Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5102 Le 08/09/2017 | Partager

■ Une mystérieuse fumée sort d’un consulat

fumee_consulat_002.jpg

De la fumée noire sortait d’une cheminée du consulat russe de San Francisco vendredi et les pompiers de la ville ont confirmé que ses occupants y brûlaient des objets non identifiés, à la veille de sa fermeture. Les pompiers de la ville californienne (ouest des Etats-Unis) sont intervenus à la suite d’appels alarmés - ou intrigués - et leurs porte-parole ont indiqué sur Twitter qu’il ne s’agissait pas d’un incendie: «(le consulat) russe a eu une alerte, pas un incendie, tout va bien et nous quittons les lieux». Confirmant le vieil adage «pas de fumée sans feu» une porte-parole des pompiers Mindy Talamadge a dit à l’AFP que les employés et diplomates russes du consulat «doivent être en train» de brûler des éléments dans la cheminée. Les pompiers qui sont intervenus «ont confirmé qu’il y avait de la fumée sortant de la cheminée mais il n’y a pas de danger structurel» sur le bâtiment, a-t-elle ajouté sans être en mesure de dire si les pompiers sont entrés dans le bâtiment. Les spéculations et railleries allaient bon train sur Twitter sur ce qui était en train d’être consumé, en pleine canicule, au sein du consulat à la veille de sa fermeture ordonnée par le gouvernement américain et d’une perquisition annoncée par les autorités américaines. «Ils avaient tant à brûler qu’ils ont déclenché leur alarme incendie avec la fumée», raillait une internaute.

■ Un hôtel propose de louer un poisson pour la nuit

Louer un poisson rouge pour la nuit. Le gérant d’un hôtel belge a eu l’idée de proposer ce service afin d’animer la file d’attente devant la réception de son établissement, un concept qui a rapidement suscité la curiosité des internautes. Une touriste néerlandaise a posté début septembre une photo de bocal à poisson sur son compte Facebook. Une de ses amies, productrice radio en Nouvelle-Zélande, l’a reprise sur Twitter. Le tweet est devenu viral et a été aimé plus de 30.000 fois en moins de quatre jours. Mais ce n’est pas la première fois que le concept «Rent a fish» de l’hôtel Van der Valk de Charleroi (sud de la Belgique) connaît ce succès, relayé mardi par plusieurs médias belges. «Il y a deux-trois ans, un joueur australien de tennis en fauteuil roulant n’arrivait pas à dormir. Il a décidé de filmer les poissons et de partager la vidéo sur les réseaux sociaux», se souvient David Dillen, manager de l’hôtel, joint par l’AFP. Depuis, les trois poissons rouges Nemo, Heineken et Prince Charles, loués pour 3,50 euros la nuit, sont les vedettes de l’hôtel. C’est le manager qui a eu cette idée en mars 2013. «Assis au bar de l’hôtel avec mon cousin, je voyais tous ces gens qui s’ennuyaient dans la file d’attente de la réception», se souvient-il, «je voulais rendre leur temps d’attente plus agréable, les faire sourire».

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc