Justice

Affaire CGI: Une énième convocation le 19 décembre

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5119 Le 04/10/2017 | Partager
Un report dû à l'absence de certains accusés pour cause de maladie
La 4e audience a duré 10 minutes

Quatrième audience éclair dans l’affaire Madinat Badis d’Al Hoceïma, hier 3 octobre, à la Cour d’appel de Fès. Dix minutes en tout pour un procès qui devrait passionner l’opinion publique pendant plusieurs mois. Après vérification de la présence des 27 accusés ainsi que celle de leurs avocats et des témoins, Abderrazzak Sabour, président de la cour, a noté l'absence de quatre accusés pour cause de maladie.

«Certains témoins n'ont pas été notifiés non plus», indique Ali Skali Houssaini, avocat au Barreau de Fès. Une situation qui a poussé le juge à reporter l'audience au 19 décembre prochain, «pour apaiser les tensions». Les tensions d’une affaire que l’on lie trop souvent, et sans cause, aux «incidents du Rif». Or, il s’agit là d’un dossier instruit suite à des anomalies constatées dans un projet immobilier de la CGI à Al Hoceïma, et pas de doléances d’ordre social ou autres.

Hier, l’ancien directeur général de la CDG, Anas Houir Alami, l’ex-DG de la CGI, Mohamed Ali Ghannam, et son adjoint Najib Rhila, les principaux accusés dans ce dossier, sont arrivés une demi-heure à l’avance. Une vingtaine d’autres suspects ont rejoint la salle n°1 du tribunal vers 12h30. L’audience s’est ouverte cinq minutes plus tard. Ali Ghannam sera le premier à être appelé à la barre. Suivront Anas Alami et Najib Rhila puis 22 autres, sauf les 4 absents.

Un dossier de plus de 350 pages

A noter que l’audience de ce 3 octobre a connu des changements au niveau de la défense. En effet, plusieurs avocats se sont vu représentés par leurs confrères. L’on notera ainsi l’absence des ténors comme Me Abdelhamid Benmakhlouf, Me Abdellatif Ouahbi, Me Mohamed Benchekroun, ou encore Me Tarik Sbaï, qui est également président de l’Instance de la protection de biens. Tous ont délégué le dossier à d’autres avocats aux Barreaux de Fès, Rabat et Casablanca. Par ailleurs, parmi les présents figurent Me Abdelaziz El Assri, Ali Skali, Mohamed Debbagh, et Mohamed Alliouine.

Les avocats de la défense font face à un dossier de plus de 350 pages remis par le juge d’instruction à la Cour, en mars dernier. L'enquête comprend des chefs d’accusation très lourds, à savoir la dilapidation de deniers publics, le faux et usage de faux, et la constitution de bande criminelle. La procédure judiciaire a été déclenchée, rappelons-le, il y a deux ans suite à des plaintes de MRE adressées au Souverain. Les acquéreurs avaient pointé des malfaçons dans le complexe résidentiel construit par la CGI.

Une enquête avait ensuite été menée par une commission mixte Intérieur-Finances constituée de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’administration territoriale (IGAT). S’en est suivie l’ouverture des auditions en novembre 2014, puis le procès ouvert le 14 mars et reporté hier pour la 4e fois.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc