Entreprises

BMCI portée par sa dynamique commerciale

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5117 Le 02/10/2017 | Partager
La banque stabilise son PNB et améliore ses bénéfices au premier semestre
Elle profite également de la baisse de son coût du risque
Elle profite également de la baisse de son coût du risque

Premier semestre performant pour BMCI. La filiale du groupe BNP Paribas a réalisé une bonne dynamique commerciale avec un développement du fonds de commerce et des volumes de crédits moyen et long terme. De quoi réjouir le top management de la banque, lors de la présentation des résultats semestriels vendredi 29 septembre 2017.

Cela s’est illustré au cours du premier semestre par près de 5 milliards de DH de nouveaux crédits d’investissement moyen, long terme en hausse de 13% par rapport à la même période de 2016. Cette nouvelle production semestrielle en crédit est perceptible sur tous les segments  que ce soit au niveau de l’équipement (7%), du leasing (11%), de l’achat de logement (12%) et de la consommation (21%). En face, la banque voit les dépôts de sa clientèle progresser de 1% à 42,6 milliards de DH avec une structure dominée par les ressources non rémunérées. «Ce qui est une bonne chose pour nous», se plaît à dire Dupuch.

Sur le plan financier, la dynamique commerciale se traduit paradoxalement par une petite baisse du PNB semestriel qui se fixe à 1,53 milliard de DH. Cette évolution est totalement attribuable, comme le précise le président, à la baisse des taux de crédit. «Nous assistons depuis 2 ou 3 années à la baisse des taux de référence sur le marché, qui est positive pour les investisseurs et les clients, mais elle a un impact sur les banques car la nouvelle production se fait à des niveaux de taux plus bas», analyse-t-il.

Ceci dit, le PNB a bien résisté à cette révision des taux, d’autant plus que les autres  sources de revenus de la banque (marge sur commission et produits d’activités de marchés) sont en hausse. En face, BMCI poursuit sa politique de maîtrise des frais de gestion et ce en dépit «d’importants investissements» dans l’organisation du réseau d’agences. La banque a regroupé au cours du premier semestre une dizaine d’agences pour un réseau qui s’est fixé à 365 points de vente.

En matière de gestion des risques, BMCI maintient sa rigueur en la matière avec une augmentation du taux de couverture des créances en souffrance à près de 78%. Cela n’a pas empêché la baisse de plus de 40% du coût du risque de la banque à 198 millions de DH à fin juin. Profitant notamment de cette baisse du taux de risque, le résultat net bondit de 34% pour atteindre 348 millions de DH. De quoi laisser présager une belle fin d’année.

BMCI et la banque islamique

BMCI qui a opté pour une fenêtre dans le cadre du déploiement de son activité de banque participative se dit dans la dernière ligne droite du lancement de son activité alternative. Selon Rachid Marrakchi, DG de BMCI, l’ouverture devrait se faire au cours de ce quatrième trimestre. Et pour cause, tous les chantiers fonctionnels que ce soit l’organisation, les aménagements, les process et l’informatique sont en cours de finalisation. Les tests ont même commencé dans certaines agences. «Actuellement, nous mettons l’accent sur la formation», souligne-t-il. Cette business unit qui empruntera le nom de Najmah va reposer sur une partie du réseau de la banque puisque la loi limite le nombre d’agences pour cette activité participative à 4% pour la première année. Najmah bénéficiera pour le démarrage de 15 agences.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc