Habillage_leco
Economie

Sommet mondial des acteurs du climat: L’Afrique s’invite à Agadir

Par Safaa CHOUKRI | Edition N°:5077 Le 01/08/2017 | Partager
Le continent au centre des discussions
La société civile, un acteur indispensable des actions
Les régions aussi incontournables
sommet-climat-077.gif

Le Sommet Climate Chance se tient du 11 au 13 septembre. L’accent sera notamment mis sur l’importance du rôle des territoires dans les actions concrètes en faveur de la lutte contre les changements climatiques (Ph. SC)

A la veille de la COP23 organisée par les îles Fidji à Bonn en Allemagne, la ville d’Agadir accueillera, du 11 au 13 septembre 2017, le 2e Sommet mondial des acteurs du climat. Co-organisé par la région du Souss Massa et de l’association Climate Chance, il a pour principale thématique le rôle des acteurs non étatiques dans la mobilisation face au dérèglement climatique.

C’est une grand-messe qui se déroulera dans la ville, à travers 5 séances plénières rassemblant plus de 3.000 personnes en plus de 80 ateliers et 16 forums réunissant une coalition d’acteurs. Une dizaine de groupes sont principalement visés: les collectivités territoriales, les régions, les villes, les ONG, les citoyens engagés pour le climat, les universités et organismes scientifiques ainsi que les groupes autochtones.

Au total, plusieurs problématiques mondiales seront abordées comme les défis des pays du Sud face au changement climatique, l’Afrique étant le continent  le plus touché. Un Africain, en moyenne, génère 13 fois moins de gaz à effet de serre (GES) qu’un Nord-Américain et le continent est responsable de moins de 4% des émissions de GES produites dans le monde entier.

Les experts estiment que, du fait de la détérioration des conditions de vie, ce sont plus de 50 millions de personnes qui seraient contraintes à devenir des «déplacés climatiques». Cette question de migration sera aussi au centre des débats, au même titre que  le développement, le financement et l’adaptation ainsi que la finance climatique. L’objectif recherché est de mutualiser les expériences et innovations, sans oublier l’action concrète des acteurs non étatiques.

Région hôte du Sommet, le Souss Massa a déployé une stratégie, notamment en matière de développement durable, des énergies renouvelables et du tourisme durable, rappelle le président du Conseil régional, Brahim Hafidi. Et ce, lors de la conférence de présentation du Sommet en fin de semaine dernière. Etaient également présents Ronan Dantec, président de l’association Climate Chance et sénateur de Loire-Atlantique, Salaheddine Mezouar, président de la COP22, et Hakima El Haité, championne marocaine du climat.

Le Sommet d’Agadir s’inscrit dans la suite des initiatives entreprises par le Maroc et plus précisément le ministère de l’Agriculture, comme l’initiative «triple A» ou l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques. Lancée en amont de la COP22, l’initiative vise à réduire la vulnérabilité du continent et de son agriculture aux changements climatiques.

                                                              

Verbatim

el_haite_077.jpg

■ El Haité: «L’initiative Triple A, toujours d’actualité»
«Le triple A une très belle initiative marocaine entreprise par le ministère de l’Agriculture qui permet, non seulement de transférer le savoir-faire marocain, ses compétences, mais aussi d’aider les pays africains à développer des plans verts à leur échelle nationale.
Elle permet également l’accompagnement financier de ces pays mais aussi en matière de fertigation».

mezouar_077.jpg

■ Salaheddine Mezouar: «Le retrait des USA ne perturbe  pas le succès de la COP22»
«La décision de Trump de retirer les USA de l’Accord de Paris n’a perturbé ni la marche de la COP22 ni son succès. Au contraire, ça a amené les pays à s’affirmer davantage d’où la proclamation de Marrakech qui a rendu irréversible l’Accord de Paris. L’annonce qui a été faite au mois de mai était en vérité très attendue. Il n’y a pas eu de choc. Ce qui s’est produit immédiatement, c’est la réaction des Etats, des villes, des personnalités influentes, des entreprises… Cela montre qu’entre la décision politique et ce qui se passe sur le terrain, il existe une opposition totale. Nous sommes dans un processus et une dynamique. Certes, les Etats-Unis sont un contributeur important, mais d’autres acteurs peuvent compenser le manque. La Chine, par exemple, en fait partie, c’est un acteur important, l’Union européenne également. D’autres leaderships doivent se poursuivre au niveau du continent africain. Celui de Sa Majesté le Roi Mohammed VI est reconnu du fait de sa crédibilité par l’action, par la démonstration sur le terrain. L’organisation de la COP22 par le Maroc ainsi que le leadership de Sa Majesté sont essentiels pour le continent africain. Ils peuvent avoir un impact extrêmement important sur les décisions et les dynamiques futures».

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc