Culture

Jazz au Chellah: Rencontre des deux rives de la Méditerranée

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5111 Le 21/09/2017 | Partager
Le plus vieux festival de jazz au Maroc souffle sa 22e bougie
Du 28 septembre au 1er octobre à Rabat
jazz-chellah-011.jpg

Vicens Martín Dream Big Band. Le groupe catalan, avec sa section de cuivres impressionnante fera l’ouverture du Jazz au Chellah le jeudi 28 septembre  (Ph. Barcelona)

Les festivals de jazz se suivent et ne se ressemblent pas. Après le Tanjazz, dans la ville du détroit, c’est au tour de la capitale du Royaume d’accueillir le plus vieux festival du genre dans le pays. «Du jazz européen qui vient à la rencontre de ses racines  africaines», nous promettent les organisateurs, qui ne sont autre que l’Union européenne au Maroc, qui veille sur l’organisation du Jazz au Chellah depuis 22 ans.

L’évènement se déroule sur le magnifique site du Chellah du 28 septembre au 1er octobre et réunit une pléiade d’artistes européens mais également marocains. Le but étant de permettre des échanges musicaux entre les deux rives de la Méditerranée par le biais de fusions programmées lors de ces  5 jours de festivités musicales.  Ce sont l’Autriche et l’Espagne qui ouvrent le bal le jeudi 28 septembre avec une première partie proposée par «Vicens Martín Dream Big Band».

L’orchestre catalan, impressionnant avec ses cuivres sera suivi par l’avalanche des sons jazz de Shake Stew, un groupe autrichien composé de sept musiciens aux sonorités détonnantes. Première fusion de l’évènement: le groupe autrichien sera rejoint par Nabyla Maan, qui vient de sortir un album où elle réinterprète le répertoire andalou avec des sonorités jazzy. Le Danemark et les pays du Benelux seront représentés par deux expériences musicales particulières. Mathias Heise Quadrillon proposera son FuRo Jazz, un jazz fusionné de Rock et Funk, alors que le trio belgo-luxembourgeois, Dock In Absolute, poussera les limites du jazz avec une nouvelle approche progressive en invitant sur scène le talentueux saxophoniste Axel Camil et le percussionniste Mohamed Amine Bliha, pour une autre expérience maroco-européenne.

Du hot jazz, du surf-punk et du tango, c’est le mélange délirant que proposent les Finlandais Dalindéo. Un voyage psychédélique porté par six musiciens qui  cèdera la place  à un tourbillon portugais. Le trio Maria João, surprenant mariage entre les musiques traditionnelles portugaises et la musique électronique, qui s’associe avec  le  multi instrumentaliste marocain M’hamed El Menjra.

La clôture du dimanche 1er octobre sera une véritable épopée à travers le monde, depuis l’Allemagne jusqu’en Egypte. Gregory Gaynair Trio et son jazz moderne suivi d’une légère mais heureuse entorse avec le groupe égyptien Eftekasat qui propose un jazz oriental, engagé, intégrant des influences balkaniques, africaines et latines.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc