International

Etats-Unis: Une probable crise d'endettement

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5080 Le 04/08/2017 | Partager
La limite a déjà été atteinte en mars
L’administration court le risque d’une situation de défaut de paiement
usa-endettement-080.gif

«Pour nous assurer une croissance économique qui soit robuste et pour promouvoir la discipline fiscale, l’administration Trump croit important d’augmenter la limite d’endettement le plus tôt possible», a déclaré la porte parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders. (Ph.AFP)

Une nouvelle crise pourrait se profiler à l’horizon pour les Etats-Unis. Cette fois c’est l’importance de la dette qui inquiète le gouvernement qui doit impérativement relever son plafond d’emprunt en septembre pour qu’il puisse assurer ses obligations financières. La limite de l’endettement est fixée par le congrès. Il s’agit du montant légal que le Trésor américain peut emprunter pour subvenir aux obligations de l’administration.

Le gouvernement américain ne peut en effet continuer à financer son activité que jusqu’au 29 septembre. Passée cette date, le secrétaire au Trésor de Donald Trump, Steven Mnuchin, prévient que l’administration sera obligée d’emprunter de l’argent au-dessus du plafond actuel. S’ils ne relèvent pas ladite limite, les Etats-Unis pourraient être déclarés en défaut de paiement. Chose qui n’est jamais arrivée dans l’histoire du pays. L’administration américaine se trouve régulièrement en déficit.

Elle a constamment besoin de recourir à l’endettement afin de payer les intérêts des précédents emprunts, les fonctionnaires, leurs retraites, les aides sociales, ainsi que les dépenses de fonctionnement. Il reste toutefois que la limite a été atteinte en mars dernier, à  19.800 milliards de dollars. Le trésor utilise depuis cette date des manœuvres comptables pour rester sous le plafond autorisé. Personne ne connaît avec certitude l’impact que pourrait entraîner un défaut de paiement. Quelques économistes préviennent qu’une telle situation aura pour effet d’entraîner le pays en récession, ou d’initier une crise économique globale.

L’approbation de l’augmentation du plafond de dette est cependant loin d’être acquise, bien que la Maison Blanche et le Parlement soient du même bord républicain. Plusieurs conservateurs restent en effet inquiets pour l’équilibre budgétaire à terme. Ils veulent donc attacher toute augmentation de la capacité d’emprunt à des coupes de dépenses. Pour Mnuchin, le congrès doit adopter une loi «propre» sans qui soient attachées des réductions de dépenses ou d’impôts. Plusieurs démocrates ont également signalé qu’ils n’approuveront pas d’augmenter la limite de l’endettement si cela est accompagné par une coupe dans les taxes.

Ce plan proposé par les républicains ajouterait selon les démocrates un montant important à la dette nationale, déjà très élevée. Le mois de septembre s’annonce donc très difficile pour le gouvernement américain, car cette période coïncide avec celle dans laquelle l’exécutif doit adopter son budget de 2018 (l’exercice budgétaire commence le 1er octobre).
L’administration du président Barack Obama avait presque échoué dans une tentative similaire en 2011. En conséquence les marchés financiers avaient été submergés par une vague d’incertitude.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc