Régions

Transport urbain Une nouvelle feuille de route pour Rabat

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5116 Le 29/09/2017 | Partager
Billetterie à bord, suppression du poste de receveur, couloirs de bus... les nouveautés
Le groupement Al Assima révise son cahier des charges, nouvel appel d'offres en octobre
150 millions de DH pour 100 bus neufs pour le futur délégataire
transport-urbain-rabat-016.gif

Une grande partie des bus de Stareo tombe souvent en panne. Cela revient à une forte exploitation du parc ainsi qu’au manque de maintenance sans oublier les actes de vandalisme (Ph. NEA)

Des changements dans la procédure des appels d’offres concernent la gestion déléguée des bus assurée actuellement par la société Stareo dans la région de Rabat-Salé-Témara. Le groupement Al Assima prévoit d'abandonner le système de pré-qualification et de passer directement au lancement d’appel d’offres ouvert pour tous les opérateurs.

«Ce qui va permettre de faire jouer la concurrence», indique Jamaa El Moatassim, président du groupement qui supervise la gestion de ce secteur. Une opération qui va conduire à l'annulation pure et simple des 7 groupes nationaux et étrangers déjà retenus dans une première phase.

Le recours à cette procédure ouvre aussi de nouvelles perspectives pour le futur délégataire, souligne Jallal Kaddouri, président du conseil de surveillance de Stareo. Un budget de 150 millions de DH sera mobilisé pour soutenir le démarrage de l'opérateur. Ce montant conjointement financé par l'Intérieur et la Région à hauteur de 100 millions de DH, va permettre l’acquisition de 100 nouveaux bus qui seront loués au futur opérateur à 5.000 DH par mois par unité.

Une nouvelle donne qui change le cahier des charges initial. «S'il était prévu lors du 1er exercice, que le parc soit composé de 450 bus dont 150 nouveaux, aujourd'hui, il est question de 250 bus neufs et autant de véhicules réhabilités récupérés du parc de Stareo», précise El Moatassim. Aussi, au terme de la 5e année d’exploitation, il est prévu de se retrouver avec un parc de 650 véhicules contre 600 prévus précédemment.

Parmi les nouveautés, l’engagement du groupement Al Assima à aménager 45 km de couloirs dédiés aux bus, dont 20 km au démarrage du nouveau délégataire. Ces couloirs sont nécessaires pour faciliter leur mobilité, et par conséquent augmenter leur vitesse commerciale. Originale, la nouvelle mouture compte définitivement supprimer le poste de receveur. Les bus seront équipés d’un système de billetterie pour un montant de 8 millions de DH qui sera accordé par le Fonds d'appui aux réformes du transport urbain et interurbain (FART).

Pour accompagner cette transformation et soulager la masse salariale du futur délégataire, une opération de départ volontaire a été lancée depuis fin 2016, rappelle Kaddouri. Plus de 400 demandes ont été déposées et traitées jusqu’à présent, ajoute-t-il, alors que l’effectif du personnel de Stareo s’élève à ce jour à 2.344 personnes. Pour accompagner cette opération de départ volontaire, une enveloppe de 60 millions de DH a été mobilisée par le département de tutelle (18 millions de DH) et le budget de l’Etat (48 millions de DH).

La nouvelle mouture du cahier des charges, adressée au ministère de l’Intérieur, attend validation. «Nous pourrions ainsi lancer l’appel d'offres en octobre, ce qui permettrait au nouvel opérateur de démarrer dès les premiers jours de 2018», espère El Moatassim. 

Lourd passif de 250 millions de DH

Ensemble, le futur délégataire, le groupement Al Assima et le ministère de tutelle doivent mettre en place une gouvernance rigoureuse afin d'en finir avec la mauvaise gestion (recrutements non justifiés, gaspillage,…) qui stigmatise ce secteur depuis plus de 10 ans. En plus de la mauvaise qualité de service, cette gestion a englouti des budgets énormes. Le passif de la société Stareo est estimé à ce jour à 250 millions de DH dont près de 60 millions concernant le volet social du personnel, selon une source proche du dossier. Au moment du départ de l’ex-délégataire Veolia, le passif avoisinait 170 millions de DH, rappelle-t-elle. Cette mauvaise gestion a impacté négativement les recettes de Stareo qui avoisinent les 500.000 DH par jour. Un montant qui reste insuffisant pour couvrir une grande partie des charges notamment celles du personnel, de la maintenance et du gasoil. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc