Habillage_leco
Competences & rh

Université Cadi Ayyad: Des négociations avec le King’s College de Londres

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5010 Le 25/04/2017 | Partager
hassan_hbid_010.jpg

Doyen de la faculté des sciences Semlalia à Marrakech, le Pr Hassan Hbid dirige le laboratoire des mathématiques et dynamique des populations. Il chapeaute par ailleurs la zone sud de l’Unité mixte internationale de modélisation mathématique et informatique (Ph. UCA)

- L’Economiste: Avec quelles ressources travaille cette équipe internationale?
- Hassan Hbid:
Chaque équipe a d’abord son propre budget octroyé par son université. La nôtre, l’Université Cadi Ayyad, qui répartit les budgets suivant la production scientifique, nous octroie en moyenne 150.000 DH par an, car nous sommes productifs en termes de publications, thèses, livres et brevets. Mais la principale source pour l’Ummisco reste l’Institut de recherche et développement (IRD France), qui est le grand parrain du projet. L’Université Pierre et Marie Curie participe également par le biais de bourses pour les doctorants. S’agissant de notre laboratoire, nous sommes soutenus par le CNRS en tant qu’unité associée au CNRST. A cela, il faut ajouter tous les petits projets bilatéraux que nous menons avec des universités un peu partout dans le monde.

- Quel est l’objet de ce centre de mathématiques ouvert à l’université de Marrakech?
- La politique du président est de réunir tous ceux qui travaillent sur une même thématique. Le centre de mathématiques, dont les locaux sont encore en travaux, est donc le lieu commun aux mathématiciens des différents laboratoires de l’université. Il s’agit de constituer une réelle force de frappe sur les thématiques où nous avons une belle dynamique de production. Ce centre va fonctionner avec un budget annuel de 500.000 DH les 4 premières années, pour démarrer nos activités communes.
- Avez-vous des projets de formation?
- Actuellement, le département de mathématiques travaille à la mise en place d’un master international avec l’université de Nice. Je m’apprête également à partir au King’s College de Londres pour négocier un travail commun sur les mathématiques appliquées à l’épidémiologie et à la médecine.
L’idée est de proposer à nos étudiants des formations nouvelles et anglophones et d’envisager d’ores et déjà d’autres thématiques comme l’écologie.

Propos recueillis par Stéphanie JACOB

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc