Culture

Les Nuits du Ramadan sur fond d’immigration et d’ouverture

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:5039 Le 06/06/2017 | Partager
L’évènement phare de l’Institut français se poursuit jusqu’au 6 juin
Nuru Kane & Bayefall Gnawa, JadaL, Gabacho Maroc… en concert
nuits_du_ramadans_039.jpg

Les Nuits du Ramadan qui sont nées à El Jadida en 2007 et étendues à tous les Instituts français depuis 2012 accueilleront une pléiade d’artistes dont Nuru Kane & Bayefall Gnawa qui se produiront le 6 juin à la Villa des Arts de Rabat (Ph. IFM)

Depuis vendredi dernier, les Nuits du Ramadan animent les soirées du mois sacré sur tout le réseau des Instituts français du Maroc (IFM) notamment à Agadir, Casablanca, El Jadida Essaouira, Fès, Kénitra, Marrakech, Rabat… La 11e édition de cet évènement phare de l’IFM et très attendu du public se poursuit jusqu’au 6 juin.

«Les Nuits du Ramadan 2017 mettront cette année l’accent sur une musique mutante aux couleurs de l’exil, de la migration et de l’ouverture de frontières culturelles», précise les organisateurs.  A l’instar de chaque année la programmation proposée se veut très éclectique, et invite au dialogue entre les diverses musiques du monde.  Les mélomanes pourront ainsi apprécier  les sonorités rock, électroniques, latines et bien évidemment africaines et marocaines.

Pour cette 11e édition, les Nuits du Ramadan ont convié le groupe JadaL, référence de la pop rock jordanienne. La formation créée en 2003 connaît un franc succès dans le monde arabe. Leur répertoire traite de questions sociales et sociétales en revendiquant une identité «Arabic Rock».

Le groupe palestinien 47Soul sera également de la partie et ne manquera pas de séduire son public marocain avec leur son novateur. Ayant déjà conquis le public au Proche-Orient et en Europe, imprégné de sonorités électroniques du dabké arabe et Hip hop, leur musique les distingue dans le contexte de la «World Music».

La musique africaine et gnaoua sera également à l’honneur avec Nuru Kane & Bayefall Gnawa. Guitariste et joueur de guembri, il est le premier et le seul musicien sénégalais à réaliser des jonctions entre les rythmes de son pays et la musique rituelle des gnaouas. Il partagera avec le public les titres de son album «Exile» évoquant ses expériences en Europe et Afrique du Nord, loin de sa patrie natale.

Dans cet album, le musicien embarquera l’audience dans des univers allant du blues mandingue au flamenco en passant par le m’balax, le funk ou encore la musique gnaoua à laquelle il rend hommage. Les 8 musiciens français, marocains et algériens de Gabacho Maroc se produiront également sur les divers sites de l’IFM. Le groupe Labess fera par ailleurs découvrir la richesse de sa musique, fusion de rumba gitane, flamenco et musiques traditionnelles d’Afrique du Nord telles que le gnaoua ou le chaabi.

Une programmation locale est également prévue à El Jadida, ville qui a initié les Nuits du Ramadan, en plus des concerts communs au réseau de l’IFM.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc