Economie

Hausse importante de la subvention du gaz butane

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5099 Le 05/09/2017 | Partager
Elle est à 7,2 milliards de DH à fin août, en hausse de 60%
Les créances dues aux compagnies et à Cosumar atteignent 1,761 milliard de DH
subvention_gaz_099.jpg

La consommation du gaz butane est sur un trend haussier. Elle a pris 4,7% en 2016. Au cours des sept premiers mois de l’année, elle a augmenté de 2,18%

Prix à l’international, augmentation de la consommation (2,18%) et effet structure des prix avec la libéralisation des importations et la hausse des marges… Trois raisons expliqueraient la hausse de la charge de la compensation du gaz butane de 44% attendue cette année.

Inscrit depuis plusieurs années sur la liste des produits dont le prix doit être libéralisé sans qu’aucun gouvernement n’arrive à franchir le pas, le gaz butane a été subventionné à hauteur de 7,2 milliards de DH à fin août. Sur un an, cela représente une hausse de 60%!

Depuis janvier, le prix de reprise fixé par l’Etat varie dans une fourchette allant de 5.095,17 DH la tonne à 5.201 pour le mois de septembre. Et au rythme de l’évolution des cours, en particulier du gaz, la prévision de la subvention globale (14,65 milliards de DH), inscrite dans la loi de finances 2017, pourrait être entièrement engagée, voire même dépassée. En tout cas, la Caisse de compensation prévoit une hausse de la subvention globale du sucre et du gaz de 30% cette année.

Le gaz  butane concentre 20% de la consommation des produits pétroliers, en raison de son utilisation par les ménages et le secteur agricole. Près de 59% est consommé par les ménages et 39% par l’agriculture essentiellement pour le pompage d’eau et pour le chauffage dans l’élevage avicole et les cultures sous serre. L’encouragement du recours au solaire n’a pas eu le succès escompté. Un autre programme national d’un coût de 2,5 milliards de DH est en cours d’élaboration et vise 100.000 hectares sur trois années. Des mécanismes de financement plus «attractifs» devraient être mis en place pour faciliter l’acquisition des kits de pompage solaire (voir L’Economiste N° 5094 du 28/08/2017). 

Cela permettra non seulement de régler le problème de l’utilisation du gaz butane dans l’agriculture mais facilitera aussi la tâche au gouvernement qui compte s’attaquer à la subvention du gaz avant la fin de la législature. En particulier, une fois le nouveau identifiant des citoyens mis en place. Composé de dix chiffres, cet identifiant permettra de connaître avec plus de précision les citoyens, notamment en matière de retraite, d’assurance maladie, de programmes sociaux, de prestations administratives… Ce qui facilitera le ciblage des personnes qui méritent la subvention.

A fin août,  les créances dues aux sociétés de gaz butane et de sucre atteignent  1,761 milliard de DH dont 783 millions de DH pour le gaz butane et  978 millions de DH pour le sucre. Ces créances  représentent un peu plus d’un mois de subvention pour le gaz butane, et de deux mois pour le sucre. Pour ce dernier produit, le gouvernement prépare également un plan de démantèlement de la subvention mais aucun délai de mise en place n’est pour l’instant avancé.  A fin août, le soutien du prix du sucre s’est élevé à 2,95 milliards de DH en hausse de 2%.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc