Entreprises

Immobilier/Yamed Capital: «Nous avons investi 3,8 milliards de DH»

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5115 Le 28/09/2017 | Partager
Un prestataire de services intégré sur l’ensemble de la chaîne de valeur
600.000 m2 d’actifs en cours de développement
Nouveau projet haut standing au cœur de Casablanca
karim_beqqali_015.jpg

«Il y a une situation de suroffre dans plusieurs zones, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous et la confiance des clients envers les promoteurs est clairement érodée», affirme Karim Beqqali, administrateur directeur général du groupe Yamed Capital (Ph. YC)

Fort de plusieurs projets immobiliers  livrés et en cours de développement, le groupe Yamed Capital est en phase active de renforcement de sa réserve foncière. Le promoteur  met à disposition du marché une plateforme immobilière intégrée et novatrice pouvant accompagner ses partenaires dans la définition et la réalisation intégrale de leurs projets. Entretien avec Karim Beqqali, administrateur directeur général du groupe Yamed Capital.

- L’Economiste: Quels sont les axes du positionnement stratégique développé par Yamed Capital. Et où réside la valeur ajoutée du business model?
- Karim Beqqali:
Yamed Capital se positionne en tant que groupe indépendant de services et d’investissements immobiliers pluridisciplinaire, regroupant en interne toutes les compétences des métiers de l’investissement  à la commercialisation en passant par  la promotion, la valorisation d’actifs immobiliers, la maîtrise d’ouvrage déléguée et le conseil. La particularité de notre groupe réside dans son business model précurseur au Maroc puisque le groupe est à la fois investisseur/promoteur immobilier ayant engagé des fonds propres importants dans le marché depuis 2013 mais aussi un prestataire de services intégré sur toute la chaîne de valeur immobilière. Concrètement, grâce à notre maîtrise de l’ensemble des métiers, nos équipes internes sont capables de sourcer des projets immobiliers, étudier leur faisabilité, les financer en fonds propres et/ou en dette, réaliser leur conception, assurer leur construction et de gérer leur commercialisation jusqu’à la livraison finale, service après-vente compris. Le groupe peut capitaliser sur l’expérience de ses actionnaires, ainsi que sur l’expertise acquise pendant plus de 10 ans par Yam Invest en tant qu’actionnaire de référence de Cogedim, leader français de la promotion immobilière haut de gamme.

- Où en êtes-vous aujourd’hui dans l’évolution de votre métier de gestion d’actifs et quels sont vos objectifs à court-moyen terme?
- A ce jour, Yamed Capital a atteint un volume d’investissement sous gestion au Maroc de plus de 3,8 milliards de DH, représentant plus de 600.000 m2 d’actifs en cours de développement, situés principalement sur l’axe Casablanca-Rabat. Le groupe compte consolider sa position de leader en Asset Management immobilier au Maroc et à diversifier la nature des fonds gérés, puisque nous gérons à ce jour exclusivement des fonds provenant d’institutionnels européens et de «family offices» marocains. Nous sommes aussi dans une logique de diversification des actifs gérés et nous intéressons particulièrement à l’immobilier de l’éducation. Nos équipes sont aussi en recherche active d’opportunités d’acquisition foncière ou de partenariats éventuels avec des propriétaires fonciers en vue de développer la réserve foncière.
- Vous venez de lancer un projet d’envergure dans le logement social à Casablanca. Comment Yamed Capital compte-t-elle se démarquer sur ce segment déjà investi par de grands groupes nationaux?
-  Aujourd’hui, plusieurs acteurs opèrent effectivement déjà sur ce marché et certains essaient d’ailleurs de le tirer vers le haut. A travers Yamelki, signature du logement social du groupe Yamed Capital, nous ambitionnons de faire partie de cette catégorie de promoteurs capables de développer des projets de logements sociaux de façon novatrice et citoyenne. Les maux dont souffre le logement social sont sérieux. Il y a une situation de suroffre dans plusieurs zones, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous et la confiance des clients envers les promoteurs est clairement érodée. L’approche de Yamelki consiste à remettre le client du logement social au centre de nos préoccupations et à développer des projets qui transcrivent les valeurs de «promoteur citoyen» fondées sur un principe clé: le respect des engagements. Cette démarche suppose une conception de qualité via une maîtrise d’oeuvre et une maîtrise d’ouvrage intransigeantes et soucieuses de livrer dans les délais impartis des espaces de vie modernes et agréables. Certains acquéreurs de nos logements sociaux ont d’ailleurs qualifié les logements Yamelki de «haut standing du social». Cette appréciation s’explique par un standing de logement rehaussé par la qualité de nos conceptions et de nos finitions. Yamelki essaie aussi de se démarquer sur ce segment en privilégiant des assiettes foncières situées dans des zones où la demande en logements sociaux est abondante et l’offre plutôt rare.
- Avez-vous d’autres projets en phase de lancement à Casablanca ou ailleurs?
- Nous sommes en phase d’études avancées sur d’autres sujets mais le projet le plus imminent se situe en plein coeur de Casablanca. Il s’agit d’un projet résidentiel haut de gamme en bord de mer offrant des villas construites en résidences fermées à partir de 5,7 millions DH et des lots de villas. Ce projet sera d’ailleurs lancé en même temps que notre marque de promotion immobilière haut de gamme qui aura vocation à fédérer sous une marque commune les projets résidentiels haut standing en cours de livraison (ceux-ci représentent environ 40% de notre portefeuille actuel, le reste étant consacré au logement social et au moyen standing) et ceux en cours de lancement.
Propos recueillis par Aziza EL AFFAS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc