Economie

Promotion des exportations: L’électricité et le textile raflent la mise

Par Nadia DREF | Edition N°:5063 Le 12/07/2017 | Partager
Ces secteurs ont drainé 200 millions de DH de commandes fermes
Maroc Export a accompagné 417 entreprises
Investissements de 575 millions de DH prévus au Rwanda, Tanzanie et Madagascar

En attendant la finalisation de sa fusion avec l’AMDI et le CMPE, dans le cadre de la création de la super-agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), Maroc Export continue de faire cavalier seul. «Les cinq premiers mois de l’année 2017 ont connu un effort promotionnel grâce à l’intensification des actions sectorielles au profit des écosystèmes, la diversification des secteurs et l’intégration de la chaîne de valeur à l’export», indique le management de Maroc Export, qui vient de publier son bilan à fin mai dernier.
Cet établissement, qui accompagne la mise en œuvre des stratégies sectorielles, notamment le Plan d’accélération industrielle (PAI), a accompagné 417 entreprises et mené 68 activités promotionnelles dont 54% concernent les secteurs organisés en écosystèmes et 29% ciblent les marchés de l’Afrique subsaharienne, à fin mai dernier.
Côté business, l’électricité et le textile raflent la mise. Ils ont réalisé respectivement 107 millions et 106 millions de DH de commandes fermes. Le secteur des technologies de l’information (TIC) et de la téléphonie mobile a drainé 16 millions de DH, suivi de l’automobile avec 7  millions de DH, des matériaux de construction et du BTP avec 4,5 millions de DH, le secteur pharmaceutique avec 4  millions de DH… Lors de ces missions de prospection, près de 73% des entreprises participantes sont issues de Casablanca-Settat. Le reste est composé d’opérateurs issus de 8 autres régions du Royaume. Ces entreprises bénéficient d’appui visant à fournir de l'information commerciale, du conseil, du coaching et de la formation ainsi que la réalisation d’actions complémentaires (études de marché, veille stratégique, relations publiques,…).
Dans le cadre de la diversification, des secteurs ciblant de nouveaux marchés ont été identifiés. Il s’agit du textile de maison à destination des Etats-Unis, de la chimie-parachimie, du transport et logistique, de l’eau et assainissement pour la Côte d’Ivoire, de la culture et livre pour l’Egypte, des articles de décoration/ Russie ainsi que du secteur pharmaceutique pour l’Algérie.
En matière de promotion des exportations en Afrique, trois nouveaux marchés de l’Afrique de l’Est ont été prospectés: le Rwanda, la Tanzanie et Madagascar. Les entreprises marocaines projettent d’y investir 575 millions de DH.  
«Le centre a consolidé des acquis sur les destinations traditionnelles afin de prospecter de nouveaux marchés porteurs de croissance à travers l’adaptation des actions en fonction des exigences et tendances de la demande internationale», précise le management.
Par ailleurs, Maroc Export a mené une enquête de perception de la marque Maroc auprès de 40 consommateurs finaux et donneurs d’ordre en Côte d’Ivoire, en marge de la Foire internationale d’Abidjan. Cette étude révèle que 67% des clients ivoiriens ont une considération pour l’offre marocaine. 
Les interviewés ont affirmé que la Royaume dispose d’un ensemble d’atouts qui en font un pays source selon ses trois attributs: la qualité, le prix et l’expertise technique des fournisseurs marocains. 

Une super agence en gestation

L’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) verra bientôt le jour. Une naissance qui se fera dans la douleur. Et pour cause, le processus de sa mise en place prévoit la fusion entre l'Agence marocaine de développement des investissements (AMDI), le Centre marocain de la promotion des exportations (CMPE) et l'Office des foires et des expositions de Casablanca (OFEC). 
L’AMDIE aura pour mission de mettre en œuvre la stratégie de l’État dans le développement des investissements nationaux et étrangers et de promouvoir et encourager les exportations des différents produits et services. Elle aura également pour mission de développer les zones d'activités relatives aux secteurs de l’industrie, du commerce et des technologies et ce, en concertation avec les départements et les instances concernés. Le projet de loi 60-16 autorisant la création de cette agence a été approuvé à l’unanimité par la Chambre des représentants, début juillet.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc