Habillage_leco
×

Error message

User warning: The following module is missing from the file system: fb_instant_articles_display. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1143 of /home/leconomi/public_html/includes/bootstrap.inc).
Culture

Festival Al Haouz: Sur les traces de l’ancienne cité d’Aghmat

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5065 Le 14/07/2017 | Partager
Visite des fouilles archéologiques
Qui renseignent sur la civilisation marocaine d’antan
Un musée d’antiquités encore en projet
cite-aghmat.jpg

Le hammam, dont la superficie témoigne de la grandeur de la ville à cette époque, a été le premier vestige mis au jour en 2005 après le lancement d’un programme scientifique international dédié

Le Festival itinérant Al Haouz a amené ses visiteurs à Aghmat. Dans cette ancienne capitale des Almoravides du 11e siècle, ont été mis au jour les vestiges d’une mosquée, d’habitations, d’un rempart de pierre et pisé et d’un hammam dont la superficie témoigne de la grandeur de la ville à cette époque. Quand en 2005, un programme scientifique international est lancé, «seul le toit du hammam sortait de terre» explique Azzedine Kara, directeur régional de la culture, qui est aussi l’un des

hammam-cite-aghmat.jpg
 

rares spécialistes au Maroc de l’archéologie sous-marine. Aujourd’hui libéré de son écrin, le site est encore fermé au public. «Mais quand des visiteurs se présentent, nous sommes toujours heureux de le faire découvrir à des personnes intéressées par notre travail et par l’histoire» ajoute Kara. Tous les ans, entre octobre et novembre, les fouilles reprennent à Aghmat, constituant un stock d’antiquités, qui seront un jour exposées dans le futur musée, financé par le ministère de la Culture, souvent annoncé mais encore en projet. Et puis, il reste encore à découvrir l’emplacement exact de l’ancien minaret disparu, et les limites géographiques de la mosquée. Si le terrain est déjà acquis et sondé, les plans de ce futur musée sont en cours. «L’idée est d’intégrer les fouilles à l’architecture. Un sol en verre permettra aux visiteurs de marcher sur les vestiges découverts» confie le directeur régional. Depuis 2009, le programme est soutenu dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de la Culture et la fondation Aghmat, mandatée pour gérer les recherches archéologiques, la protection et la conservation de cette cité restée sous terre des décennies. Ce site archéologique, niché au pied du Haut Atlas à une trentaine de kilomètres de Marrakech, est une véritable aubaine pour la région, encore trop touchée par la pauvreté, le chômage, l’enclavement et la ruralité. Alors en plus de déterrer les richesses du patrimoine marocain et de nous renseigner sur notre histoire, ce projet ouvre des perspectives financières pour les habitants et une adresse culturelle de plus pour les visiteurs de tous horizons.

Repère historique 

Quand en 1057, la ville d’Aghmat est prise par les Almoravides, ils s’en servirent de base pour leur avancée vers le nord, fondant en 1062 la médina de Marrakech. C’est ici également que repose le poète et ancien roi de Séville, Al Mouatamid Ibn Abbad, dont le mausolée se visite aujourd’hui. Sous le règne de Youssef Ibn Tachfin, Aghmat fut en effet le lieu d’exil des rois déchus d’Espagne. Autrefois glorieuse, la ville amorce son déclin au cours du 16e siècle avec l’avènement de l’actuelle cité ocre, pour ne jamais cesser alors de s'appauvrir. 

cite-aghmat.jpg

Les vestiges ainsi révélés nous renseignent sur le quotidien des habitants de cette ancienne capitale des Almoravides datant du 11e siècle 

cite-aghmat-.jpg

Restes d’une maison avec ses 2 bassins, ses 2 grandes salles et ses annexes

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc