Habillage_leco
International

France/Allemagne: Une nouvelle feuille de route pour relancer l’Europe

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5025 Le 17/05/2017 | Partager
Emmanuel Macron et Angela Merkel prêts à modifier les traités
Ils se serrent les coudes face au populisme et au Brexit
france_allemange_025.jpg

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel sont prêts à réformer l’Europe, mais à chacun ses convictions (Ph. AFP)

Face à la montée du populisme et du Brexit, le président français Emmanuel Macron (qui a effectué lundi à Berlin son premier déplacement à l'étranger) et Angela Merkel s'affichent en «défenseurs de l'Europe». Mais aucune transformation de l'UE n'interviendra avant les législatives dans ces deux pays.

La chancelière allemande n’a pas exclu la possibilité de changer les traités pour réformer l'Europe. Faisant preuve d'une certaine ouverture, alors que l'Allemagne s'était jusqu'ici montrée plus que réservée. Cette première entrevue entre Macron et Merkel était très attendue.

Car les projets de réforme de l'Union du président français durant la campagne électorale avaient suscité des critiques à Berlin. Les propositions d'un ministre unique des Finances et d'un budget commun de la zone euro avaient d'ailleurs été accueillies avec une grande méfiance en Allemagne. Mais le président élu a tenté de clarifier ses projets.

Il ne veut surtout pas «d'Eurobonds et de mutualisation des dettes anciennes des pays de la zone euro». Il a en revanche appelé à ouvrir le débat sur de nouveaux projets d'investissement. La chancelière allemande, qui brigue un quatrième mandat lors d'élections législatives en septembre dans son pays, ne pourra toutefois politiquement faire trop de concessions. Sa politique migratoire était sous le feu des critiques, notamment par de nombreux membres de son propre parti.

Pour Berlin, l’autre défi pour la France (l’annonce de la composition du gouvernement a été reportée à aujourd’hui) est qu’elle fasse des efforts en réformant son marché du travail et en assainissant ses finances publiques. Il faut s’attaquer aussi au chômage. En 2017, le taux devrait atteindre 4% en Allemagne, le plus bas de la zone euro, contre plus du double en France (9,9%), selon les dernières prévisions de la Commission européenne.

Paris doit redonner confiance à ses partenaires et donner des gages en matière budgétaire. Le président français devra faire sortir son pays de la procédure de déficit excessif au sein de l'Union européenne, en ramenant le déficit budgétaire sous la barre des 3% du Produit intérieur brut.

La France pourrait être en effet le seul pays des 19 de la zone euro à afficher un déficit public en 2018 supérieur à 3% du PIB, limite fixée par les règles européennes. L'exécutif européen anticipe un déficit public de 3,2% l’année prochaine pour la France, contre un excédent de 0,3% pour l'Allemagne.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc