Entreprises

Addoha récolte les fruits de sa cure financière

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5070 Le 21/07/2017 | Partager
Le groupe atteint ses objectifs 6 mois avant le terme de son PGC
Le niveau d’endettement a été réduit de 3,6 milliards de DH en 30 mois

Fini les niveaux d’endettement exorbitants, les stocks de biens invendus par milliers et les problèmes de cash. Addoha a visiblement bel et bien tourné la page de la crise qui touche l’immobilier depuis 2014 et ce avant même le terme (fin 2017) du plan génération cash qu’elle a initié dès janvier 2015 (cf. L’Economiste du 15 janvier 2015). Une sorte de cure d’austérité pour dépasser le contexte difficile par lequel passe le secteur. Et le moins que l’on puisse dire est que le groupe soit parvenu à quasiment dépasser tous les objectifs auxquels il s’est astreint 
6 mois avant l’échéance de son plan. A commencer par son niveau d’endettement qui ne se situe plus qu’à 5,7 milliards de DH à fin juin contre plus de 9,3 milliards à fin 2014. Il s’agit d’une réduction de la dette de près de 3,6 milliards de DH  depuis le lancement du plan, soit l’équivalent de 30% de l’endettement en 30 mois permettant de réduire le gearing à 32% à fin juin lui qui culminait à 45% en décembre 2014. Dans ce sillage, le ratio d’endettement (dettes nettes sur fonds propres) s’est replié à 48% contre 80%, il y a 30 mois. 
La résorption de la dette au premier semestre a porté sur toutes les lignes de crédit. Il y a des remboursements dans le cadre de l’emprunt obligataire d’Immolog pour plus de 1,5 milliard de DH depuis le déclenchement du PGC. Idem pour son endettement sur le moyen terme, pour lequel le promoteur s’est délesté de plus de 1,4 milliard, réduisant ce poste à 911 millions de DH et ce, en dépit de la contraction de nouveaux emprunts (près de 1,3 milliard de DH). 2,2 milliards de DH ont aussi été résorbés sur le poste des dettes court terme qui se fixe à 1,4 milliard de DH à fin juin. Pour les crédits destinés à la promotion immobilière, le groupe est parvenu à totalement les résorber sauf qu’avec les nouveaux engagements pris (1,7 milliard de DH), il lui reste un reliquat à 1,6 milliard de DH sur ce poste.
Tout en se désendettant, Addoha a maintenu un niveau de production lui permettant de préserver son activité. D’abord à travers, l’acquisition de foncier. Au cours du premier semestre, le promoteur a mobilisé une enveloppe de 320 millions de DH dans du foncier principalement situé à Casablanca dépassant ainsi de 20 millions de DH le budget prévu dans le cadre du PGC. Ceci étant, le management assure que la totalité du foncier acquis au cours du premier semestre a été utilisée afin de préparer son nouveau plan stratégique 2018-2020. D’ailleurs,  le groupe a investi en matière de production avec un total de près de 1,8 milliard de DH dans les travaux (légèrement moins que ce qui était prévu). Il table sur la production de  14.000 unités pour un budget de près de 4,5 milliards de DH d’ici fin 2017. En attendant, Addoha réussit à délester son stock d’invendus de pas moins de 5.989 unités dont plus de la moitié représentant des préventes titrées en dépit du contexte difficile. Cela lui a permis de ramasser plus de 3,2 milliards de DH de cash au premier semestre, lui qui avait prévu d’en collecter 3,78 milliards de DH sur les 6 premiers mois de l’année. Au total, le promoteur immobilier prévoit d’encaisser au terme du PGC (fin 2017), plus de 22 milliards de DH de cash. Il n’est pas loin du tout puisqu’il en a déjà collecté 21,62 milliards depuis 2 ans.

Réalisations depuis le lancement du PGC

• Désendettement: 3.593 milliards de DH 
• Déstockage de produits finis : 14.635 unités
• Cash collecté : 21.625 milliards de DH

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc