Economie

La morosité s’empare des services marchands

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5052 Le 23/06/2017 | Partager
70% des patrons anticipent une stagnation de l’activité au 2e trimestre
Les grossistes optimistes pour le négoce mais réservés sur l’emploi
services_marchands_052.jpg

Stabilité des emplois et de la commande, c’est l’impression qui règne parmi les patrons des services marchands non financiers. Seuls les grossistes entrevoient une amélioration de leur activité tout en maintenant le même effectif

L’activité devrait rester stable au 2e trimestre chez les opérateurs du secteur des services marchands. Pas moins de 70% anticipaient cette stagnation, malgré le mois de Ramadan qui dope généralement  la consommation et partant, la distribution. Seule une frange de 26% s’attendrait à une hausse. Celle-ci profiterait aux activités d’entreposage et aux services auxiliaires des transports.

En revanche, les professionnels de  la restauration redoutent une régression de l’activité. Selon la dernière enquête du HCP, le même constat est affiché pour la demande. La majorité des chefs d’entreprise, soit 62%,  anticipent une stabilité des carnets de commandes pour le 2e trimestre et 82% s’attendent à une stagnation des effectifs de l’emploi. Par activités, le commerce de gros s’annonce plus optimiste.

Près de 40% des grossistes prévoient une hausse du volume des ventes au 2e trimestre contre 22% qui s’attendent à une baisse. L’amélioration devrait toucher en particulier les ventes de divers équipements industriels, des articles domestiques, des produits agricoles et des animaux vivants. Ce qui cadre avec la bonne campagne agricole. Habituellement, le monde rural écoule, à partir du mois de juin, ses récoltes et procède aux achats de biens d’équipements industriels et domestiques.

Mais la tendance n’aurait pas d’effets sur l’emploi. Selon 87% des grossistes, l’effectif devrait se stabiliser contre 11% qui prévoient une hausse. De même, les carnets de commandes seraient d’un niveau normal pour 76% des chefs d’entreprise et inférieur à la normale selon 15%.

Pour ce qui est du secteur des services marchands non financiers, la commande est jugée normale par 79% des patrons et d’un niveau inférieure par 13% des enquêtés. D’où la stagnation de l’emploi selon un solde d’opinions de 78%.  Dans ces conditions, le taux d’utilisation de la capacité des prestations se serait établi à 77%.

Au premier trimestre, les chefs d’entreprise étaient moins optimistes. Près de la moitié des patrons sondés déclaraient une baisse d’activité du secteur des services marchands et 32% une hausse. La hausse a concerné les activités de l’entreposage et services auxiliaires des transports.

Durant ce premier trimestre, le commerce de gros a accusé une  baisse selon 43% des grossistes et une hausse selon 21%.  L’amélioration a profité à l’alimentation et boissons ainsi qu’aux agricoles bruts et les animaux vivants. Le marché de l’emploi dans le commerce de gros est resté stable d’après 77% des patrons enquêtés.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc