Société

Le cannabis indétrônable sur le marché européen de la drogue

Par Aziz BEN MARZOUQ | Edition N°:5041 Le 08/06/2017 | Partager
Il représente 70% des saisies effectuées
Un marché de près de 13 milliards d’euros pour le cannabis et ses dérivés
Le marché se sophistique
canabis_europe_041.jpg

«Le rapport de l’OEDT note  que  la quantité de résine de cannabis saisie est plus de six fois supérieure à la quantité d’herbe de cannabis saisie (536 tonnes contre 89 tonnes). Phénomène qui est attribué au volume des produits acheminés:  le cannabis est transporté en grosses quantités sur de longues distances à travers les frontières nationales et est donc plus susceptible d’être intercepté»

D’après l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), qui vient de rendre public son rapport annuel,  le cannabis concentre plus de 70% des saisies effectuées en Europe. La cocaine arrive très loin en 2e position avec 9%. En valeur, le cannabis et ses dérivés,  marijuana (herbe) et haschisch (résine) animeraient un marché estimé entre 8,4 et 12,9 milliards d’euros.

Sa consommation est d’ailleurs à l’origine de la majorité des infractions à la législation sur les stupéfiants en Europe (57%).  Un sujet qui interpelle directement le Maroc considéré par le rapport comme étant la principale source d’importation de la résine de cannabis en Europe.

En 2015, 732.000 saisies de dérivés du cannabis ont été déclarées dans l’UE. A elle seule, l’Espagne, principale voie d’acheminement de la résine de cannabis a déclaré plus de 70% des saisies en Europe. Le rapport de l’OEDT note  que «la quantité de résine de cannabis saisie est plus de six fois supérieure à la quantité d’herbe de cannabis saisie (536 tonnes contre 89 tonnes)».

Phénomène qui est attribué au volume des produits acheminés: «le cannabis est transportée en grosses quantités sur de longues distances à travers les frontières nationales et est donc plus susceptible d’être intercepté».  Le rapport s’arrête au passage sur la teneur en principe actif  (tétrahydrocannabinol, THC). Celui-ci a augmenté pour l’herbe comme pour la  résine de cannabis entre 2006 et 2014, avec une stabilisation en 2015.

Parmi  les hypothèses avancées pour expliquer cette tendance, «l’émergence de techniques de production intensive en Europe et, plus récemment, l’introduction de plants à forte teneur en principe actif et de nouvelles  techniques au Maroc. Dans les habitudes de consommations, deux sujets préoccupent particulièrement.

L’arrivée de nouvelles substances actives  et la montée en puissance du marché de la drogue sur Internet. Les nouvelles substances actives, comme les carthinones et  cannabinoides de synthèse, sont produits  pour une grande part en Chine, et concernent souvent des médicaments détournés de  leur utilisation normale. Les cannabinoides de synthèse par exemple ont été  développés au départ à des fins thérapeutiques pour calmer la douleur.

Dans la liste des produits les plus surveillés en ce moment, la carthinone de synthèse  alpha-PVP, et la MDMB-CHMICA ont provoqué plusieurs décès dans le monde  en raison de leur toxicité dupliquée. Présentées souvent en tant que produits légaux, ces nouvelles substances vont souvent beaucoup plus vite que les législations des pays.
Quant au marché de la drogue sur Internet, il s’appuie sur des fournisseurs qui fonctionnent en systèmes comparateurs de prix et de produits sur le modèle d’Amazon et d’eBay. Les adresses IP sont camouflées et les  transactions sont assurées via des bitcoins ou des crypto-monnaies, en capitalisant sur la difficulté à tracer l’activité sur le darknet, c’est-à-dire dans l’Internet non indexé par les moteurs de recherche.

De notre correspondant permanent  à Bruxelles, Aziz Ben Marzouq

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc