Economie

Ce que pèsent les PME dans les bilans des banques

Par Franck FAGNON | Edition N°:5092 Le 24/08/2017 | Partager
Environ 20% des concours au secteur privé
La plupart des banques fortement exposées sur quelques grandes entreprises
Le processus de rééquilibrage sera long
pme_billans_banques_092.jpg

Les banques sont plus ouvertes sur le financement des PME. En volume, les positions des deux groupes se rapprochent

En réinstaurant la rémunération de la réserve obligatoire, Bank Al-Maghrib souhaite pousser les banques à accroître les financements aux TPME en particulier. Elles avaient déjà la possibilité de mobiliser des ressources équivalentes au volume de crédit prévu pour cette population d’entreprises. Mais il faudra d’autres mécanismes et un resserrement de la relation banque/entreprise pour que le vœu des autorités monétaires se traduise  dans les bilans des banques.

Pour les activités au Maroc, le poids des crédits aux TPME dans le total des concours au secteur privé est inférieur à 20%. Malgré la diversification des banques sur les PME ces dernières années, le rééquilibrage du portefeuille sera un processus long. Cela passe aussi par la diversification de l’économie.

La ventilation du portefeuille des banques est en partie le reflet d’une économie qui est concentrée, relèvent les analystes. Quelques grandes entreprises pèsent lourd dans les bilans. En moyenne pour les grandes banques, les 20 premiers crédits représentent 22% du portefeuille de prêts. 

En matière de financement des PME, certaines banques sont plus dynamiques que d’autres. Parmi les groupes transfrontaliers qui sont également exposés sur les marchés subsahariens, la situation est variée. Les engagements de BMCE Bank of Africa vis-à-vis des PME représentent 30% de son portefeuille, relève Fitch Ratings. Ils s’établissent à 18% du total des prêts à Attijariwafa bank. En volume, les positions se rapprochent.

pme_billans_banques_1_092.jpg

L’exposition des banques sur les grands débiteurs atteignait  355 milliards de DH à fin 2016. En moyenne pour les grandes banques, les 20 premiers crédits représentent 22% du portefeuille de prêts, relève Fitch Ratings

3 fois les fonds propres sur les grandes entreprises

Les engagements des banques vis-à-vis des grands débiteurs (contrepartie ou groupe de contreparties dont les crédits dépassent 5% des fonds propres de la banque) totalisaient 355 milliards de DH à fin 2016. Cela équivaut à 3 fois les fonds propres sectoriels. L’exposition élevée des banques sur certaines contreparties est l’une des principales menaces pour le secteur, surtout en cas de ralentissement de l’activité économique. Plusieurs dossiers ces dernières années le rappellent.

Pour certains analystes, les fonds propres des banques restent modestes au regard de la concentration des portefeuille de prêts. C’est régulièrement l’une des faiblesses que relèvent les agences de notation financière dans leur analyse du secteur bancaire.

Toutefois, les expositions sur les grands débiteurs font l’objet d’un reporting régulier auprès de Bank Al-Maghrib. Par ailleurs, les difficultés de plusieurs grandes entreprises dont la Samir, Sonasid ou encore certains groupes immobiliers ont amené la banque centrale à durcir les règles de jeu pour l’octroi de crédit aux grands comptes.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc