Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5115 Le 28/09/2017 | Partager

Fès: Le Barcelo vandalisé par des grévistes 

ecome_peintire_015.jpg

■ Recourir à un inspecteur du travail plus approprié
L’affaire du remplacement d’une salariée partie en congé de maternité au Barcelo de Fès a fait couler beaucoup d’encre et a entraîné une grève du personnel qui a rapidement pris la forme d’actes de vandalisme. Certes, le propriétaire de l’établissement n’avait pas le droit de renvoyer l’employée en question puisqu’il y a des textes de loi très clairs sur la question. Cependant, le comportement des grévistes me semble trop exagéré et inapproprié. Il ne faut pas oublier qu’il existe un inspecteur du travail pouvant jouer le rôle de médiateur entre les salariés et l’employeur. Il aurait fallu faire appel à ce dernier au lieu de se comporter de la sorte! Un tel acte de vandalisme donne au final tous les droits aux patrons de l’hôtel de renvoyer ces individus!
Yamina

■ Un comportement qui pousse les entreprises à investir ailleurs
L’affaire du vandalisme de l’hôtel Barcelo de Fès me déçoit. N’y avait-il pas un moyen plus légal pour les grévistes d’exprimer leur mécontentement? Les employés ont des droits, certes, mais ils ont aussi des devoirs et des obligations! Dommage qu’il existe encore des incivilités de ce type qui vont pousser les investisseurs à s’installer ailleurs. J’ai souvenir d’un cas semblable qui s’est produit à Agadir à la fin des années 1980 lors duquel des grévistes bloquaient l’accès à un hôtel qui a fini par fermer. Les investisseurs ont lancé un nouveau business ailleurs depuis et l’établissement demeure encore fermé jusqu’à aujourd’hui!
Karim

                                                                             

Meknès grogne autour de la chicha

chicha-015.gif

■ Un manque de loisirs sains mis en cause
Les cafés-chichas sont bondés de monde à Meknès. Si nos jeunes pratiquaient des loisirs sains tels que des activités sportives et étaient soutenus pour ne pas décrocher de leurs études, ils n’auraient pas trouvé de temps libre pour fumer du narguilé! La faute revient donc à un manque d’éducation, de valeurs et de principes évident ainsi qu’à une paresse aux retombées désastreuses pour leur personnalité.
Benkirane
■ L’importation du tabac à chicha autorisée
Si l’on souhaite résoudre le problème des cafés-chichas, il faut remonter à sa source et se montrer logique. Il faut savoir que les pouvoirs publics autorisent l’importation du tabac à chicha. Ce dernier est ainsi commercialisé librement au vu et au su de tous. Tant qu’il en sera ainsi, il ne faut pas se plaindre que nos jeunes fument le narguilé à longueur de journée!
Abdelhadi Alami

                                                                             

Larache: Une Fatwa contre les skateboards

■ Un comportement injustifié!
Le comportement du barbu qui a violemment agressé un skateboardeur à Larache est non justifié. Le t-shirt du jeune homme était déchiré et l’individu paraissait totalement hystérique sur la vidéo postée sur le net. Où sont passés le civisme et le respect des libertés?
Simou

■ L’intervention de la justice s’impose
L’affaire du skateboardeur de Larache ne doit pas s’arrêter là. Ce type de comportement fasciste doit être sanctionné et condamné avec la plus grande fermeté… La justice devrait intervenir au plus vite pour défendre ce jeune homme!
Najib

                                                                             

auto-ecole-015.gif

■ Formation des moniteurs d’auto-écoles : Il était temps
L’examen d’aptitude pour les moniteurs d’auto-écoles qui vient d’être organisé me semble être un excellent moyen d’améliorer le niveau des conducteurs marocains. C’est en mettant à niveau les instructeurs que l’on pourra mieux former les automobilistes de demain. Pour rappel, la majorité de ces moniteurs n’ont jamais suivi la moindre formation dans ce sens. Il était donc grand temps de changer la donne à ce niveau. D’autant plus que la conduite à Casablanca et dans les grandes métropoles du Royaume s’est largement détériorée ces dernières années. Plus personne ne semble par exemple maîtriser les priorités au niveau d’un rond-point. Bon nombre de conducteurs paraissent également ignorer la signification d’une grande partie des panneaux de signalisation existants. Une situation inquiétante et qui mériterait que l’Etat se penche davantage sur la recherche de solutions concrètes et efficaces…
G.L.

                                                                             

■ Violence à l’égard des femmes: Tout est question d’éducation
Le harcèlement touche de plus en plus de Marocaines, même si la prévalence varie suivant la tenue. Je demeure convaincu que si les parents éduquaient correctement leurs garçons, il y aurait considérablement moins de problèmes à ce niveau! Dès leur plus jeune âge, ces derniers traînent dans les rues sans surveillance… Vivant dans l’oisiveté, ils passent leur temps à faire des bêtises et à perturber la vie des autres. Ils se croient tout permis et c’est une grave erreur. Pour changer les choses, il faudrait que leurs parents les recadrent et leur apprennent les bonnes manières! A bon entendeur.
Mehdi G.
■ Ifrane menacée de sécheresse!
La petite suisse du Maroc est une destination que les estivants choisissent pour sa verdure mais également pour ses nombreux cours d’eau particulièrement rafraîchissants lors des périodes de fortes chaleurs. Malheureusement, les touristes ont été déçus cette année par le manque d’eau qui touche les lacs et les cascades de la région. La raison? Les autorités utiliseraient l’eau des nappes phréatiques pour arroser les pelouses et les plantes de la ville. Cela ne peut plus durer! La sonnette d’alarme doit être tirée et les acteurs civils ainsi que les autorités se doivent de protéger la province dans ce sens… D’autant plus que les attraits naturels de la région permettent de pérenniser l’activité touristique.
Imane Elouassiti

                                                                             

autocar-accidents-015.gif

■ Hécatombe sur nos routes
Les routes marocaines sont particulièrement meurtrières. Chaque année, l’on y compte plusieurs milliers de morts et de blessés… Une véritable «guerre civile» qui se déroule sous nos yeux sans que les autorités compétentes telles que le ministère du transport et la police ne parviennent à endiguer le phénomène! L’éradication des accidents de la circulation semble être impossible tant qu’il y aura des conducteurs irresponsables sur nos routes et des infrastructures en très mauvais état. Néanmoins, l’on peut tenter de diminuer sensiblement les risques en misant sur la répression pure et dure. Je propose, en plus d’organiser des campagnes de sensibilisation, de sanctionner par le biais d’amendes au montant élevé. Un procédé qui fera réfléchir à deux fois les automobilistes avant qu’ils ne cherchent à commettre l’irréparable. Il faut en finir avec le laxisme. Place aux contraventions de plus de 1.000 DH, au retrait du permis de conduire mais surtout au passage devant le tribunal! De telles mesures seront nécessaires pour espérer avoir une réelle baisse des accidents de la route.
Lahbabi Youssef

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc