Economie

Ciment: L’année 2017 fortement compromise

Par Nadia DREF | Edition N°:5064 Le 13/07/2017 | Partager
Inquiétude des cimentiers suite à la baisse continue des mises en chantiers
Repli de 30% du marché en juin et de 10% durant le 1er semestre
Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceïma… les plus touchés

L’hémorragie continue dans le secteur du bâtiment. En témoignent les grosses pertes encaissées au niveau de la consommation du ciment, principal indicateur de la bonne marche de l’habitat. Les statistiques fournies par l’Association professionnelle des cimentiers (APC) font état d’une dégringolade de 30,56% des ventes au cours de juin dernier cumulant à peine 721.846 tonnes contre 1,04 million de tonnes au cours du même mois de 2016. 
Le cumul des six premiers mois de l’année affiche également un fléchissement de 9,24% avec des écoulements de l’ordre de 6,78 millions de tonnes contre 7,5 millions à fin juin 2016. «Ce repli est très inquiétant. La baisse s’accentue pour la quatrième année consécutive car le marché est fortement lié aux performances de l’habitat et de l’état d’avancement des mises en chantiers», fait valoir Ahmed Bouhaouli, directeur délégué de l’APC. Le bâtiment qui représente 80% de la consommation accuse un repli de la production. De même, les projets de travaux publics enregistrent un retard dans l’exécution.     

consommmation-ciment-2017.jpg

Plusieurs régions subissent la contraction de la demande issue de l’auto-construction et des promoteurs immobiliers

A l’exception des régions de Guelmim-Oued Noun et de Dakhla Oued Eddahab, qui enregistrent une hausse respective de 35,3% et 28,3%, avec de petits volumes de 88.645 tonnes et de 44.253 tonnes respectivement, toutes les autres régions subissent la contraction de la demande. Ces régions affichent des chiffres disparates en termes de taux de croissance et de la consommation per capita.
Casablanca-Settat représente le marché le plus important avec des écoulements qui s’élèvent à 1,5 million de tonnes contre 1,69 million à fin juin 2016, soit une baisse de près de 11% des volumes. Arrive en deuxième place Rabat-Salé-Kénitra avec des ventes cumulant 874.964 tonnes, au premier semestre, contre 924.312 tonnes un an auparavant, soit un repli de 5,3%. Cette région a détrôné Tanger-Tétouan-Al Hoceïma dont la consommation a fléchi de 13% pour s’établir à peine à 857.049 tonnes contre 984.471 tonnes à fin juin 2016. Le quatrième marché consommateur du ciment est celui de Marrakech-Safi qui a vu les ventes décroître de 14,5%, au premier semestre, s’établissant à 835.727 tonnes contre 979.817 tonnes un an auparavant. En revanche, une quasi-stagnation des ventes a été enregistrée au niveau de la région Sous-Massa-Drâa estimée à 0,04%, avec des volumes de 629.473 tonnes contre 627.194 tonnes à fin juin 2016.
L’Oriental, quant à lui, réalise un volume de vente de ciment de 625.212 tonnes, au premier semestre, contre 729.268 tonnes, soit un fléchissement de 14,3%. Fès-Meknès n’est pas en reste. La région a également été impactée, mais à une moindre mesure. Les ventes ont baissé de 3% au cours du premier semestre pour s’établir à 617.420 tonnes contre 635.566 tonnes, au cours de la même période de 2016. Béni Mellal-Khénifra a consommé uniquement 340.621 tonnes de ciment contre 397.278 tonnes, soit une baisse de 14,3% des volumes écoulés dans la région.
Laâyoune-Sakia Elhamra a absorbé 156.215 tonnes de ciment, au premier semestre 2017, contre 185.898 tonnes, soit en recul de 16%, comparativement à la même période de l’année dernière.
Pour l’heure, les cimentiers n’ont toujours pas de visibilité. Tous les opérateurs sont dans l’attentisme et encaissent des réductions de leur chiffre d’affaires. Leur régime de production a été également revu à la baisse. Les fours qui tournaient à hauteur de 95% sont réduits à travailler avec 67 à 70% de leur capacité. Finalement, l’année 2017 est fortement compromise.

Le négoce en tête de la distribution

Au cours du mois de juin dernier, sur un total de 721.846 tonnes vendues, le négoce reste le canal de distribution le plus utilisé. Ce segment draine 463.731 tonnes tandis que le béton prêt à l’emploi (BPE) consomme 132.125 tonnes, le préfabriqué s’octroie 62.810 tonnes, le bâtiment absorbe 30.673 tonnes tandis que les travaux publics cumulent 32.507 tonnes. Par produit, celui le plus vendu au Maroc reste le CPJ 45 qui a cumulé un volume de 359.385 tonnes en juin. Il est suivi du CPA 55 avec 214.315 tonnes et du CPJ 35 avec 148.146 tonnes.   Le CPJ 35 et le CPJ 45 représentent les catégories de ciments les plus utilisées, notamment en maçonnerie et dans les travaux publics. Le CPJ 55 et le CPA 65, quant à eux, présentent une résistance élevée et s’utilisent principalement dans les travaux en grande masse (barrages, ponts...). Les principaux clients des cimentiers sont les distributeurs (80% du volume d’affaires) et les pré-fabricants, à moindre mesure.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc