Culture

Le génie Picasso débarque au Musée Mohammed VI

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:5023 Le 15/05/2017 | Partager
L’expo-évènement, une première au Maroc, aura lieu du 17 mai au 31 juillet
Plus de 100 œuvres: tableaux, sculptures, céramiques, photographies…
La conférence inaugurale prévue le 16 mai
picasso_023.jpg

Picasso en buste (1936), derrière l’objectif de Dora Maar, photographe et peintre surréaliste, également amante et modèle de l’artiste (Source: © Succession Picasso 2017)

Le public pourra enfin découvrir l’exposition-évènement de l’année consacrée à l’œuvre de Pablo Picasso. Initialement prévue pour le 19 avril, cette manifestation d’envergure, tant attendue par le public, sera inaugurée au Musée d’art moderne et contemporain Mohammed VI (MM6) à Rabat le 15 mai par la princesse Lalla Salma avant d’ouvrir ses portes du 17 mai au 31 juillet.

La toute première exposition dédiée au maître du XXe siècle réunira plus de 100 œuvres dont des tableaux, des sculptures, des céramiques, des photographies mais aussi des dessins et estampes issus des collections du Musée national Picasso-Paris. «Face à Picasso», revient sur le thème de l’artiste et son modèle, «véritable fil rouge de l’iconographie picassienne», précisent les organisateurs.

«C’est la première fois que Picasso traverse la Méditerranée, et il commence par le Maroc. La politique que Sa Majesté a entrepris en faveur de la culture, la situation sécuritaire du pays et la qualité du personnel de la Fondation nationale des musées ont encouragé les grandes collections à prêter leurs œuvres.

Après César, Giacometti et aujourd’hui Picasso, le MM6 accueillera la collection du Centre George Pompidou. Nous sommes sur une très belle trajectoire», souligne Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées.

Réflexion autour de la notion de «modèle»

Ainsi à travers cette exposition inédite qui se déploie en onze sections chrono-thématiques, le visiteur découvrira tout un panorama pluridisciplinaire de l’œuvre du grand

picasso_1_023.jpg

«La lecture» est l’un des portraits cultes que Picasso a réalisé de sa muse Marie-Thérèse Walter, assise sur un fauteuil un livre ouvert sur les genoux. Le chef-d’œuvre fut vendu à 25,2 millions de livres lors d’une vente aux enchères de Sotheby’s en 2011
(Source: © Succession Picasso 2017)

maître qui met aussi en lumière ses différents styles et techniques. «Face à Picasso» se veut aussi une réflexion autour de la notion de «modèle», chère au peintre, tout en traitant de l’évolution de son expérimentation concernant la figure humaine.

L’exposition met en exergue le travail du génie notamment ses ouvrages préparatoires du chef-d’œuvre «Les Demoiselles d’Avignon» ainsi que l’élaboration de ce nouveau langage plastique qu’est le cubisme. Seront dévoilées dans cette exposition des œuvres iconiques retraçant la carrière de Picasso. De «La Fillette aux pieds nus» (1895) au «Jeune Peintre» (1972) en passant par «La Femme aux mains jointes» (1907), «La Lecture» (1932), «La Cuisine» (1948) ou encore «La Femme enceinte» (1959), le visiteur aura l’occasion d’admirer les œuvres du maître tout en s’interrogeant sur l’aspect sériel de sa création. Une dimension largement représentée au sein du parcours muséal à travers notamment les nombreuses femmes au fauteuil.

Le parcours de l’exposition entend mettre en lumière ces déclinaisons, de la période bleue aux années 1950, en passant par les expérimentations cubistes ou le classicisme des années 1920, et ce, grâce à un parcours chronologique et pluridisciplinaire. Ainsi dans la salle 2, le visiteur découvrira les premiers modèles de l’artiste, bien souvent les membres de sa famille et ses amis proches qui font l’objet de véritables mises en scène.

picasso_2_023.jpg

En 1946, Picasso fait la rencontre de Suzanne et Georges Ramié, propriétaires d’une fabrique de céramiques alors qu’il visite l’exposition des Potiers de Vallauris, village dans lequel il s’installe de 1948 à 1955. Au cours des 20 dernières années de sa vie, il consacre beaucoup de son temps aux céramiques
(Source: © Succession Picasso 2017)

Alors qu’il n’a que 14 ans, il peint à la manière de grands maîtres, notamment Diego Velasquez, «La Fillette aux pieds nus», première incarnation du thème de «La Femme au fauteuil», qui traverse l’ensemble de son œuvre. La visite se poursuit avec le thème «Autour des Demoiselles» qui présente de nombreuses études dessinées et peintes qui ont précédé la création de l’un de ses chefs-d’œuvre les plus importants.

«Les Demoiselles d’Avignon» (1907), conservé au Museum of Modern Art à New York témoigne d’un tournant essentiel dans les recherches plastiques de Picasso. A travers le thème «Le modèle face au cubisme», le spectateur plongera dans cette célèbre période de l’artiste.

Et c’est en 1908, qu’il élabore avec le peintre Georges Braque ce nouveau langage pictural qui marque un tournant dans l’histoire de l’art du XXe siècle. D’autres thématiques comme «Les années 20, du classicisme au surréalisme», «Marie-Thérèse, l’Artiste et son modèle» ou encore «Dora Maar, face-à-face d’artistes» (Salle 7) proposent de découvrir des œuvres d’une grande richesse. En effet, Dora Maar, elle-même artiste, peintre et photographe surréaliste reconnue, fait son entrée dans la vie du peintre.

picasso_3_023.jpg

La salle 6 du MM6 est entièrement dédiée à Marie-Thérèse. Agée de 17 ans, l’artiste l’a rencontrée en 1927 devant les Galeries Lafayette. Leur relation longtemps secrète marque un tournant explicite dans l’iconographie picassienne des années 1930. Picasso est obsédé par son modèle… (Source: © Succession Picasso 2017)

La guerre civile qui éclate en juillet 1936, façonne le rapport de l’artiste avec son nouveau modèle. Aux courbes douces et sensuelles des portraits de Marie-Thérèse (ex-compagne, muse et modèle de Picasso) succèdent les traits anguleux de Dora Maar, qui inspire à l’artiste la série gravée autour du thème de «La Femme qui pleure».

La Salle 7 propose de découvrir à travers plusieurs photographies celle qui deviendra l’amante et modèle de Picasso et qui partage avec lui son atelier, la création d’un autre chef-d’œuvre, «Guernica». Présenté au pavillon espagnol de l’Exposition universelle de 1937, l’œuvre est un symbole de son engagement républicain.

L’exposition s’intéresse par ailleurs aux «Années méditerranéennes» avant de s’achever sur «L’Influence des maîtres: Le déjeuner sur l’herbe». Peinture, pastels, dessins, sculptures, linogravures: toutes les techniques servent à Picasso dans sa réinvention de l’œuvre d’Edouard Manet.

Le maître du XIXe siècle devient à son tour un modèle, avec lequel Picasso entretient une relation ambiguë, entre l’hommage et le combat. Pour les amateurs du génie désireux d’approfondir leurs connaissances en histoire de l’art, une conférence inaugurale animée par Coline Zellal, commissaire de l’exposition et conservatrice du Patrimoine au Musée national Picasso-Paris, est également prévue au MM6 le 16 mai à 18h30. Sera également présente lors de ce rendez-vous, une des plus grandes spécialistes de Picasso au monde, Androula Michael, historienne de l’art, qui abordera le thème de l’Orient de l’œuvre de l’artiste.

picasso_4_023.jpg

 Parmi les œuvres à découvrir dans la salle placée sous le thème «Les premiers modèles», «Portrait d’Homme» (1902-1903), faisant partie des premiers modèles de Pablo Picasso et constitue les premières déclinaisons de son travail sur la figure humaine (Source: © Succession Picasso 2017)

«Face à Picasso» est organisé par le Musée Mohammed VI, la Fondation nationale des musées, le Musée Picasso-Paris ainsi que Picasso-Méditerranée (2017-2019), en partenariat avec l’Institut français et le ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération. Un beau-livre a été publié à l’occasion de cette exposition d’envergure. L’évènement historique dans le paysage artistique marocain et africain promet de battre les records d’affluence du musée dont l’accès sera gratuit les deux semaines suivant l’ouverture.

 

 

 

                                                                           

Quelques dates clés

picasso_5_023.jpg

Picasso peint «La Fillette aux pieds nus» en 1895 à l’âge de 14 ans. Une toile peinte en référence aux grands maîtres espagnols à l’instar de Velasquez
 (Source: © Succession Picasso 2017)

■ 1881
Pablo Picasso naît le 25 octobre à Málaga. Son père, artiste, lui enseigne la peinture et le dessin.
■ 1895
Il peint «La Fillette aux pieds nus»
■ 1896-1897
L’artiste étudie à la Lonja, l’École de Beaux-arts de Barcelone
■ 1900
Il s’installe à Paris en même temps que son ami, l’artiste Carlos Casagemas, dont le suicide marque le début de la période bleue.
■ 1907
L’année des «Demoiselles d’Avignon», l’amitié avec Georges Braque ouvre la voie aux expérimentations cubistes.
■ 1917
Picasso voyage avec les Ballets russes de Serge de Diaghilev et rencontre la danseuse Olga Khokhlova qu’il épouse l’année suivante.
■ 1932
Picasso peint «La Lecture»
■ 1934
Rencontre avec la photographe surréaliste Dora Maar.
■ 1937
Pour son pavillon à l’Exposition internationale des arts et techniques de Paris, le gouvernement républicain espagnol invite Picasso qui y expose Guernica trois mois après le bombardement de la ville basque.
■ 1946
Picasso s’installe sur la Côte d’Azur avec Françoise Gilot, mère de Claude et Paloma. L’artiste pratique la céramique dans les ateliers de Vallauris.
■ 1955
Picasso s’installe à Cannes avec Jacqueline Roque, dans la villa «La Californie»
■ 1961
Picasso épouse Jacqueline Roque à Vallauris.
■ 1966
L’exposition «Hommage à Picasso», inaugurée par André Malraux au Grand et au Petit Palais en novembre, est un immense succès.
■ 1972
Picasso peint «Le Jeune peintre», un de ses derniers autoportraits.
■ 1973
Picasso décède le 8 avril à Mougins. De mai à septembre, les œuvres des années 1970-1972 sont exposées au palais des Papes à Avignon.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc