Competences & rh

Et si l’on redécouvrait les mathématiques?

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5029 Le 23/05/2017 | Partager
Des Math Days organisés du 23 au 24 mai au Technopark de Casablanca
Lycéens, étudiants de grandes écoles, startuppers… s’y rencontrent
Intelligence artificielle, robotique, big data… une multitude de thèmes abordés

Le monde est mathématique diraient les scientifiques. Certains avancent que l’essence même de notre réalité physique n’est que mathématiques, et que le langage de l’univers est fait de nombres et d’équations complexes. Mais il faut les aimer les chiffres pour en mesurer toute l’importance, et surtout, y exceller.

La société d’ingénierie Prod’air et Technopark se sont associés pour faire plonger lycéens, étudiants de grandes écoles, startuppers, patrons, ingénieurs… dans le monde fascinant des nombres. Les deux partenaires organisent, du 23 au 24 mai au Technopark de Casablanca, la première édition des Math Days. «Il s’agit de leur faire aimer les maths de manière agréable. Les professeurs que nous avons invités ne leur expliqueront pas les intégrales, par exemple.

L’objectif est de susciter chez eux des vocations et de leur montrer que les maths sont un outil important d’innovation», explique Omar Guennoun, patron de Prod’air. En effet, qu’est-ce que l’intelligence artificielle, à titre d’exemple, si ce n’est une série d’algorithmes. L’évènement sera animé par quatre mathématiciens de renom, de France, de Belgique et d’Algérie.

Robotique, big data en assurances, mathématiques du chat (celui de Philippe Geluck), bitcoin, monnaies cryptographiques et blockchains, intelligence artificielle, histoire des mathématiques arabes,… plusieurs thèmes seront abordés, sous forme de master classes et de conférences. «L’idée est aussi de faire découvrir aux étudiants le monde professionnel sous un regard attrayant», ajoute Guennoun.

Au Maroc, les élèves, du primaire et du collège, font partie de ceux qui aiment le plus les maths, à en croire le classement Timss 2015. Seulement 5% des écoliers et 16% des collégiens affirment les détester. Toutefois, leurs performances en la matière sont décevantes. Ceux du primaire se classent  47e sur un total de 49 pays. Tandis que ceux du collège arrivent 37e sur 39 pays.

Dans le supérieur, la majorité choisissent des parcours en lettres et sciences humaines et sociales. Ce n’est pas qu’une question d’aptitudes. Il s’agit aussi de considérations d’ordre linguistique. Après avoir étudié les maths et les sciences en arabe durant toute leur scolarité, la majorité des étudiants n’arrivent pas à suivre des cours en français à l’université. Au final, de nombreux talents se perdent.

Des intervenants de renom

math_decouverte_029.jpg

Quatre mathématiciens au CV bien garni feront voyager les participants dans le monde incroyable des chiffres. Il s’agit d’Olivier Gibaru, enseignant-chercheur en mathématiques appliquées (Ensam de Lille), coordinateur du projet européen H2020 ColRobot dédié à la robotique, Jean-Paul Delahaye, professeur émérite à l’université de Lille, chercheur au Centre de recherche en informatique signal et automatique de Lille (CRISTAL), lauréat du prix d’Alembert de la société mathématique de France (1998), Ahmed Djebbar, mathématicien, chercheur en histoire des sciences (CNRS), également ancien ministre de l’Education nationale d’Algérie. Enfin, Daniel Justens, mathématicien, actuaire, docteur en administration des affaires et passionné de bandes dessinées.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc