Culture

Jeanne Moreau emportée par «Le tourbillon de la vie»

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5077 Le 01/08/2017 | Partager
L’actrice est décédée hier à l’âge de 89 ans
Elle avait obtenu 3 César et 1 Oscar et présidé 2 fois le jury du festival de Cannes
jeanne_moreau_077.jpg

 Icône du cinéma français, Jeanne Moreau a reçu durant sa carrière trois César et un Oscar d’honneur. Elle a également été la seule comédienne à avoir présidé deux fois le jury du Festival de Cannes. Ici, sur la croisette, lors de la 61e édition en 2008 (Ph. AFP)

Elle aura été Marguerite de Valois, dans «La reine Margot», de Jean Dréville en 1954, Anne Desbaredes, aux côtés de Jean Paul Belmondo, dans «Moderato Cantabile» de  Peter Brooke (1960), prix d’interprétation féminine à Cannes la même année, ou encore Julie dans «la Mariée était en noir» de  François Truffaut (1968). La comédienne Jeanne Moreau, icône du cinéma français, est morte, lundi 31 juillet, à Paris à l’âge de 89 ans.

L’actrice à la beauté sensuelle et à l’inimitable voix grave, aura fasciné les plus grands réalisateurs au cours d’une carrière de 65 ans: Welles «Une histoire immortelle», Bunuel «Journal d’une femme de chambre», Antonioni «La notte» ou Losey «Eva». Née le 23 janvier 1928 à Paris d’un père restaurateur et d’une mère danseuse anglaise,  Jeanne Moreau était comédienne mais également chanteuse et réalisatrice, elle aura tourné dans pas moins de 130 films.

De sa carrière de chanteuse, le public ne retiendra peut-être que son inoubliable interprétation du «Tourbillon» dans le film «Jules et Jim», de François Truffaut. Dans le film, Moreau incarne une amoureuse affranchie, emblématique des héroïnes modernes qu’elle va régulièrement camper  pour le cinéma. Ce qui va lui donner l’image d’une artiste éclectique, libre et rebelle.

Pour la petite histoire, la chanson culte, écrite en 1957 par son ami Serge Rezvani (sous le pseudonyme de Cyrus Bassiak), n’était pas destinée au film, mais Truffaut aura décidé de l’intégrer parce qu’il trouvait que c’était en parfait accord avec le ton du film. La chanson raconte en fait l’histoire de la comédienne et de son premier mari, Jean-Louis Richard, avec qui elle a eu un fils et était destinée à rester dans le cercle privé, comme une ritournelle rappelant l’histoire d’amour tumultueuse entre l’actrice et son compagnon.

La musique reviendra très souvent tout au long de sa carrière avec notamment deux albums écrits et composés par le même Cyrus Bassiak en 1963 et 1966. Elle s’essayera même à la composition et à l’écriture dans son album «Jeanne raconte Jeanne» en 1970.

Elle sortira en tout 6 albums, et réalisera deux films: «Lumière» en 1976 qui raconte l’histoire de quatre amies qui évoquent leur parcours sentimental et professionnel et puis 1979: «L’Adolescente» dont elle adaptera également le scénario et qui raconte l’histoire d’une petite parisienne de 12 ans  qui découvre sa féminité et se prend de passion pour un jeune médecin juif qui lui préfère sa mère.

Détentrice de trois César –le premier en 1992 pour La vieille qui marchait dans la mer, puis deux autres d’honneur en 1995 et 2008, elle a également obtenu un Oscar d’honneur en 2008 et a été la seule comédienne à avoir présidé deux fois le jury du Festival de Cannes (en 1975 et 1995). Elle y a aussi été plusieurs fois maîtresse de cérémonie.

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc