Habillage_leco
Culture

Festival des musiques sacrées du monde: Une locomotive pour le développement régional

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5021 Le 11/05/2017 | Partager
Forum économique, conventions, promotion… au menu
Une initiative de la CCIS, la Ville et d’autres partenaires
festival_des_musiques_sacrees_du_monde_mohamed_boussaid_021.jpg

Mohamed Boussaïd a volé la vedette, hier, à l’ouverture du 1er forum économique de la région Fès-Meknès. Le ministre des Finances a promis de tirer ses camarades vers la région. «C’est un engagement personnel pour la ville qui m’a vu naître», a-t-il dit… (Ph. YSA)

Plusieurs événements viennent se greffer au festival des musiques sacrées de Fès afin de profiter de sa «fenêtre de tir», promouvoir la ville, et tenter d’enclencher une réelle dynamique régionale. C’est ainsi que la Chambre de commerce, d’industrie et de services de la région Fès-Meknès (CCIS) tient du 10 au 12 mai, son 1er forum économique sous le thème «territoire, entreprises et intelligence économique; potentiel, partenariats et perspectives». La mairie, partenaire de l’événement, y initie la 5e édition des rencontres des villes amies et jumelées avec Fès.
 
■ Un espace d’échanges d’expériences
Pour Badr Tahiri, président de la jeune CCIS Fès-Meknès (elle a pris acte avec l’entrée en vigueur du nouveau découpage), le Forum économique est un «espace d’échanges, de partage des connaissances et d’expériences qui est ouvert aux acteurs du monde de l’entreprise et aux décideurs institutionnels, marocains et étrangers». L’objectif qui lui est assigné est d’engager et consolider des partenariats gagnant-gagnant. Axé sur le territoire et l’entreprise, dans le cadre d’une dynamique interactive d’intelligence économique, le forum se présente comme un espace de rencontres d’affaires sud-sud, mais aussi de débats. «Nous y tenons des plénières sur la finance participative, le climat des affaires au niveau de la région, et le label export», explique Tahiri.
 
■ Un «Davos» économique!
Impressionné par la forte mobilisation des opérateurs pour la rencontre de la CCIS, Driss El Azami Idrissi a noté que «le premier Davos économique de la région est né».Le maire de Fès affirme que «l’entreprise est au centre du développement de la région». Or, il n’est pas sans savoir qu’il est à la tête d’une ville qui enregistre plus de fermetures d’usines que de création. Pour la seule année 2017, plusieurs grandes unités de textile ont mis la clé sous le paillasson, dont notamment Promaille ou encore le Complexe intégré de confection (CIC), appartenant à l’ex-président de la CGEM de Fès, Driss Belkhayate. «Et quid de Cotef, Texnord, Manudra?», s’interroge Mohamed Boussaïd, présent à cette rencontre. «Cette région qui était le premier pôle industriel national, faisait émerger de grands patrons», rappelle-t-il. Malheureusement, l’image d’une ville politisée et syndicale lui a été fatale pour son industrie. Mais, malgré tout, El Azami «sent le déclic de cette région, pleine d’opportunités et de RH assidues». Pour lui, «ce forum doit devenir un rendez-vous annuel». Il en a profité pour signer quelques conventions avec ses partenaires (villes et UPF).
 
■ MedZ, Danone, et Webhelp…du concret
Présents lors du «Economic forum», les responsables de MedZ, Danone, et Webhelp ont annoncé des projets concrets. A commencer par Omar El Yazghi, président de la filiale de CDG développement, qui a affirmé l’arrivée de gros partenaires sur les sites de Fès Shore et Agropolis. «Ces projets devraient créer entre 3.000 et 4.000 emplois», dit El Yazghi. Même son de cloche auprès d’un responsable de Centrale laitière Danone qui a attesté des bonnes conditions de l’installation de leur unité à Meknès. Enfin, le directeur régional de Webhelp a dévoilé la création d’un 5e site pour le leader des call centers à Fès en 2018. D’ici là, son entreprise emploie quelque 2.800 salariés au niveau de la ville.
 
■ Forcing sur la formation des RH
Avec plus de 200.000 étudiants dans ses 5 universités et ses multiples centres de formation, Fès-Meknès est le «grenier» des ressources humaines de qualité du Maroc. «Nos universités essaiment leurs lauréats un peu partout…pourquoi pas ici», souligne Mohand Laenser. Le président du conseil régional promet un tapis rouge aux investisseurs. «Nous sommes une région centrale, connectée aux réseaux des transports et dotée d’infrastructures d’accueil… notre territoire mérite d’être le creuset du développement économique escompté», vante le doyen des présidents de régions. «Nous sommes à la fois continentaux, maritimes et aériens», renchérit-il.
 
■ Boussaïd «corrige» El Azami
Il a parlé en dernier, et il a eu le mot de la fin. Mohamed Boussaïd a souligné que «Fès-Meknès ne doit pas attendre que les autres régions soient saturées pour amorcer son développement» en réponse au maire, Driss El Azami Idrissi, qui lui a prétendu l'inverse: «il est temps que la capitale spirituelle décolle, maintenant que les autres villes sont saturées». «En tout cas, vous avez mon engagement personnel de pousser mes confrères ministres à développer cette région», renchérit le responsable gouvernemental sur un ton de campagne, rappelant «qu’il est originaire de Fès et qu’il a beaucoup d’admiration pour sa ville natale». «En attendant, profitez bien du festival des musiques sacrées…pour ce qui est de l’économie, l’heure est à la reprise: nous tablons sur une croissance de 4,5% en 2017», a-t-il conclu.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc