Entreprises

BP en bonne forme pour profiter de la reprise

Par Franck FAGNON | Edition N°:5105 Le | Partager
Les bénéfices semestriels en hausse de 9% à 1,5 milliard de DH
Le crédit bancaire retrouve un peu de tonus
bp_reprises_005.jpg

Le groupe a achevé un premier semestre solide. La baisse du coût du risque a en partie soutenu les profits de la deuxième capitalisation bancaire

Après plusieurs années de croissance atone, tout regain du crédit est le bienvenu, même si la croissance est surtout stimulée par les emprunts des entreprises publiques. Sachant que beaucoup d’entreprises dépendent des commandes du secteur public, ce n’est pas plus mal.

La BP a accordé un additionnel de 7 milliards de DH. Toutefois, «cet encours ne finance pas que des projets. Il y a aussi des restructurations financières derrière», tempère Mohamed Benchaâboun, président du groupe Banque Populaire, lors de la présentation des résultats semestriels.

La Banque Populaire a achevé un premier semestre solide avec un produit net bancaire en légère hausse de 1% à 8,2 milliards de DH. La baisse de la marge d’intérêts (-3%) est compensée par la progression à deux chiffres (+12%) des commissions et une amélioration de 6% des revenus des activités de marché. En Afrique subsaharienne où le groupe est exposé, l’activité commerciale est soutenue sur ses principaux marchés de présence. Le risque est aussi non négligeable selon les territoires.

Ceci dit, le groupe a vu le coût du risque baisser de 8% au premier semestre à 1,6 milliard de DH. L’explication vient en partie d’une amélioration de la qualité du portefeuille de prêts du secteur au Maroc. La hausse des créances en souffrance y a décéléré à 3% à fin juin contre une progression de 9% en 2016 et 15% en 2015. Les deux dernières années, les banques ont passé des provisions importantes sur le dossier Samir notamment.

Le plus gros semble derrière. Mais, les créanciers restent attentifs au sort de la raffinerie. Dans tous les cas de figure, BCP détient une hypothèque de 1,2 milliard de DH sur le terrain de la Samir. Un terrain qui vaudrait actuellement le double du montant de la garantie. Le groupe a renforcé l’effort de provisionnement sur les six premiers mois de l’année en portant notamment la PRG à 3,6 milliards de DH. L’encours des provisions pour risque pays pour les marchés de la zone UEMOA s’élève à 500 millions de DH.

A fin juin, l’amélioration du coût du risque a soutenu les bénéfices. Le résultat net part du groupe a augmenté de 9% à 1,5 milliard de DH. Il vient en partie renforcer les fonds propres du groupe à 42 milliards de DH. Au niveau des ratios prudentiels, le groupe affiche un ratio de solvabilité de 12,6% et un ratio Tier 1 de 1,1 point au-dessus du minimum requis à 10,1%.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc