Habillage_leco
International

L'UE étend ses sanctions contre la Corée du Nord

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5085 Le 11/08/2017 | Partager
La liste des personnes et entités visées élargie
La guerre des mots inquiète les experts
trump_vs_coree_085.jpg

Donald Trump a promis un déluge de «feu et de colère» sur la Corée du Nord (Ph. AFP)

Au moment où l'escalade verbale s'intensifie entre Washington et Pyongyang, l'Union européenne a allongé, jeudi 10 août, la liste des personnes et entités visées dans le cadre de ses sanctions à l'encontre de la Corée du Nord. Les membres de l'UE ont régulièrement accru les gels d'avoirs et les restrictions de déplacements à l'égard des personnes et entités nord-coréennes sur leur liste noire, à la suite de violations répétées par Pyongyang des résolutions de l'ONU.

Après le tir réussi d'un missile balistique intercontinental (ICBM) nord-coréen capable d'atteindre le continent américain, les Nations unies ont adopté le 5 août les mesures les plus sévères à ce jour envers la Corée du Nord, dans le but de porter un coup aux revenus vitaux tirés des exportations. En concordance avec cette résolution de l'ONU, les membres de l'UE ont annoncé dans un communiqué ajouter neuf individus et quatre entités à leur liste noire dont la banque étatique Foreign Trade Bank (FTB). Cette décision porte le nombre total de personnes sur la liste de l'UE à 103, et les entités à 57.

Le Conseil européen, qui regroupe les Etats membres, a également annoncé vouloir travailler à la mise en oeuvre rapide d'autres parties de la résolution onusienne. Incluant des efforts pour réduire les transferts d'argent de Nord-Coréens à l'étranger vers leur pays d'origine.

Le président des Etats-Unis Donald Trump a surpris le monde cette semaine en promettant un déluge de «feu et de colère» sur la Corée du Nord. Pyongyang a répliqué jeudi en détaillant son plan pour tirer quatre missiles près de l'île américaine de Guam, territoire américain dans le Pacifique-Ouest.

D’après l’AFP, l'armée nord-coréenne a expliqué que son projet, auquel elle apportera les touches finales vers la mi-août, concernait quatre Hwasong-12 missiles qui s'abîmeront à 30 ou 40 kilomètres de Guam. Lors du dernier test en mai, ce missile de portée intermédiaire (IRBM) avait parcouru environ 787 kilomètres. Il avait été tiré à un angle élevé, et a, selon les experts, une portée maximale d'environ 5.000 kilomètres.

Ce qui met Guam, à quelque 3.300 kilomètres des bases de missiles nord-coréennes, largement à sa portée. Les spécialistes excluent qu'ils puissent manquer leur cible au point de s'abattre sur l'île elle-même. En cas de tirs effectifs, les capacités balistiques américaines dans la région seront mises à l'épreuve.

Aucun missile nord-coréen n'a survolé le Japon depuis des années bien que, récemment, plusieurs de ces engins se soient abattus dans la zone économique exclusive de Tokyo. Le Japon a prévenu par le passé qu'il abattrait tout missile nord-coréen qui menacerait son territoire. Tokyo comme Washington sont dotés du système de missiles intercepteurs Standard Missile-3 (SM-3).

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc