Entreprises

Agences de voyages: Les dessous d’une polémique à la FNAVM

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5082 Le 08/08/2017 | Partager
Plusieurs associations régionales veulent l’éviction de l’actuel président
Or, son mandat court encore jusqu’à fin 2018
mohamed_amal_karioun_082.jpg

Mohamed Amal Karioun, président de la  FNAVM, est dans le collimateur de quelques présidents d’associations régionales qui souhaitent son éviction du poste qu’il occupe à la tête de leur fédération (Ph. L'Economiste)

Rien ne va plus entre la Fédération nationale des Agences de Voyages du Maroc (FNAVM) et ses membres. Six présidents d’associations régionales ont visiblement maille à partir avec Mohamed Amal Karioun, président de la  FNAVM. Un conflit qui tombe mal à la veille de la saison du pélerinage qui demande une mobilisation générale des professionnels.

Dans un communiqué, rendu public récemment, plusieurs présidents d’associations régionales, membres de la FNAVM, ont souligné le caractère «tendu» des relations avec le président  en exercice (dont le mandat prendra fin le 18 décembre 2018). «Un climat délétère règne au sein de la FNAVM et l’empêche de facto de jouer son rôle tel que défini par les statuts», soulignent les signataires du document.

Ces derniers exigent la tenue d’une AG extraordinaire afin d’élire un nouveau président. Chose que Amal Karioun refuse catégoriquement au motif que les associations régionales ne se sont même pas acquittées de leurs cotisations. «Il s’agit de 5 à 6 personnes mécontentes qui veulent prendre la parole au nom de l’ensemble des membres de la fédération», précise Karioun.

Parmi les nombreux faits qui lui sont reprochés,  figurent l’envoi du nouveau projet de statuts directement aux 1.200 agences membres (au lieu de passer via les associations régionales), le fait de rencontrer les représentants des Habbous, du Tourisme et de la DGI de manière unilatérale et de ne pas présenter un budget de fonctionnement pour l’année en cours.

La FNAVM, qui disposait  à l’arrivée de Karioun (en 2015) d’un solde de plus de 1,3 million de DH, serait aujourd’hui en «cessation de paiement». Chose que le président actuel dément de manière catégorique. «La FNAVM n’est pas en cessation de paiement, toutes les factures sont payées et il y a encore de l’argent dans la caisse», tient à préciser Karioun. Et d’ajouter que seules 2 associations étaient à jour pour leurs cotisations en 2016. «Cette année aucune ne s’est encore acquittée de ses cotisations». De même, chaque agence de voyage doit verser 100 DH par pèlerin à la fédération (dont la moitié va aux associations régionales). «Nous n’avons pas reçu un sou à ce jour», assure-t-il.

Mais derrière cet échange d’accusations entre les deux parties, un conflit de pouvoir est latent. En effet, les associations régionales préfèrent visiblement garder un rôle d’interface entre la FNAVM et  les 1.200 agences de voyages membres. «Les nouveaux statuts concernent l’ensemble des agences et non des dizaines de représentants», riposte Karioun. Ce dernier met à son actif plusieurs réalisations dont l’organisation d’un forum avec l’ECTAA (Confédération européenne des associations d’agences de voyages et de tour-opérateurs) en 2016 ou encore la rencontre avec les patrons de l’IATA (International Air Transport Association), qui s’est tenue en août de la même année.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc