Habillage_leco
Analyse

Protection de l’environnement: Comment Marrakech s’y est prise

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5047 Le 16/06/2017 | Partager
Destruction de décharge sauvage, création de centres de tri, production de biogaz
Parc photovoltaïque pour alimenter les bus électriques BHNS
Les deux-roues électriques, prochain projet phare
protection-de-lenvironnement-marrakech-047.jpg

Un centre de valorisation à l’Mnabha qui reçoit les déchets acheminés sur une table de tri puis débarrassés des produits encombrants manuellement. Ces produits triés sont alors dirigés dans des bennes situées sous la charpente de pré-tri.  Intervient ensuite le tri mécanisé (Ph. Mokhtari)

Avec quelques mois de retards, les projets écolos de Marrakech commencent à sortir de terre: destruction de décharges sauvages, centres de tri et valorisation des déchets ménagers… Ce sont des chantiers qui ont démarré il y a plus de deux ans et qui  devaient être opérationnels en novembre dernier, mais qui, malencontreusement, n’ont pas été achevés à temps.

Ils ont peut-être raté la COP22 mais aujourd’hui ils sont bel et bien là. Il faut dire que certains ont été retardés par des procédures administratives, et d’autres ont été ralentis par des retards de chantiers. Tour d’horizon
 
■ Fin de cycle pour la décharge sauvage de Harbil
L’actuelle décharge sauvage a été transformée en espace de plantation en un dôme qui s’insère dans le paysage composé de collines et sera recouvert de plantes pour se transformer en un espace vert. Mais ce n’est pas fini. Le site accueille un projet de valorisation du biogaz de  l’ancienne  décharge de la ville de Marrakech. En effet, celle-ci présente actuellement un gisement de déchets ménagers et assimilés de près de 3 millions de tonnes. Elle présente en même temps un potentiel de 1.000 m3 de biogaz après sa fermeture. Ce biogaz présente près de 50% de méthane pour générer une puissance de 1 MW (mégawatt). Le biogaz sera extrait du corps de la décharge par trois pompes de soutirage et véhiculé à travers un réseau de drainage superficiel et 10 puits verticaux. Ce biogaz sera traité et transformé en électricité dans une usine bioélectrique d’une puissance de 1 MW (mégawatt) et contribuera à la réduction de près de 60.000 tonnes CO2/an. L’électricité générée sera injectée dans le réseau de la ville de Marrakech, géré par la Radeema, et contribuera à la diminution de la facture énergétique relative à l’éclairage public. Le coût du projet est estimé à près 21,5 millions de DH TTC et permettra une réduction annuelle de la facture énergétique de près 8,5 millions de DH TTC/an.

marrakech-protection-de-lenvironnement047.jpg

Plusieurs partenaires ont initié le projet de création d’un parc photovoltaïque pour produire 1 MW (mégawatt) d’électricité qui sera utilisée pour l’alimentation des batteries des bus électriques (Ph. Mokhtari)

■ Nouvelle décharge à Mnabha
Enfin une décharge contrôlée dans la commune l’Mnabha   à 40 km au nord de Marrakech.  Le site établi sur 181 ha environ  est destiné à recevoir la décharge contrôlée de la ville de Marrakech. Un premier casier de près de 10 ha est construit et mis en exploitation depuis le mois de juin dernier. Il permettra de recevoir pendant une durée de cinq années les déchets. Les équipements et installations qui sont fournis dans le cadre de la première tranche se présentent comme suit: - Un centre de tri et de valorisation pour la période de contrat (20 ans). La valorisation des produits recyclables. La valorisation des déchets en compost. La valorisation des déchets en combustible. - Un casier pour enfouissement des déchets.  En plus d’espace de vie composé de bureaux, sanitaire, salle de repas ainsi qu’un local d’entretien et de stationnement des engins et véhicules…

■ Un centre de valorisation de déchets  à Mnabha
En cours de réalisation par le délégataire, ce centre  comprend des lignes de pré-tri. Plus concrètement, les déchets acheminés sur une table de tri sont débarrassés des produits encombrants manuellement par des opérateurs. Ces produits triés sont alors dirigés dans des bennes situées sous la charpente de pré-tri.  Il y a ensuite le tri mécanisé. Le transporteur de pré-tri alimente directement un trommel de criblage rotatif qui sépare la fraction organique de la fraction valorisable. La table de tri est proposée pour améliorer les conditions de travail des opérateurs de tri.   Tout ce processus va permettre la valorisation de 25% des déchets et transformer autant en compost. Le reste, 400 tonnes sur les 800 tonnes reçues quotidiennement, sera enfoui dans le site.
 
 

marrakech_environnement_047.jpg

Marrakech va transformer totalement son transport urbain. Elle a opté pour la solution des trolleybus électriques en BHNS avec comme objectif: zéro diesel

■ Projet de cogénération au niveau de la Station de traitement des eaux usées
Toujours à Mnabha, s’est installée la station de traitement des eaux usées de la ville de Marrakech, exploitée par la Radeema, et de type «boues activées» qui génère chaque jour entre 130 et 140 tonnes de boues résiduaires. Ces dernières sont traitées dans un digesteur par processus de biométhanisation. Le méthane extrait du biogaz produit est valorisé en énergie électrique. Cette dernière est utilisée pour subvenir à près de 40% des besoins énergétiques de la station de traitement.

■ Parc photovoltaïque  
La commune de Marrakech a opté pour des bus urbains électriques qui seront exploités dans le cadre du BHNS (projet des bus à haut niveau de service). Une première flotte de plus de 30 bus est ainsi en cours d’approvisionnement. Par ailleurs et afin de se conformer aux exigences de la lutte contre les changements climatiques, la commune de Marrakech, en collaboration avec la Société d’investissement énergétique (SIE), le ministère délégué chargé de l’Environnement, et le Pnud, a initié un projet de création d’un parc photovoltaïque pour produire 1 MW (mégawatt) d’électricité qui sera utilisée pour l’alimentation des batteries des bus électriques.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc