International

Grosse crise sanitaire

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5084 Le 10/08/2017 | Partager
Plusieurs millions d’œufs retirés des rayons des supermarchés
Ils contiennent un insecticide nocif pour la santé
Un acte «criminel» est suspecté
crises_sanitaire_oeufs_084.jpg

Scandale sanitaire en Europe. Des millions d'œufs provenant des Pays-Bas ont été contaminés au Fipronil. Cet  insecticide est couramment utilisé pour combattre les puces chez les animaux de compagnie et les acariens, mais son usage reste restreint en agriculture. L’affaire a pris une grande ampleur alors que les supermarchés néerlandais et allemands retiraient en masse les œufs de leurs rayons jeudi dernier. Cette crise a entraîné des pertes qui se sont élevées à «plusieurs centaines d’euros», selon le syndicat néerlandais des éleveurs de volailles.

Le problème trouve son origine aux Pays-Bas. Des éleveurs de volaille avaient contacté la société Chickfriend, spécialisée dans l’éradication de la prolifération du pou rouge (un parasite néfaste pour les poules), afin de décontaminer leur volaille. L’entreprise aurait alors utilisé du Fipronil dans son produit. Cette molécule agit en perturbant la transmission de l’influx nerveux dans les cellules nerveuses (Les insectes touchés meurent d’hyper-excitation). Son utilisation est toutefois interdite dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire, tels que les poules.

Depuis, la contamination s’est propagée en Belgique, en Allemagne, en Suisse, en Suède en France et au Royaume-Uni. Au niveau national, les Marocains ne risquent rien car le Royaume n’importe pas d’œufs, mais en exporte. Il n’importe également pas d’autres produits incorporant les œufs. Au 20 juillet, la Belgique notifie la Commission européenne via le système d’alerte mis en place en cas de risque pour la santé des consommateurs européens. Les Pays-Bas suivent le 26 juillet, puis l'Allemagne le 31. L’Agence fédérale belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) avait cependant connaissance du problème dès le mois de juin.

Pour éclaircir la situation, le ministre belge de l’Agriculture Denis Ducarme a demandé lundi à l’Afsca un «rapport circonstancié» sur la façon dont elle a géré les informations qu’elle détenait. Au début du mois d’août, les autorités nationales ont commencé à communiquer auprès du public. Le 1er août, l'organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire NVWA a annoncé qu'une substance toxique a été détectée dans des centaines de milliers d'œufs vendus à la consommation et que 180 élevages de volaille ont été bloqués.

Les autorités suspectent même qu’il s’agisse d’un acte frauduleux. Dans un entretien du ministre allemand de l’agriculture Christian Schmidt avec le quotidien Bild, «quelqu'un a clairement procédé avec une énergie criminelle pour frelater (des œufs) avec un produit interdit». Au niveau des mesures, le parquet d’Anvers (nord de la Belgique) est en train de mener une enquête pour «fraude». Une enquête pénale est aussi en cours aux Pays-Bas pour retracer les circuits de commercialisation des lots contaminés.

Pour le secteur avicole aux Pays-Bas il s’agit bien d’une catastrophe. Les pertes s'élèvent déjà à «plusieurs millions d'euros», selon le syndicat néerlandais des éleveurs de volailles. La Haye a annoncé vendredi travailler avec le secteur sur le déblocage d'un plan d'aide d'urgence, d'après l'agence de presse néerlandaise ANP. Quelques éleveurs néerlandais ont également commencé à détruire leur cheptel.

Trois cent mille poules contaminées ont déjà été abattues, selon l’organisation agricole néerlandaise.  Ces poules ont atteint la limite d’âge de 18 à 24 mois pour la ponte. Elles étaient de ce fait exclues du circuit de transformation alimentaire habituel. Des millions de poules pondeuses pourraient connaître le même sort s’il s’avère pour les éleveurs qu’il n’est plus rentable de les garder en vie.

Le Maroc ne risque rien selon l’ONSSA

Selon un communiqué de l’Office national de Sécurité sanitaire des aliments (ONSSA), «le Maroc n’importe pas des œufs de consommation, à l’exception de faibles quantités importées durant le Ramadan 2016 suite à l’apparition au Maroc de l’influenza aviaire faiblement pathogène (H9N2)». La production nationale en œufs de consommation est d’environ 5 milliards d’unités. De ce fait, le Maroc couvre tous ses besoins de consommation, et exporte même vers certains pays africains. L’Office précise également qu’aucun produit à base de Fipronil n’est homologué ni en agriculture ni chez les animaux domestiques dont les produits sont destinés à la consommation humaine. Comme c’est le cas pour l’Europe, cette molécule n’est autorisée que pour le traitement des «parasites externes» chez les chiens et chats. L’ONSSA a également attiré l’attention sur le «contrôle sanitaire systématique» qu’il exerce sur chaque produit alimentaire importé. L’Office affirme qu’il suit de près l’évolution de ce dossier.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc