Entreprises

El Minzah fin prêt à l’été 2018

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5093 Le 25/08/2017 | Partager
Le célèbre hôtel vise le top 3 des établissements de luxe à Tanger
Les travaux de rénovation démarrent incessamment
el_minzah_hotel_tanger_093.jpg

De nombreuses célébrités ont séjourné à El Minzah depuis sa création il y a presque cent ans: Sir Winston Churchill, Anastase Mikoyan (ancien vice-Premier ministre de l’URSS), Juan Carlos 1er, le comte de Paris… Sans compter les stars du cinéma mondial, telles que Douglas Fairbanks, Mary Pickford, Rita Hayworth, Anthony Quinn… (Ph. Adam)

Une nouvelle équipe dirigeante, un plan de rénovation bien ficelé… l’Hôtel El Minzah, l’un des fleurons de l’hôtellerie tangéroise, veut regagner sa place parmi les 5 étoiles de la ville. C’est en tout cas l’ambition du célèbre entrepreneur irako-britannique, Nadhmi Auchi, patron du groupe Le Royal, propriétaire de l’enseigne. L’homme d’affaires a présenté la nouvelle direction lors d’une rencontre la semaine dernière à Tanger.

El Minzah avait perdu deux de ses cinq étoiles en septembre dernier, lors d’un contrôle surprise de la commission de classement. Cette dernière avait pointé du doigt la dégradation des parties communes, des cuisines et des chambres. La nouvelle équipe, avec à sa tête Hans Egli, un ancien directeur de l’établissement qui a fait son comeback, a dévoilé les aménagements opérés: les cuisines ont été rénovées, et un nouveau chef a été recruté. La rénovation des 140 chambres de l’hôtel démarrera dès novembre 2017, pour une entrée en service fin 2018. Les travaux seront menés en partenariat avec la chaîne hôtelière espagnole Blue Bay, à laquelle El Minzah a adhéré fin 2016.

Trois chambres témoin ont été ouvertes. Les 140 autres suivront d’ici la fin de l’été 2018. A elles seules, les chambres devraient coûter plus de 1,5 million de dollars (15 millions de DH), selon Auchi. Pour le patron du groupe, il s’agit de regarder vers l’avenir et de travailler pour replacer El Minzah dans le top 3 des hôtels de la capitale du détroit.

Le groupe travaille, en outre, sur le climat social. Un accord est en cours de négociation avec les employés, il sera signé prochainement. «Cet accord permettra d’assurer une paix sociale au sein de l’établissement», relève Anouar Berrada, représentant de la société Rentistica, propriétaire des murs. L’hôtel est passé par des périodes difficiles durant les dernières années, dont une longue crise sociale liée à un bras de fer avec l’ancienne direction.

L’établissement est géré en partenariat avec l’hôtel Villa de France qui a rouvert il y a quelques années. Lui aussi devrait connaître une remise à niveau (restaurant et bars).
El Minzah est géré par la société de management Minville, tandis que Rentistica est propriétaire des murs. Cette dernière est détenue à hauteur de 80% par la société de participation General Mediterranean Holding (GMH), dont le siège est au Luxembourg, chapeautée par Nadhmi Auchi.

L’hôtel, presque centenaire, a marqué l’histoire de Tanger. Construit par un lord anglais du nom de Bute, il s’étendait sur un terrain à la limite de l’ancienne médina, baptisé le «Belvédère» (El Minzah en arabe). Le promoteur avait fait appel à des architectes français ayant respecté la pure tradition mauresque. Dès son inauguration, l’hôtel a été classé établissement de grand luxe.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc