Régions

Marrakech: Quand les taxis agréés «s’ubérisent»

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5103 Le | Partager
Une application mobile inédite
200 chauffeurs d’ores et déjà opérationnels à Marrakech
chedli-taxis-003.gif

Lancée depuis 1 mois à Marrakech, l’application mobile Chedli Taxi permet de commander sa course par un système vocal inédit. Un partenariat a été signé entre MotionTech, la société éditrice de l’application, représentée par Ali Hammouda (à gauche) et l’Association des oeuvres sociales des chauffeurs de taxi de Marrakech, représentée par son secrétaire général, Abdelaziz Lamsalek (Ph. Chedli Taxi)

EXIT Google Maps. Chedli Taxi (ou littéralement «attrape-moi un taxi» en français) est une application de commande de courses par système vocal. «Au Maroc, une seule rue peut avoir 3 ou 4 noms différents, il n’y a pas toujours de numéro de maison ou d’immeuble, et on parle darija, berbère, arabe, français… avec cette spécialité nationale, Google Maps a du mal à s’en sortir», ironise Ali Hammouda, co-fondateur du projet.

En effet, si l’on ne prend que l’exemple de Derb Milan à Casablanca, il y a exactement 12 manières différentes de le nommer. Voilà donc tout l’intérêt de cette formule inédite, lancée à Marrakech depuis 1 mois. Une fois l’application téléchargée, il suffit de commander sa course oralement, le point de départ étant automatiquement géolocalisé. Les chauffeurs dans le secteur prennent connaissance de la destination, et suivant leur disponibilité, l’un d’entre eux accepte la course.

Les numéros de téléphone sont alors directement échangés entre lui et son client, ce dernier pouvant suivre le déplacement du véhicule sur son écran. «En 15 secondes seulement, tout est bouclé. Il s’agissait de simplifier le service, à la fois pour le client et pour le chauffeur» ajoute Hammouda. En tout, ils sont 200 taxis opérationnels dans la ville ocre.

«Nous avons tout misé sur Marrakech avant de nous développer à Casablanca, où une petite centaine de taxis sont d’ores et déjà opérationnels, et plus tard à Rabat. Nous ne voulions pas nous éparpiller». Plusieurs modes sont proposés. Le premier envoie la commande aux chauffeurs qui se trouvent dans un rayon de 2 à 5 kilomètres, avec une majoration sur le prix de la course de 5 DH en journée et 10 DH la nuit.

Le deuxième mode, facturé 15 DH, est envoyé à l’ensemble du parc puisqu’il permet de réserver une course différée, dans une heure ou pour le lendemain par exemple. «Un mois seulement après le lancement de l’application à Marrakech, nous enregistrons une cinquantaine de demandes par jour avec un taux de réponse de 80%, ce qui est très bien pour un début», constate le co-fondateur.

Hammouda s’est associé à Mohammed Bakr Sikal pour développer ce projet qu’ils mûrissent ensemble depuis 2 ans. «Nous avons développé notre propre algorithme, très complexe, pour proposer ce service inédit de commande vocale adapté aux Marocains», explique-t-il. Pour faire tourner leur petite affaire, 10% sont prélevés sur les 5, 10 et 15 DH majorés sur le prix de la course.

Et pour assurer un service sans fausse note, le duo a signé un partenariat avec l’Association des oeuvres sociales des chauffeurs de taxi, la plus importante en termes d’adhérents, qui assure le respect des règles de bonne conduite. En cas de manquement, le client, qui reçoit dès sa première commande une adresse email dédiée, peut faire remonter à Chedli Taxi toute réclamation comme, par exemple, une course sur-facturée. Autre exigence importante pour les fondateurs, l’application est uniquement destinée aux chauffeurs de taxi détenteurs d’un agrément et d’un permis de confiance délivrés par les autorités marocaines. Les particuliers et les VTC sont donc exclus.
De notre correspondante,
Stéphanie JACOB

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc