Société

Drogues: Des marchés en pleine expansion

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5054 Le 29/06/2017 | Partager
Le Maroc encore premier pour la résine de cannabis
Le diagnostic du dernier rapport des Nations unies
drogues_054.jpg
 

Le «rating» de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) est tombé. Sans grande surprise, le Maroc se classe toujours parmi les champions dans le dernier rapport mondial. Pour la culture de la résine de cannabis, «le Maroc reste le pays le plus signalé par les Etats membres de l’ONU comme la source principale, suivi par l’Afghanistan, le Liban, l’Inde et le Pakistan», constate le rapport. Le royaume cultive une superficie de 47.000 hectares de résine de cannabis et en produit 38.000 tonnes, avec seulement 1.147 hectares de surface éradiquée. 
Au niveau mondial la consommation des drogues affiche des tendances inquiétantes. L’ONUDC constate un élargissement considérable de la gamme des substances disponibles sur le marché.  Un phénomène attribué à la persistance des drogues traditionnelles, ainsi qu’à l’apparition chaque année de NSP (nouvelles substances psycho-actives). Les opioïdes gagnent également du terrain. L’institution met en garde contre les «graves problèmes de santé publique» créés par l’utilisation de ces substances. En particulier, l’usage de différents opioïdes en association avec d’autres substances psycho-actives provoque de nombreux décès. En 2016, la production mondiale d’opium a augmenté d’un tiers par rapport à 2015. L’organisation attribue cette croissance à «l’amélioration du taux de rendement obtenu en Afghanistan par rapport à l’année précédente». La progression reste toutefois inférieure d’environ 20% au pic atteint en 2014, tout en étant proche de la valeur moyenne des cinq années qui précèdent.
La cocaïne est aussi en pleine expansion. Entre 2013 et 2015, la culture du cocaïer a augmenté de 30%. Son utilisation a connu une hausse dans les deux principaux marchés que sont l’Amérique du Nord et l’Europe. La prévalence de cet usage dans la population générale et les tests de dépistage réalisés sur les lieux de travail donnent à penser que la consommation serait en hausse aux Etats-Unis. En Europe, le rapport a mis en évidence des «signes d’une augmentation de 30% ou plus entre 2011 et 2016», grâce à l’analyse des eaux usées de certaines villes.  Pour ce qui est des quantités saisies, elles ont progressé de 30% à l’échelle mondiale en 2015, pour atteindre le volume record de 864 tonnes (avec des degrés de pureté variables). En Amérique du Nord, elles ont bondi de 40%, à 141 tonnes, alors qu’en Europe elles ont affiché une progression de 35%, à 84 tonnes.
Dans le cas des drogues de synthèse, l’institution a trouvé, faute d’informations sur le mode de production, des difficultés pour l’analyse de marché. L’ONUDC constate tout de même que la consommation est en augmentation. Il y a aussi une progression dans les saisies qui ont dépassé les 20 tonnes en 2015. Celles des amphétamines ont doublé au cours des cinq années qui ont précédé 2015, pour atteindre 191 tonnes. Le marché des méthamphétamines est en expansion en Asie de l’Est et du Sud-Est. L’ONUDC s’inquiète également du phénomène de la poly-toxicomanie (la prise de plusieurs substances à la fois). Bien qu’il ne s’agisse pas d’une pratique nouvelle, l’abondance des drogues dans le contexte actuel fait qu’elle représente aujourd’hui un risque encore plus grand.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc