International

Enfants réfugiés et migrants: Le cri d’alarme de l’Unicef

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5027 Le 19/05/2017 | Partager
300.000 enfants non accompagnés et séparés
Dans environ 80 pays
Les gouvernements appelés à réagir sans délai
enfants_refugies_027.jpg

Dans son dernier rapport, l’Unicef a enregistré au moins 300.000 enfants non accompagnés et séparés dans environ 80 pays en 2015 et 2016, contre 66.000 en 2010 et 2011 (Source: Unicef)

Depuis 2010, le nombre d’enfants réfugiés et migrants voyageant seuls a été multiplié par cinq. Un fléau. «Un enfant qui se déplace seul, c’est déjà un enfant de trop. Un nombre alarmant d’enfants est pourtant dans ce cas aujourd’hui et nous, en tant qu’adultes, ne parvenons pas à les protéger», affirme le directeur général adjoint de l’Unicef, Justin Forsyth.

Alors, «à l’approche du sommet du G7 en Italie, l’Unicef appelle les gouvernements à adopter son plan d’action en six points pour assurer la protection et le bien-être des enfants réfugiés et migrants», annonce la représentante au Maroc de l’agence de l’Organisation des Nations unies, Regina De Dominicis. Cet appel fait suite à la toute récente publication du rapport mondial de l’Unicef: «Un enfant est un enfant», qui fait état de la situation des enfants migrants et réfugiés dans le monde.

Leur nombre ayant atteint un niveau historique. Au moins 300.000 enfants non accompagnés et séparés ont été enregistrés dans environ 80 pays en 2015 et 2016, contre 66.000 en 2010 et 2011. De véritables proies pour des passeurs et trafiquants sans scrupules, qui exploitent leur vulnérabilité pour les vendre comme esclaves ou les obliger à se prostituer. Les enfants représentant approximativement 28% des victimes de traite dans le monde.

Face à ce vrai drame humain, l’Unicef enjoint les gouvernements à mettre fin à la détention des enfants migrants ou demandant le statut de réfugié en proposant d’autres solutions pratiques. Mais aussi à préserver l’intégrité des familles, le meilleur moyen de protéger les enfants et de leur donner un statut juridique.

Parmi les recommandations, il s’agit aussi de leur permettre de continuer à apprendre et de leur donner accès aux services de santé et à d’autres services de qualité, ou encore de promouvoir des mesures de lutte contre la xénophobie, la discrimination et la marginalisation dans les pays de transit et de destination. Des actions de bon sens envers les enfants déracinés par la guerre, la violence et la pauvreté.

Les chiffres de la honte

 200.000 enfants non accompagnés ont demandé l’asile dans environ 80 pays en 2015-2016.
 100.000 enfants non accompagnés ont été appréhendés à la frontière entre les États-Unis et le Mexique en 2015-2016.
170.000 enfants non accompagnés ont demandé l’asile en Europe en 2015-2016.
Les enfants non accompagnés et séparés représentaient 92% du total des enfants arrivés en Italie par la mer en 2016 et au cours des premiers mois de 2017.
L’Afrique subsaharienne, l’Amérique centrale et les Caraïbes présentent les proportions les plus élevées d’enfants parmi les victimes de traite identifiées, avec respectivement 64% et 62%.
Jusqu’à 20% des passeurs sont liés à des réseaux de traite des personnes.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc