Société

Jeunes reporters pour l’environnement: Des lycéens marocains primés parmi 35 pays en compétition

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5063 Le 12/07/2017 | Partager
Les jurys national et international séduits
Par un reportage écrit par des élèves à Tinghir
Et une photographie de lycéens à Al Hoceïma
jeune-reporters-vendeur-de-paniers.jpg

Cette photographie d’un vieil homme vendant des paniers en vannerie, réalisée par des élèves du lycée Abou Yaacoub Badissi d’Al Hoceïma, a séduit le jury national et a décroché la «mention d’honneur» pour la catégorie des 19-21 ans au concours international des Jeunes reporters pour l’environnement (Ph. JRE)

Les premiers gagnants viennent du lycée Abou Yaacoub Badissi d’Al Hoceïma. Leur photographie d’un vieil homme vendant des paniers en vannerie a séduit le jury national et a décroché la «mention d’honneur» pour la catégorie des 19-21 ans au concours international des Jeunes reporters pour l’environnement (JRE). Tous ont été séduits par cette image qui met en valeur une technique ancestrale, la vannerie, et un matériau écologique et recyclable, le palmier doum. 
Les autres lycéens primés viennent du lycée Abdelkarim El Khattabi de Tinghir, de l’Académie du Darâa-Tafilalet. Même prix du jury national et même «mention d’honneur» à l’international. Là, c’est un reportage écrit sur les roses de la vallée de Dadès, une tradition en péril, qui a été récompensé. Ce travail a permis aux élèves d’enquêter sur la surexploitation de cette vallée et sur la pollution de l’oued Dadès, avec pour conclusion la nécessité de sensibiliser la population locale et les coopératives dont l’activité principale est la distillation traditionnelle des pétales des roses pour en faire de l’huile essentielle et des produits cosmétiques. Pour ce concours international JRE, les lycéens marocains étaient en compétition avec ceux de 35 pays dans le monde, départagés par un jury composé de représentants du Programme des Nations unies pour l’environnement, de l’Unesco, de l’International institute for industrial and environmental economics, de la Fondation Wrigley, d’un journaliste international, d’un lauréat du programme 1996, et de la Foundation for environmental education. 
A la clé pour les lauréats, un diplôme et la parution de leur reportage écrit ou photographique dans le Huffington Post kids. 
Quant au concours national, qui est la porte d’entrée au concours international, le jury de ces 15e JRE de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement a dû faire ses choix parmi 650 photographies de 150 collèges et lycées et 170 reportages réalisés par 602 élèves de 140 collèges et lycées. 
Cette dernière édition ayant primé 6 reportages et 6 photographies sur le thème du tourisme durable. A noter que le programme JRE au Maroc, commencé en 2002, a remporté 26 prix à l’international depuis cette date.

Les élus au Maroc

• Prix de la proximité pour le reportage sur les potiers de l’Oulja de Salé réalisé par les élèves du lycée Hassan II de Salé.
• Prix de la sensibilisation pour les 15-18 ans décerné aux élèves du lycée Khadija Oum Al Mouminine de Sidi Bernoussi (Académie de Casablanca-Settat). 
• Prix du contraste pour les 11-14 ans attribué aux élèves du collège El Hassan de Tanger pour leur reportage sur le mythique café Hafa, aujourd’hui en perdition.
• Prix du comité national pour les 19-21 ans au lycée Abdelkarim El Khattabi de Tinghir (Académie Darâa Tafilalet) pour leur reportage sur la vallée des roses du Dadès, menacée par la pollution et la surexploitation agricole.
• Prix entre générations pour les 15-18 ans décerné aux élèves du lycée Ihssane 3 d’El Jadida pour leur travail sur la tradition de la fauconnerie et la nécessité de la préserver et la transmettre aux jeunes générations.
• Prix de l’innovation pour les 19-21 ans attribué au lycée Cherif Idrissi d’Oujda pour un article sur la valorisation des grignons d’olives comme combustible.
• Enfin, les Prix des reportages photographiques ont été décernés à 6 établissements de différentes académies, pour des images illustrant le cèdre de Ben Smim dans le Moyen Atlas, le pont naturel d’Imin Ifri près de Demnate, les tazotas, constructions de pierres des Doukkalas, le souk d’Al Hoceïma, les portes anciennes et les senteurs d’Agadir.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc