Entreprises

Logismed parie sur la rentabilité

Par Amin RBOUB | Edition N°:5025 Le 17/05/2017 | Partager
Un salon qui table sur 5.000 visiteurs professionnels
Logistics Awards: Des trophées pour récompenser les performants
logismed_025.jpg

Le pari du déploiement de la stratégie repose sur la mobilisation du foncier. La feuille de route table sur 3.300 ha d’ici 2030. Ce qui permettra à terme d’accroître les flux internationaux du Maroc aussi bien dans les secteurs exportateurs que dans une logique de captation de bases régionales purement logistiques

Vitrine incontournable des prestataires, donneurs d’ordre et clients de la logistique, l’édition 2017 du salon Logismed promet plein d’innovations. Cette édition vient donner un nouveau souffle au secteur et à des opérateurs et des entreprises en quête de rentabilité, de visibilité et de relais de croissance.

L’enjeu est de tracer de nouvelles pistes, gagner en compétitivité et décrocher des opportunités d’affaires. L’événement se tient du 17 au 19 mai au «Grand palais» de la Foire internationale de Casablanca (FIC). L’objectif cette année est de rassembler tous les exposants et les visiteurs dans un site concentré pour optimiser les échanges et maximiser la visibilité.

La vitrine de la logistique promet de mettre en valeur l’offre, solutions, équipements, stands et augmenter le nombre de visiteurs en s’approchant le maximum du centre-ville. Le thème retenu pour cette édition: «La logistique, levier d’une rentabilité certaine».

Evènement de référence qui réunit l’ensemble des métiers de transport, logistique et supply-chain, Logismed 2017 sera rythmé par des échanges professionnels et commerciaux ainsi qu’un programme riche en nouveautés et en animations, ou encore des conférences, tables rondes et débats entre spécialistes, opérateurs et experts. Au programme: 6 conférences plénières, une quarantaine d’intervenants nationaux et internationaux, 3 journées thématiques ou encore 121 exposants. 

L’édition 2017 développe davantage la dimension africaine avec des exposants et des prestations pour relever les standards à l’échelle continentale. Logismed table sur un visitorat qualitatif et professionnel. Près de 5.000 visiteurs professionnels nationaux et étrangers sont attendus. Il s’agit de visiteurs exigeants (clients, prestataires et donneurs d’ordre) qui viennent de divers secteurs d’activité, notamment  l’industrie, le commerce, l’automobile, la distribution, le transport, les services... Ils sont issus de toutes les sphères d’activité et fonction des entreprises. Le salon est aussi l’occasion de primer les opérateurs performants. Les trophées marocains de la logistique «Moroccan Logistics Awards» est l’un des rendez -vous les plus attendus.

Par activité, la répartition de la surface d’exposition donne la part belle à l’industrie manufacturière (40%). S’ensuivent la logistique & transport (22%), le commerce et distribution (14%) ou encore les services (10%). Le salon sera aussi l’occasion de dresser le bilan  de la stratégie nationale et faire le point sur les objectifs fixés, le bilan d’étape, les atouts, mais aussi les limites et les gisements d’amélioration.

L’événement devra aussi donner plus de visibilité par rapport aux perspectives de développement d’un écosystème transversal avec l’attractivité de nouveaux investissements et l’arrivée de nouveaux entrants. De grands groupes internationaux capables d’opérer un transfert de savoir-faire et apporter plus de valeur ajoutée au secteur. Toutes les études confirment le rôle déterminant de la logistique dans la bonne santé des entreprises et l’obtention des meilleurs résultats financiers. Elle est incontestablement un atout stratégique de la rentabilité pour l’entreprise. (Voir aussi dossier en cahier central).

                                                                                          

Les multiples couacs de l’offre Maroc

Une des explications des difficultés du Maroc à tirer davantage bénéfice du développement du commerce international réside dans les délais et les coûts liés à la logistique des exportations et des  importations. Selon Doing Business qui mesure la distance à la frontière en termes de cumul des délais et des coûts (hors droits de douane), le Maroc se situe en meilleure position dans la région Mena mais reste en-deçà de la performance de ses principaux compétiteurs, notamment en Europe centrale et orientale. Sur un total de 160 pays, le Maroc se situe au 86e rang en 2016 dans l’Indice de performance logistique, reculant de 24 places par rapport à son rang moyen sur la période 2007-2014 (World Bank 2016). Le pays est bien classé pour la qualité des infrastructures, mais il paie dans ce classement des relâchements et des dysfonctionnements sur la chaîne des prestations au commerce extérieur. En effet, le Maroc se classe au 124e rang quant au rendement des services douaniers (le Maroc était classé 73e en 2007-2014) et se positionne 122e en termes de traçabilité.

La facilitation du commerce et la connectivité régionale constituent un agenda inachevé mais essentiel. L’un des avantages comparatifs du Maroc tient à sa géographie, ce qui signifie que la qualité des ports, du transport terrestre et de la logistique commerciale sont au cœur de sa compétitivité. Les exportateurs marocains ne peuvent exploiter avec succès leur proximité avec le marché de l’UE que si leurs coûts de transaction pour le transport sont inférieurs à ceux de leurs concurrents. L’existence de liens fonctionnels à travers la chaîne d’approvisionnement est rendue encore plus importante par l’évolution des échéanciers, qui visent des livraisons juste à temps, et des demandes croissantes des partenaires commerciaux en termes de délais et de qualité des livraisons. Le coût élevé du transport, de la logistique et de la communication a été mis en exergue comme l’un des facteurs pénalisant le transport au Maroc.

En termes de facilitation des échanges, les opérateurs économiques, les exportateurs et les importateurs font face à de sérieux défis liés à la chaîne de distribution. Malgré un progrès dans la gestion des douanes, le transport aérien et des ports, la logistique liée aux échanges ne représente pas un avantage pour le Maroc, comparé à des concurrents comme la Tunisie et la Turquie. Les données contenues dans l’indice de performance sur la logistique établi par la Banque mondiale relève que les domaines dans lesquels le Maroc accuse du retard sont les compétences en matière de logistique, le respect des délais et les systèmes de repérage. La principale contrainte identifiée réside dans le caractère dual du secteur de transport domestique, partagé entre un petit nombre de transporteurs efficaces satisfaisant aux normes mondiales et de nombreux petits opérateurs fournissant des services de faible qualité et fragmentés. Cette dualité exclut l’émergence de groupements modernes de transport terrestre pouvant efficacement répondre aux besoins des expéditeurs. Les taxes portuaires sont comparativement élevées au Maroc, tant pour les containers que pour les camions. Le manque de concurrence parmi les services de ferry contribue également au coût élevé de la traversée du détroit de Gibraltar.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc