Analyse

Cactus Aït Baâmrane Le nouveau pétrole de Sidi Ifni

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:5079 Le 03/08/2017 | Partager
Performance, accompagnement, distribution, export… Un programme sur-mesure de l'Onudi
Label Vie, Asswak Assalam.... La grande distribution intéressée par le potentiel de la région
Une unité de conditionnement pour l'heure qui traite 10.000 T/an soit 2 camions de 20 tonnes par jour
cactut_ait_baamrane_079.jpg

Les figues de barbarie sont cultivées dans les vergers ou parcelles situés dans l’aire géographique définie sur la carte et ayant fait l’objet d’une procédure d’identification parcellaire

Savoureuses, onctueuses, délicieuses! Autant d’attributs pour parler de la figue de barbarie d’Ait Baâmrane qui remporte décidément tous les suffrages. En effet, ce fruit est très apprécié par les consommateurs, à tel point que les revendeurs à travers le pays font passer leur marchandise, quelle que soit son origine, pour Karmous Ait Baâmrane.

Et l’argument marche! Autrement appelé Cactus (Opuntia ficus-indica), le fruit provient de la Province de Sidi Ifni relevant de la région Guelmime Oued Noun. La région présente l’avantage d’être restée préservée des attaques de la cochenille à carmin ou autre infection virale. Le fruit est ainsi parfaitement adapté à la consommation humaine.

A lui seul, il couvre d'ailleurs une superficie de 45.000 ha concentrée essentiellement dans les deux communes territoriales de Sbouya et Mesti (avec plus que 90% de la superficie) et concerne environ 2.800 producteurs qui, avec leurs familles, représentent près de 13.500 personnes.

Les deux tiers des peuplements de cactus sont représentés par la variété précoce Aissa (à partir du mois de juillet). La variété tardive Moussa qui s'étale jusqu'au mois de janvier, vient en seconde position avec 30%. Tandis qu’Achefri, une variété à épines, n’est cultivée qu’en bordures des vergers à des fins de protection. Aissa et Moussa, les deux variétés commercialisées, représentent une production de 360.000 tonnes par an, étalées sur sept mois, de juillet à janvier, dans les conditions climatiques normales.

cactus-079.gif

A lui seul, le cactus couvre une superficie de 45.000 ha concentrée essentiellement dans les deux communes territoriales de Sbouya et Mesti (avec plus que 90% de la superficie) et concerne environ 2.800 producteurs qui, avec leurs familles, représentent près de 13.500 personnes (Ph. F.N)

Etant donné le potentiel que représente ce fruit, la stratégie de promotion des produits de terroir du Plan Maroc vert (PMV) du ministère de tutelle s’est concentrée dans son pilier II «Agriculture solidaire», sur le développement de cette filière avec la création de coopératives et de Groupements d’Intérêt économique (GIE) de coopératives, organisations agricoles, formations et positionnement en termes de marchés.

L'accompagnement des unités vers une transformation agro-industrielle fait aussi partie du programme. C’est dans ce contexte que l’unité de conditionnement des fruits frais de figues de barbarie d’Ait Baâmrane, au niveau de la ville de Sidi Ifni, a été mise en place pour une enveloppe budgétaire de plus de 21 millions DH (13,5 millions DH pour la construction et plus de 7,6 millions DH pour l’équipement). La nouveauté aujourd’hui, et après plus d’un an d’inactivité, est que cette unité de conditionnement a été confiée à un opérateur privé et a repris du service. Ce nouveau gérant y conditionne son produit labellisé IGP «Cactus Ait Baâmrane» qui a la reconnaissance ONSSA relative à la sécurité sanitaire.

Pour les femmes de la région, c’est aussi l’occasion d’être intégrées dans le marché du travail durant la période d’activité de l’unité, et qui s’étale sur plusieurs mois. «Maintenant que l’unité est opérationnelle, le défi est de trouver les marchés pour commercialiser le produit», souligne Esserghini Laraisse, coordonnateur national du projet d’Accès aux marchés des produits agroalimentaires et de terroir (PAMPAT).

ait_baamrane_cactus_079.jpg

L’unité de conditionnement des fruits frais de figues de barbarie d’Ait Baâmrane, au niveau de la ville de Sidi Ifni, a été mise en place pour une enveloppe budgétaire de plus de 21 millions DH. Dont 13,5 millions DH pour la construction et plus de 7,6 millions DH pour l’équipement (Ph. F.N)

En partenariat avec le ministère de l’Agriculture et l’Agence de Développement agricole (ADA), un projet financé par le Secrétariat d’Etat à l’Economie (SECO) du gouvernement Suisse et exécuté par l’Organisation des Nations unies pour le Développement industriel (Onudi). «D’où cette initiative d’inviter des acteurs de la distribution moderne à venir découvrir le potentiel de la région et de l’unité et de discuter avec les responsables les modalités pour mettre en place un partenariat commercial», a-t-il ajouté. En effet, le programme PAMPAT vise à améliorer la performance, l’accès aux marchés (national et export) et les conditions socio-économiques des opérateurs de la filière.

Et la visite organisée vendredi dernier a permis de mettre l’unité en relation avec les clients. Il s’agit en l’occurrence de Label Vie, Aswak Assalam et du site marchand Digital Logistics. Il ressort de ce premier contact que de beaux partenariats commerciaux s’offrent en perspective.

Pour rappel, la visite a aussi permis de découvrir une société spécialisée dans la valorisation du cactus d’Ait Baâmrane. Dénommée «Comptoir bio», cette unité est spécialisée dans la fabrication de l’huile de graines de figue de barbarie, la poudre de nopal, les filets de raquettes de cactus, des tisanes, du shampoing, savon artisanal, des crèmes pour le visage, de l’huile essentielle…Ces produits sont commercialisés au niveau du Maroc mais aussi à l’étranger notamment en France, Angleterre, Corée du Sud…

Une première unité du genre

L’unité de conditionnement de Sidi Ifni est la première du genre au Maroc, nous indique-t-on. Installée sur une superficie de plus de 2.400m2, elle a une capacité de conditionnement de 10.000 tonnes par an de fruits de bonne qualité, soit deux camions de 20 tonnes par jour. Au niveau des équipements, cette unité de conditionnement est dotée de chaînes de lavage, de triage (polisseuse, laveuse, transporteur des écarts), de calibrage (calibreuse électronique), d’emballage et de 4 chambres froides.

En plus du matériel de conditionnement, l’unité est équipée en matériel technique: à savoir, balances électroniques, pèse palettes, transpalettes manuelles et électriques, chariots élévateurs électriques et à gasoil et auto-laveuse. «L’unité a été conçue de manière à répondre aux normes de production, et pour des mesures de sécurité, elle est dotée d’un système anti-incendie, d’un groupe électrogène, de lave-mains…», explique Hassan Frane, directeur provincial de l’Agriculture de Sidi Ifni.

Des atouts à la pelle…

Le cactus opuntia présente plusieurs avantages: écologique, socio-économique, alimentaire, cosmétique ou encore thérapeutique. En effet, au Maroc, c’est une espèce utilisée comme plante fourragère pour l'amélioration des parcours, pour la préservation des sols contre l'érosion, la lutte contre la désertification et la conservation de la biodiversité. Elle contribue également à la régénération des espèces végétales spontanées et à la constitution d'un microclimat favorable au développement d'une faune et une flore très diversifiées. Sur le plan économique, le cactus permet une rentabilité satisfaisante grâce aux ventes de fruits et aux potentialités de transformation offertes: extraction d'huile, confiture, jus, tisanes de fleurs, savon, vinaigre... Sur le plan nutritionnel, la figue de barbarie est l'un des aliments le plus complet et le plus riche en différents nutriments (sels minéraux, vitamines...). En effet les fruits peuvent être consommés à l'état frais, congelés, confits ou séchés ou encore transformés en jus, sirop, farine, confiture ou en huile alimentaire de graine. «Le Cactus (figues et raquettes) revêt aussi des vertus thérapeutiques et cosmétiques diverses, notamment sous forme de crèmes, de shampoings et d'assouplissants de cheveux», précise Ali Berrada, expert en Réseaux d’entreprises et Cluster.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc