine de mort relancé
«Les institutions nationales des droits de l’homme ont un rôle important à jouer dans le combat d’abolition de la peine capitale». C’est ce qu’a déclaré Driss El Yazami, président du CNDH, lors d’un séminaire sur la peine de mort dans les pays francophones, organisé hier à Rabat. Surtout que ce sujet suscite un grand débat et divise l’opinion publique, selon Mohamed Aujjar, ministre de la Justice. Il a rappelé que la Constitution a consacré le droit à la vie dans son article 20.
Pour lui, «le législateur est engagé à réduire le nombre des infractions passibles de la peine capitale». Le projet de code pénal l'a ramené de 31 à 11 crimes. MAM

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc