Economie

Banques: 2,5 milliards de DH de profits au 1er trimestre

Par Franck FAGNON | Edition N°:5035 Le 31/05/2017 | Partager
La baisse du coût du risque rejaillit sur les résultats
Contre-performance des activités de marché chez deux poids lourds
benifice_banques_035.jpg

La principale note de contrariété sur les trois premiers mois vient de la baisse du résultat des activités de marché pour BCP et BMCE Bank of Africa. Les revenus d'intérêts et les commissions se comportent bien. Excepté CIH Bank, les profits du secteur ont été soutenus par une baisse significative du coût du risque

En attendant, les résultats trimestriels de BMCI, les cinq autres groupes bancaires cotés ont dégagé un bénéfice de 2,5 milliards de DH entre janvier et mars, en hausse de 2,5%. Face à l'inquiétude de Bank Al-Maghrib sur la rentabilité des banques en raison de l'agressivité commerciale de certains établissements, le secteur affiche plutôt bonne mine.

Depuis la mise en garde de la Banque centrale, les taux d'intérêts sur  le crédit à l'habitat en particulier remontent. Certains observateurs ne comprennent pas ce mouvement surtout que l'inflation reste basse et qu'il n'y a pas de surchauffe sur le marché de l'immobilier.

Malgré l'atonie du crédit -l'encours des prêts au secteur privé est resté stable contre une hausse de 0,9% sur les trois premiers mois de 2016- les revenus des banques sur le marché marocain se sont bien comportés hormis la partie issue des activités de marché pour certains établissements. Pour les grands réseaux, la marge d'intérêts sur les opérations avec la clientèle marque une hausse à deux chiffres à la BCP et à BMCE Bank of Africa et reste stable à Attijariwafa bank.

La progression est modérée dans les établissements de taille moyenne. Les commissions perçues accélèrent de 12% à Attijariwafa bank, 9,2% à BMCE Bank of Africa et 7,8% à CIH Bank. Cette rubrique a enregistré une performance de 5% à Crédit du Maroc et 3,2% à la BCP.

Ces performances ont été contrebalancées par la forte baisse des autres produits bancaires pour la BCP et BMCE BoA. Cela s'est traduit par un recul de 0,7% du produit net bancaire sectoriel (comptes sociaux) à 6,8 milliards de DH. Dans les comptes consolidés, les revenus de la profession ont totalisé 12,8 milliards de DH en hausse de 1,2%.

L'un des points de satisfaction sur les trois premiers mois de l'année est la baisse importante du coût du risque pour la plupart des opérateurs, excepté CIH Bank pour lequel l'indicateur a bondi de 80%. Malgré tout, les banques portent toujours plus de 62 milliards de DH de créances en souffrance dans leurs bilans à fin mars.

De nouvelles règles, notamment la circulaire 19/G sur la classification des créances en souffrance et leur provisionnement vont pousser les banques à une analyse plus fine de leur exposition actuelle et une sélection plus stricte des dossiers à l'avenir. Ceux qui voudront prendre plus de risque devront mettre en face les fonds propres nécessaires. Le durcissement de la réglementation pourrait davantage verrouiller l'accès au crédit bancaire à certaines PME, surtout si elles ne sont pas suffisamment structurées.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc