Entreprises

Nokia tente un comeback

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5064 Le 13/07/2017 | Partager
HMD Global représente la marque sur le marché
4 nouveaux téléphones dont le mythique 3310 revisité

Après avoir été laminé sur le marché mobile par les deux leaders mondiaux du smartphone, Nokia tente un retour à haut risque. Derrière ce comeback se cache HMD Global, une autre entreprise finlandaise.
Jeune société fondée en décembre 2016, HMD est une initiative de vétérans du secteur. Les personnes occupant les postes-clés de l’entreprise sont des anciens de Nokia, HTC ou Microsoft. De plus, la PME s’est fait remarquer en s’associant à FIH Mobile (filiale du taïwanais Foxconn) pour le rachat des usines et droits de fabrication de features phones Nokia. Dans le cadre de cette transaction, elle prévoit d’investir 500 millions de dollars pour le marketing de Nokia d’ici 2019. En 7-8 mois d’existence, l’entreprise s’est adossée à des ténors de l’industrie électronique: Foxconn (principal fournisseur de Dell et fabricant de l’iPhone pour le compte d’Apple, sous-traitant de Samsung), Google, Zeiss...
Au Maroc, le choix de son management est de capitaliser sur les partenariats de longue durée. Il s’est donc attaché les services de Sicotel Mobile et Iwaco comme partenaires de distribution. La collaboration avec Sicotel Mobile est plus ancienne (25 ans environ). Quant à Iwaco, le deal date de 2-3 ans. Ces deux distributeurs couvrent l’ensemble du territoire national, y compris les opérateurs téléphoniques. «Nos deux partenaires se répartissent les canaux de distribution et sont complémentaires. Ils nous permettent d’aller à la rencontre du maximum possible de nos clients et consommateurs», révèle Marouane Cherif, directeur général Afrique du Nord de HMD Global.
L’entreprise mise sur ce qui faisait la qualité de la marque Nokia sur le marché et sans doute un peu sur les quelques nostalgiques au «connecting people». Pour les années à venir, la marque veut capitaliser sur son image. Reste à rattraper le différentiel avec la concurrence. Son argument commercial tient sur les spécifications techniques et le niveau des prix. «Nous nous fixons pour objectif de démocratiser la technologie. Les chiffres suivront après», soutient Marouane Cherif.
Les nouveaux smartphones Nokia sortiront tous sous le système d’exploitation Android, à l’exception du 3310 revisité qui reste avant tout un feature phone (téléphone mobile basique). HMD Global l’a équipé d’un écran un peu plus grand et en couleurs. Un téléphone mobile basique est un téléphone limité à des fonctions de base, essentiellement les appels téléphoniques, l’envoi et la réception de SMS et la gestion d’un répertoire. Des fonctions multimédia, notamment la photographie, peuvent s’y ajouter. Contrairement aux smartphones, il ne comporte pas d’application mobile.
La marque est un peu victime de son succès sur le marché chinois. Au lancement de la campagne de précommande du Nokia 6 en Chine, début janvier, HMD Global a pu le noter. «En l’espace de 2-3 semaines nous avons enregistré 1,3 million de souscriptions payantes (9 dollars chacune). Des dizaines de milliers de ventes flash ont été réalisées. Etrangement 74% des acquéreurs avaient moins de 30 ans. Nous observons une réaction un peu similaire au Maroc et en sommes très contents», soutient le manager.

3 smartphones et feature phone

Nokia a présenté ses nouveaux téléphones: 3 smartphones (les Nokia 3, 5 et 6) et le mythique 3310 revisité version 2017, qui viennent s’ajouter à la gamme déjà existante. Tous les terminaux sont disponibles en mono et double Sim et sont déjà en vente sur le marché, à l’exception du Nokia 6, qui sera disponible courant juillet. Ils seront déclinés en 4 couleurs (noir mat, argenté, bleu trempé et cuivré). Pour ce qui est du positionnement prix, il varie entre 600 DH et 2.600 DH.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc