Habillage_leco
Régions

Figuig valorise ses territoires isolés

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5028 Le 22/05/2017 | Partager
Un premier festival pour promouvoir les atouts locaux
30 millions de DH/an pour le pastoral
figuig-cooperatives-028.jpg

Les coopératives féminines de Jerada peuvent servir d’exemple à celles de Figuig  pour la promotion des activités génératrices de revenus et la gestion durable des ressources naturelles (Ph. A.K)

Figuig valorise ses territoires et met sur le devant de la scène ses communes retirées. C’est le cas de Maâtarka qui bénéficie d’une attention particulière pour promouvoir ses atouts naturels et potentialités économiques. La première version du festival d’élevage et des pâturages des tribus de Bni Guil en est l’exemple frappant.

Organisé, dernièrement, sous forme de foire d’exposition et séminaires économiques, le festival a drainé plus de 20.000 visiteurs et une centaine d’exposants. Une première pour une commune qui regorge d’atouts mais qui a besoin d’un coup de pouce pour sortir de l’anonymat.

In fine lancer des actions de développement durable qui motivent et engagent les populations locales dans la protection des espaces, l’amélioration des techniques d’élevage, le développement de l’artisanat et du tourisme d’arrière-pays. «Le choix de la thématique: système pastoral et les défis du développement durable, pour cette première édition, n’est pas fortuit. Il reflète l’intérêt accordé aux différents plans de développement lancés au niveau de plusieurs communes rurales», souligne Mohammed Rochdi, gouverneur de la province de Figuig. Pour le seul département des eaux et forêts, la moyenne des subventions annuelles débloquées pour protéger les zones pastorales et le couvert végétal, avoisine les 30 millions de DH.

De leur côté, les acteurs associatifs locaux ont mis l’accent sur la nécessité de cibler les secteurs porteurs au lieu de travailler sur plusieurs fronts sans résultats. Pour eux, il est temps d’apporter un plus promotionnel à la race Bni Guil pour la mieux marketer et commercialiser. Une race de moutons qui bénéficie de l’indication géographique protégée mais qui n’arrive pas à booster la croissance économique de la province.

De fait, les attentes sont énormes et les actions à impact direct sur le développement durable tardent à prendre forme. C’est ce qu’ont souligné les recommandations qui ont ponctué les tables rondes organisées autour du développement de Maâtarka: Il est temps de créer une agence pour le développement des espaces pastoraux, la protection des élevages contre les risques naturels, la création d’un abattoir moderne pour les viandes rouges, l'activation de l’indication géographique protégée des viandes de Bni Guil, création d’un observatoire économique et social du système pastoral, soutien et renforcement des organismes professionnels, résolution des problèmes associés aux espaces menacés et mise en application de la loi 113-13 sur la transhumance.

Plusieurs de ces recommandations seront lancées au cours de 2017/2020 dans le cadre du plan de développement régional initié par les autorités locales, conseils élus et départements concernés, précise-t-on.
De notre correspondant,
Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc