Entreprises

RATP Dev formera ses compétences à Casablanca

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5108 Le 18/09/2017 | Partager
Le groupe lance une école pour pourvoir à son réseau au Maroc et à l'étranger
Casa-Tram va tripler ses effectifs pour couvrir le réseau tram/BHNS
De nouvelles opportunités de carrière au Maroc et ailleurs
laurence_batlle_008.jpg

«La création d’emplois et le transfert de savoir-faire ont permis de faire du Maroc une référence de la mobilité durable, au même titre que d’autres secteurs porteurs comme l’aéronautique ou l’automobile», affirme Laurence Batlle, présidente du directoire de RATP Dev, qui était en déplacement au Maroc la semaine dernière afin de sceller le contrat d’exploitation des prochaines lignes de tram avec les autorités de la ville de Casablanca (Ph. RATP)

Casa-Tram, filiale de RATP Dev, a remporté officiellement l’appel d’offres du tramway de Casablanca pour l’exploitation et l’extension du réseau. Le nouveau contrat 2017-2029 qui a été signé avec les autorités ce 15 septembre porte sur un montant de 4,78 milliards de DH. La présidente du Directoire de RATP Dev, Laurence Batlle, décrypte le projet de mobilité urbaine le plus important du continent africain.

- L’Economiste: Vous comptez exploiter et mettre en service les quatre lignes de tramway et les deux lignes de BHNS jusqu’en 2029. Comment relever ce défi?
- Laurence Batlle:
Nous avons réussi en 2012 le lancement de la ligne de tramway T1, qui était un projet greenfield pour lequel nous avons créé, en partenariat avec d’autres acteurs, des infrastructures nouvelles, formé des ressources locales, implémenté des savoir-faire et donné naissance à un véritable écosystème de métiers et de partenaires. Cette expérience de 5 années est évidemment précieuse pour réussir le challenge que représente le futur réseau de Casablanca. En tant que filiale du groupe RATP, RATP Dev s’appuie sur l’expertise et le savoir-faire d’un leader, le 5e acteur mondial du transport public, qui exploite plus de 250 km de tramways mis en ligne et transporte chaque jour plus de 16 millions de voyageurs dans 14 pays et sur quatre continents. Nous sommes donc prêts à relever le défi technique que représente ce nouveau réseau.

- Que va changer le futur réseau dans l’organisation de Casa Tram?
- Un projet aussi ambitieux que celui du futur réseau de Casablanca nécessite un changement d’organisation qui soit en mesure de répondre à l’ampleur de notre mission. Aussi, l’organisation de Casa Tram va évoluer de manière à relever le challenge d’ouvrir 6 lignes en 5 ans. Nous allons augmenter nos effectifs et mettre l’accent sur le suivi du projet, qui sera l’enjeu majeur de notre nouvelle organisation. Nous avons aussi pensé que la nouvelle ère qui s’offre à nous devait être marquée par une nouvelle dénomination à même de refléter notre identité et notre engagement. Nous avons ainsi choisi, en accord avec les autorités concernées, de devenir RATP Dev Casablanca.

-  Vous scellez avec la ville de Casablanca un partenariat pour 12 ans. Quel bilan dressez-vous de vos 5 années de gestion de la 1re ligne?
-  La ligne T1 du tramway de Casablanca constitue un véritable modèle, à la fois pour l’ensemble des projets de RATP Dev dans le monde, mais aussi pour tout projet de mobilité urbaine durable. C’est d’abord un modèle en raison de sa taille, puisqu’il s’agit du plus long réseau de tramway au monde mis en ligne d’un seul tenant. C’est aussi un modèle en raison de son succès, les Casablancais étant 95% à se déclarer «très satisfaits» du tramway.  Cette adhésion se retrouve dans tous les aspects de notre mission: accueil, confort, information-voyageurs… avec des taux de satisfaction qui dépassent les 90%.

- Avez-vous tiré des enseignements de votre expérience à Casablanca pour améliorer le service aux voyageurs?
- Le monde change et avec lui les besoins de nos voyageurs et les possibilités technologiques qui s’offrent à nous. RATP Dev est engagé dans un processus d’amélioration continue et nous allons poursuivre l’ajustement de notre offre en transport pour être encore plus près des attentes des Casablancais. Cela passera par plus d’innovation digitale au service de la mobilité afin de procurer davantage de sécurité, de confort et d’efficacité opérationnelle. Nous continuerons également le développement de notre collaboration avec les start-up locales en vue d’améliorer notre efficacité énergétique.
- Quels seront les besoins en RH du futur réseau de Casablanca?
- Ces besoins seront importants. Nous envisageons de tripler nos effectifs actuels afin de couvrir toute la chaîne de valeur de la mobilité urbaine. L’écosystème du tramway regroupe plus d’une trentaine de métiers. Le futur réseau aura donc un impact extrêmement positif, non seulement sur les emplois directs que nous allons créer mais aussi sur les emplois indirects. Je pense notamment à tous nos prestataires. C’est bien l’ensemble du tissu économique local qui profitera de ce projet.

Ecole de la mobilité

Le groupe a annoncé en juin dernier le lancement imminent d’une école de la mobilité durable à Casablanca. Sa mission: pourvoir aux besoins du futur réseau et à ceux des autres opérations dans le monde. RATP Dev a lancé une partie importante du sourcing et du recrutement à Casablanca, notamment le personnel le plus qualifié sur les postes de managers. L’école proposera des formations approfondies, un suivi individuel de développement de carrière ainsi que l'acquisition d'une expérience à forte valeur ajoutée. Elle contribuera aussi à développer l’emploi des jeunes en leur offrant des opportunités de carrière au Maroc et sur l’ensemble des  réseaux RATP dans le monde. Elle sera un élément-clé de la stratégie du groupe français visant à faire du Maroc un pôle de référence en matière de formation aux métiers de la mobilité.

Propos recueillis par Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc