Habillage_leco
Société

Sri Sri Ravi Shankar: Le leader de la méditation partage sa recette

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5076 Le 31/07/2017 | Partager
Technique de respiration, sourire et joie sont au rendez-vous
Invité par la CGEM, le maître Yogi affiche salle comble
sri_sri_ravi_shankar_076.jpg

Sri Sri Ravi Shankar, leader spirituel et apôtre de la non-violence, revendique plusieurs centaines de millions d’adeptes à travers plus de 150 pays (Source: indoscopy.com)

«Souriez, c’est la clé de votre bonheur», a martelé Sri Sri Ravi Shankar, leader spirituel et humanitaire indien, invité par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Le maître spirituel, créateur de la Fondation internationale de l’art de vivre et de l’International association for human values, a été accueilli par de nombreuses personnalités, jeudi dernier, dans l’amphithéâtre de HEM Casablanca. 

Le gourou indien, au regard lumineux et à la voix juvénile, a mené une méditation collective. Il a demandé à la salle de relâcher les bras et de se détendre avant d’entrer dans un voyage intérieur d’apaisement de l’esprit et du cœur. Drapé dans son sari blanc, les jambes repliées sur le canapé, le gourou murmure des paroles empreintes de douceur. «Permettez à votre sourire de s’étendre dans tout votre corps. Que chaque cellule en vous se mette à sourire», lance-t-il, avant de guider l’auditoire dans une méditation simple, courte mais puissante.

A l’origine de la célèbre technique de méditation et de respiration «Sudarshan Kriya», mise au point il y a une trentaine d’années, Sri Sri Ravi Shankar tente de régler les conflits de la planète. Sa méthode provoquerait un état de bien-être qui permet au corps de produire l’hormone du bonheur (la sérotonine) et limiter la production de l’hormone du stress (cortisol).

Des invités de marque étaient présents lors de ce rendez-vous de la CGEM placé sous le thème du «Leadership 4.0 et les défis actuels d’organisation». Le conseiller du Roi, André Azoulay, a livré son point de vue sur la quatrième révolution que nous vivons et s’est inquiété de la situation. «Nous nous confrontons tous à l’archaïsme, la régression et le repli, et nous savons que la quatrième révolution est aussi au service de cette régression», déplore-t-il.

«Je partage avec vous une certaine angoisse, mais aussi ma peine. Nous n’avons plus le droit d’être spectateurs!», insiste-t-il. Christoph Glaser, directeur exécutif du World forum for ethics in business et fondateur de l’Institut TLEX a, lui, évoqué une nouvelle façon de gouverner: «Le lâcher prise». Une méthode qui permettrait d’améliorer notre efficacité et d’éliminer le stress par la méditation tout en étant heureux.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc