Culture

Amal El Atrache De la petite lucarne aux cimaises des galeries

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5116 Le 29/09/2017 | Partager
Première exposition individuelle réunissant dessins, peinture et photographies
«L’Appart» un nouvel espace de création et d’échange
L’artiste n’oublie pas pour autant le théâtre et le cinéma
el-atrache-amal-016.gif

Le travail de Amal El Atrache est reconnu depuis longtemps par les critiques et les artistes, mais peu connu du grand public. Ici l’artiste peintre Hossein Talal, venu soutenir l’initiative de Amal El Atrache (Ph. AA)

Il ne s’agit pas d’une reconversion pour l’artiste iconique, Amal El Atrache, mais d’un retour aux sources! La comédienne, propulsée star nationale grâce à son rôle de bonne à tout faire, espiègle et farfelue, dans le sitcom Lalla Fatema,  a toujours eu un penchant pour l’art contemporain.

Et c’est en artiste visuelle accomplie qu’elle fait son retour sur la scène nationale. Sans pour autant abandonner le théâtre, le cinéma, le petit écran, Amal El Atrache multiplie les performances artistiques et autres happenings, bousculant les frontières de l’art, se moquant des limites, mélangeant pratiques et disciplines artistiques.

Dessins, peintures, photographie, expression corporelle rien n’échappe à son appétit et son désir débordant de créer. C’est en mariée exubérante et fantasque, peinture blanche sur le visage, boa en plastique en guise de traîne, qu’elle va déambuler dans les rues de Tanger, un certain 17 septembre 2016 après une performance, de 8 h, aux allures tragi-comiques, dans le Palais de la Mandoubia de la ville du détroit.

galerie_016.jpg

L’étrange performance de Amal El Atrache lors de la 2e édition du festival «Parcours artistique Tanger» dédiée au patrimoine architectural en septembre 2016 (Ph. Laabi Raïd)

Entretemps, elle expose ses photos dans plusieurs évènements underground de la capitale économique, s’en va en résidence de peinture à Asilah en avril dernier, affine sa technique, déballe ses vieux cartons pour retrouver ses premiers dessins… Ses œuvres adoubées, depuis longtemps, par les critiques tout autant que par, la très sélective corporation des artistes contemporains, ont rarement été vues par le grand public.

Aujourd’hui, Amal El Atrache se dit prête à dévoiler cette partie méconnue du personnage. Une exposition réunissant croquis, peintures et photographies sera organisée dans la deuxième quinzaine de novembre. On y retrouve les différentes facettes du travail de l’artiste. Des toiles immenses, aux croquis de carnets de voyages en passant par les photographies expressives.

Tantôt fauve par son audace, tantôt brute par sa spontanéité, l’œuvre de Amal El Atrache nous plonge dans un monde où l’ordre et le désordre cohabitent. Sa manière d’exagérer sciemment ses visions donne à ses peintures une certaine logique symbolique qui lui est propre. Et comme Amal El Atrache n’est pas une femme à refuser une expérience de plus dans son champ d’action, c’est dans un tout nouvel écrin, taillé à sa mesure, qu’elle s’apprête à accrocher ses œuvres. «L’Appart», qui sera inauguré à l’occasion de l’exposition, aménagé par le designer Pierre-André Descamps, est niché dans un magnifique immeuble art-déco, miraculeusement préservé, du centre ville de Casablanca.

gallerie-el-atrache-016.jpg

L’Appart est un espace conçu aussi bien comme une galerie d’art, que comme un lieu de partage, de rencontre et de résidence pour des artistes nationaux et internationaux (Ph. ABo)

Le lieu, hybride, habité par la création, mi-atelier, mi-résidence d’artiste, mi-galerie est en soi une œuvre d’art. Conçu d’abord pour exprimer son art, mais également comme un lieu d’échange et de visibilité d’autres artistes nationaux et pourquoi pas internationaux. «Pour l’instant je me focalise sur l’expo, L’Appart me sert bien sûr d’atelier, mais je voudrais aussi le partager avec d’autres artistes et en faire un espace ouvert à toutes les énergies créatives» précise la maîtresse des lieux.

Y-a-t-il une rupture entre Amal El Atrache, la comédienne, au parcours cinématographique et télévisuel conséquent et l’artiste contemporaine? «Il n’y a aucune rupture, c’est toujours la même personne. L’art contemporain est une libération artistique, qui me permet d’aller bien au-delà du théâtre ou du cinéma qui sont plus cadrés.

Il me permet de créer mes propres personnages et de leur donner la vie que je souhaite. Par ailleurs, être passée par le 7e art ou le théâtre me permet de mieux théâtraliser et de mettre en scène mon travail de peinture ou de photo» précise l’artiste.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc