Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5096 Le 30/08/2017 | Partager

■ Une histoire d'amour incroyable entre une macaque et un poulet
Niv, une jeune macaque noire d'Indonésie en mal de maternité, a adopté un poulet qu'elle pouponne depuis une semaine dans le safari de Ramat Gan, une banlieue de Tel-Aviv. Niv ne cesse de cajoler, de jouer, de caresser, de faire la toilette du poulet qui se laisse faire, alors qu'il pourrait très bien s'enfuir en passant à travers les barreaux, dit à l'AFP une responsable du Safari, Mor Porat. «Ce genre de relations est rare. D'habitude, les macaques tuent et mangent parfois les poulets qui pénètrent dans leur enclos, ou ils jouent avec eux jusqu'à ce qu'ils meurent», ajoute-t-elle. Pour éviter une telle fin tragique, les responsables ont séparé Niv et son bien aimé à plumes du reste des macaques. Seule la mère de Niv, qui est la cible de l'hostilité des autres femelles, se trouve avec eux. Le poulet, dont le safari n'a pas déterminé le sexe et qui n'a pas de nom pour l'instant, «semble très heureux de s'être trouvé une mère de substitution. La nuit, ils dorment d'ailleurs ensemble», ajoute Mor Porat. Il y a quelques mois, Niv avait déjà tenté d'adopter un autre poulet, mais celui-ci avait préféré la quitter pour être libre. Les poulets divaguent dans le safari, sans que ce dernier sache vraiment d'où ils viennent. «Il semble que Niv, qui a quatre ans et a atteint l'âge de la maturité sexuelle, ait des difficultés à trouver un partenaire. Cela explique sans doute la fibre maternelle qu'elle exprime envers ce poulet qui joue un rôle de substitut», diagnostique Mor Porat. Le macaque noir est inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l'Union internationale pour la préservation de la nature.

■ L’armée chinoise veut limiter la masturbation chez ses recrues
Envie de devenir soldat en Chine? Il vous faudra désormais résister à la masturbation et aux jeux vidéo, des pratiques auxquelles l’armée veut mettre un frein pour s’assurer de la santé de ses nouveaux membres. Ce raidissement part d’un constat: un nombre croissant d’aspirants sont recalés dès les tests de sélection physique de l’Armée populaire de libération (APL), la plus grande du monde en matière d’effectifs avec 2 millions de personnes. Le Quotidien de l’APL, le journal officiel de l’armée, vient de lister sur un réseau social les 10 raisons pour lesquelles certaines recrues potentielles flanchent dès le premier écrémage, un phénomène qui agite les hautes sphères militaires. Un cinquième des candidats ne sont ainsi pas retenus en raison de leur surpoids, et 8% à cause d’une «veine testiculaire hypertrophiée». Cette particularité anatomique s’expliquerait par un excès de masturbation, de pratique des jeux vidéo, ou par un manque d’activité physique, explique le journal. Les postulants aux tatouages trop visibles ou démesurément grands sont eux aussi éliminés, ajoute le quotidien, qui précise que d’autres ont été recalés pour des problèmes de foie liés à la consommation d’alcool. Dans une ville de Chine, plus de la moitié des candidats ont même essuyé un inflexible refus en raison d’une forme physique jugée insuffisante, souligne le Quotidien de l’APL. «Le processus de recrutement est mené en vertu de procédures et de règles strictes», a observé de son côté le ministère de la Défense dans un communiqué pour justifier cette reprise en main.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc