International

Après Riyad, Trump en Israël et en Palestine

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5029 Le 23/05/2017 | Partager
Le président américain prône le discours de la paix
Il durcit le ton contre l'Iran
trump_tournee_029.jpg

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a qualifié la visite du président Donald Trump à Riyad de «tournant» dans les relations avec Washington. Les consultations, la coopération et la coordination vont s’intensifier entre les deux pays. C’est un discours sur sa vision pacifique de l’islam qu’a prononcé le président américain au sommet arabo-islamo-américain tenu le week-end dernier à Riyad, en présence du Maroc. Il a surtout insisté sur l'engagement des Etats-Unis envers ses partenaires musulmans.

«Nous avons une vision de paix, de sécurité et de prospérité, pour cette région et pour le monde entier», a-t-il dit à l’adresse des dirigeants. Il souhaite aussi tisser des liens plus étroits en matière d’amitié, de sécurité, de culture et d’échanges commerciaux.

Les deux pays ont d’ailleurs annoncé des accords qui permettront de réaliser des investissements à hauteur de presque 400 milliards de dollars et de créer plusieurs centaines de milliers d’emplois aux Etats-Unis et en Arabie saoudite. Cet accord comprend l’annonce de l’acquisition d’armements financés par les Saoudiens d’une valeur de 110 milliards de dollars. Il aidera l’armée saoudienne à assumer un rôle beaucoup plus important en matière de sécurité.

Des discussions ont été aussi entamées avec plusieurs dirigeants concernant le renforcement et la création de nouveaux partenariats, en vue d’accroître la sécurité et la stabilité dans l’ensemble du Moyen-Orient et bien au-delà. Le roi Salmane s'est félicité aussi de la création par les Etats-Unis et les pétromonarchies du Golfe d'un centre à Riyad pour assécher les sources de «financement du terrorisme» et du lancement également dans la capitale saoudienne d'un centre international dédié à la lutte contre l'extrémisme.

Hier lundi, Donald Trump s’est rendu en Israël. Il a souhaité «voir Israël et les Palestiniens faire la paix» et s'est recueilli devant le mur des Lamentations à Jérusalem (ce qui fait de lui le premier président américain en exercice à se rendre sur ce lieu).  Dans la lignée de ses virulentes déclarations à Riyad, il s'en est une nouvelle fois pris à l’Iran. Tout en soulignant qu'elle devait cesser «le financement, l'entraînement et l'équipement meurtriers de terroristes et de milices».

«L'Iran ne doit jamais posséder une arme nucléaire, jamais», a-t-il martelé, trois jours après la réélection du modéré Hassan Rohani à la présidence de l'Iran. Trump sera reçu aujourd’hui mardi par le président palestinien Mahmoud Abbas à Bethléem.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc