Courrier des Lecteurs

Casablanca: La pagaille encore et toujours!

Par L'Economiste | Edition N°:5084 Le 10/08/2017 | Partager
fisc_sud_084.jpg

■ Circulation: Des travaux qui n’en finissent pas!
Ce n’est pas un scoop, les travaux routiers sont infernaux cet été à Casablanca. Je ne remets pas en cause les centaines de millions de DH déboursés pour améliorer nos routes, mais plutôt les incidences notables sur la circulation… Ainsi, la route d’Azemmour est bouchée à toute heure de la journée. Les automobilistes, stressés et sur le qui-vive, veulent tous doubler et ne souhaitent aucunement attendre. Nous ne sommes jamais en retard pour rentrer à la maison, mais on y arrive avec la tension artérielle élevée.
M.W.
■ Mais que fait la mairie?  
Mais que fait le maire de Casablanca? Depuis deux ans, il n’y a aucune intervention concrète malgré sa majorité absolue dans le conseil de la ville! Heureusement que Sajid a laissé un programme bien ficelé et généreusement financé!
Le maire devrait au moins protéger les nouvelles réalisations comme la nouvelle fontaine! Sans parler des problèmes de ramassage des ordures! Où est le triage? Et où sont les passages piétons correctement indiqués?

M.C

                                                                             

■ Accidents sur les routes: Une baisse inespérée!
J’ai été agréablement surpris d’apprendre que le nombre de victimes des accidents de la route a baissé de 6,64% au cours des cinq premiers mois de l’année 2017. Il faut croire que la stratégie nationale de la sécurité routière commence à porter ses fruits, et cela malgré la période estivale qui nécessite une mobilisation globale. Ce nombre trop important d’accidents s’explique principalement par le non-respect du code de la route, par l’inconscience des conducteurs et par l’état souvent délabré des routes du pays. Pour réduire encore davantage le nombre de morts sur nos routes, les automobilistes doivent être plus sensibilisés sur les risques encourus. Ce n’est pas en multipliant le nombre de policiers à chaque carrefour que l’on changera le cours des choses. Il me paraît plus logique d’agir  en profondeur pour un résultat durable et concret qui passe avant tout par une réelle prise de conscience!
N.D.

■ Tourisme: Encore des efforts à fournir!
Le tourisme se porte bien au Maroc. En effet, la jolie progression du mois de juin dernier est là pour le prouver. Un secteur qui repose en grande partie et avant tout sur la seule population des MRE! Il me semble donc essentiel de bien les accueillir en améliorant davantage les infrastructures et les dispositifs d’accueil. Soulignons par ailleurs que la santé du secteur touristique repose aussi grandement sur le développement des stations balnéaires du pays. Des espaces qu’il faut réaménager continuellement si l’on souhaite qu’ils demeurent attrayants.
B.P.

■ Saïdia: Où est passée l’animation estivale?
Saïdia est bien calme cet été! Où sont passés ses loisirs et ses animations nocturnes? En effet, la ville était ponctuée l’été dernier de nombreuses soirées spirituelles, de nuits de rire, de carnavals ou encore de festivals des arts populaires. Une telle activité culturelle est vitale pour la région pour pouvoir rendre les plages plus attractives et compétitives auprès des touristes locaux et internationaux. Si les gestionnaires de la ville ne réagissent pas dans les jours et les semaines qui viennent, les estivants finiront par écourter leur séjour ou encore par changer carrément de destination!
C.M.

■ Dégradation des plages: Jusqu’à quand?
La plage de Ras El Ma n’est malheureusement pas le seul exemple de dégradation des plages marocaines. La part de responsabilité est partagée entre les élus locaux et les citoyens eux-mêmes. Il est plus qu’urgent d’agir pour le respect de nos plages et la préservation de notre environnement! Tout le monde devrait être impliqué, le plus simple des gestes étant de ramasser ses propres déchets. Les plages ne doivent plus ressembler à des souks ruraux, mais à des endroits de détente!
J.O.

■ Travail domestique: De nouvelles obligations difficiles à contrôler!
Les nouvelles obligations concernant le travail domestique des mineurs sont certes novatrices, mais seront-elles respectées? L’interdiction d’utiliser des produits de nettoyage contenant des produits chimiques dangereux, l’interdiction d’utiliser des machines électriques pouvant présenter un risque pour la sécurité ou la santé ainsi que d’autres dispositions comme les congés payés font que le Maroc progresse largement en matière de droits de l’homme. Néanmoins, comment vérifier que ces obligations sont respectées au sein de chaque foyer?
A.C.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc