Habillage_leco
Entreprises

Renault fête le millionième véhicule fabriqué à Tanger

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5062 Le 11/07/2017 | Partager
280.000 véhicules ont été fabriqués en 2016, 340.000 sont prévus pour 2017
Plus d’une voiture sur dix produites sort des chaînes de l’usine
Une convention collective signée avec l’UMT
renault.jpg

La millionième Renault à être sortie des chaînes tangéroises est une Lodgy Stepway destinée au marché turc

Renault vient de fêter son millionième véhicule fabriqué à Tanger, hier lundi. Ce premier million fait suite à un autre chiffre similaire célébré en grande pompe non loin de là, au port Tanger et qui faisait allusion au millionième véhicule exporté via les quais dédiés au flux de véhicules du port TangerMed. Le véhicule numéro un million est symboliquement un Lodgy, le premier véhicule à avoir été fabriqué au Maroc et qui avait été présenté au Roi lors de l’inauguration de l’usine le 12 février 2012. Depuis, les choses ont réellement évolué et le rythme de production de l’usine tangéroise de Renault s’est nettement accéléré. 
La saga de l’usine démarre dès 2007 avec l’annonce en grande pompe du choix de Tanger pour l’implantation sur 314 hectares d’une usine exemplaire, totalement «verte» sans rejets ni pollution. Sa construction démarre en 2008 avec un investissement total de 1,1 milliard d’euros. Située à une vingtaine de kilomètres de Tanger, elle dispose d’un accès aisé à la plateforme portuaire de TangerMed et d’une zone mitoyenne dédiée à l’industrie automobile, la Tanger Automobile City. Elle est, en plus, épaulée par une base industrielle importante de fournisseurs de premier ordre avec les équipementiers déjà installés à la TFZ qui lui permettent une rapide montée en charge. Son rythme de production a augmenté en flèche. Depuis sont entrée en service, la prodcution s’est multipliée par quatre et, selon Marc Nassif, le directeur général de Renault Maroc, il est prévu qu’elle frôle les 340.000 unités dès cette année 2017. L’usine surfe sur la vague de l’embellie économique dont profite son principal marché, l’Europe, et certains pays d’Amérique et d’Afrique vers lesquels l’usine exporte. Actuellement, Renault Tanger constitue le deuxième site le plus important pour la fabrication des modèles sous la marque Dacia, après Pitesti en Roumanie. En termes de volume, elle assure, selon Nassif, 12% de la production totale de ce constructeur dans le monde, soit un véhicule sur huit vendus par Renault sort des chaînes tangéroises. 
En plus des modèles fabriqués localement, l’usine de Tanger fournit aussi d’autres unités de production du groupe avec des éléments préfabriqués de Lodgy et de Sandero qui sont montés dans des pays comme l’Inde ou la Russie. L’événement a été aussi l’occasion pour l’usine de mieux assurer son avenir en procédant à la signature d’une convention collective entre la direction et le syndicat de l’usine affilié à l’UMT. Cette convention aura pour objectif de garantir les droits des salariés, mais aussi d’autres droits en dehors de ceux assurés par le code du travail, selon Miloudi Moukharik, secrétaire général de l’UMT, dans le cadre d’un partenariat social robuste et pérenne comme perçu par Renault, selon Jean-François Gal, directeur de l’unité de Tanger. Cette convention collective fait suite à un protocole d’accord signé entre les deux parties en mars 2015 et qui se veut un garant de la stabilité du climat social.

Elalamy en veut plus

POUR Moulay Hafid Elalamy, ministre de tutelle du secteur, toute occasion est bonne pour tacler les opérateurs et leur fixer de nouveaux défis. Cette occasion n’a pas dérogé à la règle. Pour Elalamy, même si le partenariat avec le groupe automobile français est présenté comme exemplaire, il n’attendait pas moins de ce dernier de revoir ses perspectives de croissance et de viser  plus haut. Si l’usine de Tanger a réussi à se hisser au premier rang et à tenir ses promesses, le ministre a appelé Renault à faire de même avec la Somaca et à dépasser enfin les 100.000 unités produites par an, un record qu’elle serait prête à atteindre cette année avec près de 96.000 unités prévues pour ce millésime 2017. A noter que la Somaca, à l’instar de Tanger, a réussi à exploser le compteur et à afficher des taux de croissance de plus de 10% par an doublant sa production en quelques années. A noter que le ministre a rappelé les ambitions du secteur qui sont de produire à l’horizon 2020 un million de véhicules par an avec un chiffre d’affaires à l’export dépassant les 100 milliards de dirhams.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc