Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5052 Le 23/06/2017 | Partager

■ Les destinations favorites des Français
Les professionnels du tourisme affichent leur optimisme. Les Français seront plus nombreux que l'an dernier à partir en vacances cet été. Ils privilégient l’Europe du sud, Espagne en tête, devant la Grèce, l'Italie et le Portugal. Suivent la Tunisie et le Maroc. Par exemple, le groupe TUI France a enregistré une hausse de 39% des réservations pour ses clubs en Tunisie et de 23% vers le Maroc.

■ Nous serons 9,8 milliards d'habitants en 2050
La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050, selon l’ONU. Actuellement habitée par 7,6 milliards de personnes, la Terre en abritera 8,6 milliards en 2030, 9,8 en 2050 et 11,2 en 2100. L'Inde va devenir l'Etat le plus peuplé du monde d'ici environ sept ans, devant la Chine. Le Nigeria devrait supplanter les Etats-Unis en troisième position d'ici 2050. Le nombre des personnes âgées de 60 ans ou plus doit plus que doubler à la même échéance. La population vieillissante doit ainsi passer de 962 millions en 2017 à quelque 2,1 milliards en 2050 et 3,1 milliards en 2100.

■  Arabie saoudite: Le fils du Roi prend le pouvoir
L’entente retrouvée entre Riyad et l’administration Trump a favorisé le jeune Mohammed ben Salmane, fils du roi Salmane. En devenant prince héritier d’Arabie saoudite, il va diriger de facto cette puissance régionale alliée à Washington, estiment des analystes. Mohammed ben Salmane est l’architecte d’un vaste plan de transformation de l’économie saoudienne, appelé «Vision 2030» et révélé en avril 2016. Il vise à atténuer la dépendance de l’économie du pétrole aux prix fluctuants et dont l’Arabie Saoudite est le premier exportateur mondial.

■  Une liste de demandes pour le Qatar
Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a indiqué que l’Arabie saoudite et ses alliés, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte, avaient préparé une liste de demandes pour le Qatar afin de trouver une issue à la crise diplomatique dans le Golfe. Elle lui sera bientôt présentée. «Nous soutenons les efforts de médiation et avons hâte que ce sujet avance vers une résolution», a indiqué Rex Tillerson. Il s’est dit toutefois prêt à assumer un rôle de médiateur si cette tentative régionale venait à échouer. Quant au Qatar, il a lié toute négociation sur la crise du Golfe à une levée du «blocus».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc